AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bruits de couloir

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 69
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mer 14 Mar - 0:02

Les matelots de rondes auront pu apercevoir Dorwel et Vey revenir sur Kay, tard dans la nuit. Le nain semblait bien plus pâle que d'habitude, et ce n'est qu'avec l'aide de son amie qu'il parvint à se hisser jusqu'à sa cabine pour sombrer rapidement dans le sommeil.

C'était avec sourire au lèvre qu'il s'en alla dans le monde des rêves. Personnes n'était mort. Des blessés, il y en a eu, mais tous traités sans séquelles de sa main. Sa fatigue aura été au moins justifié. C'est sur ces pensées qu'il dormit longuement jusqu'au lendemain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Vendetta Mira Stella

avatar

Titre : Quartier-Maitre
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Messages : 129
Date d'inscription : 05/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mer 14 Mar - 9:42

Le trajet de retour depuis les Steppes Ardentes se sera fait dans un silence serein, chacun revivant les évènements récents, et heureux de savoir que la mission a été une réussite et que personne n'a été laissé derrière.

La silhouette du navire, dans la rade du port, avait arraché un cri au griffon, comme s'il avait hâte de se reposer lui aussi. L'atterrissage aura été une formalité. Confiant momentanément Kay aux bons soins des manœuvriers, Vey aura accompagné un Dor épuisé jusqu'à son hamac, se retenant de le border en voyant le nain s'endormir aussitôt sa tête sur l'oreiller.

Elle sera ressortie sur la pointe des pieds, épuisée également mais tenant à prendre soin de sa vaillante monture avant de prendre elle aussi un peu de repos. Et ce n'est qu'après des soins complets, brosse et fourrage compris, que Vey aura pris la direction de son hamac, pour s'endormir d'un sommeil sans rêve pour une fois, un sourire largement dessiné sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inigo Ghesufal

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Métier/classe : Navigateur
Messages : 121
Date d'inscription : 05/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mer 14 Mar - 11:00

Dès le lendemain de leur retour des Steppes, le tout nouveau "Navigateur" du Vengeance de Neptulon aura été aperçu dès potron-minet à quai et se diriger vers les rues commerçantes de la ville. Le fourrier naval étant de piètre conseil et sa toile fort grossière, il préféra commander son nouvel uniforme chez un tailleur moins vulgaire - et plus imaginatif concernant les fausses doublures et autres poches dissimulées. Puis il alla rapidement chez un autre tailleur, pour dames cette fois, dans les hauts du quartier des mages récupérer la commande qu'il avait, celle-ci, passée quelques jours plus tôt.
Puis, satisfait et son colis sous le bras, il retourna sur les quais, poussa jusqu'à la Belle Véreuse où il laissa une lettre cachetée à l'attention de Madame de Mainfroi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 69
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mer 14 Mar - 12:10

Le nouveau "Doc", suite au départ de Mereel, aura fait une descente dans les rues d'Hurlevent au matin, afin de renouveller et de préparer efficacement le stock d'herbes, potions et fournitures médicales dont auraient surement besoin les membres de l'équipage du Vengeance du Neptulon au cours des prochaines semaines.

En effet, ils ne reviendraient pas à la capitale humaine avant un bon bout de temps, et le chaman savait combien les blessures et maux pouvaient vite arriver dans leur métier. Il lui fallait donc se préparer au pire, redoubler de prudence, et être encore plus réactif, n'ayant plus de partenaire sur qui compter quand à la survie de l'équipage en cas de problème.

Il aura donc demandé à la plupart des matelots libres de venir l'aider à transporter les fournitures entre la ville et le navire, pendant une bonne partie de la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Klitick Pincevapeur

avatar

Genre : Masculin
Race : Gnome
Métier/classe : Ingénieur
Âge personnage : 21/11/6
Messages : 18
Date d'inscription : 01/02/2018
Age : 17
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mer 14 Mar - 12:39

Le nouveau membre officiel de l'équipage Klitick aura siffloté un air de sa propre invention à bord de l'Akir tout le long du trajet. Désormais, il était temps de faire un petit nettoyage, l'explosion de la tour des rochenoires et l'air quasiment irrespirable des steppes auront légèrement abîmé la belle machine volante. Armé d'un chiffon et d'une brosse, l'ingénieur partis nettoyer la machine de fond en comble.

L'heure suivante fut très courte. Rentré à l'atelier, il vit les pièces détachées et les plans du canon qu'avait ramené Vey. Il prit le guide de construction et les plans... les scrutèrent un instant puis... les jeta dans la corbeille totalement pleine de l'atelier pour monter les pièces soi-même.
"La nuit va être courte" pensa Klitick. Pas le temps de dormir ! Il faut préparer tout ça avant le départ du navire. Toute la nuit, et une grande partie de la journée, l'ingénieur aura préparé le nouvel arsenal du Fanal avec quelques pauses. Pour éviter de ce fatiguer, il repensa à l'explosion de la tour la veille, ce qu'il lui aura rappelé des souvenirs nostalgiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romilda Dalson

avatar

Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Chevaucheuse de griffon / franc-tireuse
Âge personnage : 35
Messages : 41
Date d'inscription : 14/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mer 14 Mar - 14:46

***

On avait pu apercevoir Romilda descendre du griffon de Mikhaïl ainsi que ce dernier en début de nuit, peu après le retour des autres compères. Ils avaient discuté autour d'une tasse de thé aux effluves bizarres. Quelques matelots auront pu entendre certaines piques bien senties envoyées par la blonde d'Atreval, dans des échanges verbaux quelque peu musclés, avant que la chasseresse ne prenne congé en riant d'un air moqueur, chose peu commune pour être remarquée. De bon matin, une heure ou deux avant le lever du soleil, Romilda entama ses exercices du matin sur le pont : pompes, tractions, abdominaux étaient son lot quotidien, ainsi qu'un drôle de petit engin propulseur qu'elle positionnait de temps à autre sur le bastingage. La chose envoyait des cercles d'argile dans l'air, à des distances variables, et Romilda, équipée de son arc ou de son fusil, tirait sur chaque cible mouvante. Ce matin là, elle n'en rata pas une, et repartit en direction des cabines couverte de sueur mais sifflotant gaiement.

***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 69
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mer 14 Mar - 15:06

Au retour sur le navire, après avoir correctement noté tout l'inventaire médical fraichement renouvelé, il se sera posé dans le Carré, accompagné d'un verre d'eau frais, afin de contempler le magnifique cadeau offert par Romilda, durant l'épreuve de spécialisation.

Son visage mélangeait à la fois des sentiments de joie, et de dubitativité, étant la première fois qu'il recevait un bien aussi chargé en émotion. Pendant de nombreuses minutes, il resta assis, perdu dans ses pensées, avant de finalement sortir un morceau de bois ainsi qu'un couteau, et commença à le couper minutieusement. Certains auront également pu apercevoir des outils tels que de l'encre et un stylet de gravure sur la table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Maroussia Hodge

avatar

Titre : Capitaine
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Âge personnage : La trentaine
Messages : 306
Date d'inscription : 15/01/2018
Age : 27
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mer 14 Mar - 19:24

L'Amiral Frédéric Duchêne embarqua en milieu d'après-midi à bord de la Vengeance de Neptulon. Il ne fut pas spécialement discret, s'entretenant longuement avec Hodge. Il refusa sa cabine, cependant, s'en tenant à une cabine libre de Quartier-Maître. Depuis, il ne semble pas en sortir, mais l'odeur de tabac, âcre, témoigne de sa présence, renforcé par les airs de violon qu'il semble jouer en boucle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vengeancedeneptulon.forumactif.com
Hérodiade Ambrose

avatar

Titre : La Lionne
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Abjuratrice
Âge personnage : 46 ans
Messages : 48
Date d'inscription : 30/01/2018
Age : 21
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 15 Mar - 0:27

Hérodiade aura été aperçue un brin agacée en fin de soirée suite à la rencontre avec l’Amiral et à certains propos de Romilda. Les deux femmes discutèrent finalement à l’écart et de franches poignées de main auront eu raison de leur confrontation. Un peu plus tard Hérodiade regagna non pas sa couche mais se dirigea discrètement vers le hamac d’Inigo. Elle ne s’y attarda cependant pas, nul sait ce qu’il s’est réellement passé entre les deux compères. Madame semblait plus soucieuse que coquine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romilda Dalson

avatar

Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Chevaucheuse de griffon / franc-tireuse
Âge personnage : 35
Messages : 41
Date d'inscription : 14/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 15 Mar - 8:58

***


Romilda resta une bonne partie de la nuit éveillée, assise aussi immobile qu'une statue sur une partie du bastingage de la proue. Elle semblait flotter entre deux états contradictoires, oscillant entre le soulagement, la satisfaction d'avoir réussi à trouver un terrain d'entente avec l'abjuratrice du navire et quelque chose de plus diffus qui la laissait atone et mélancolique. Néanmoins, elle n'avait nulle envie de se pencher plus précisément sur cet état de fait et finit par s'endormir, le menton sur la poitrine. Les visages de son passé la réveillèrent peu après et elle repartit la tête basse en direction des écuries, espérant que personne ne l'aurait entendue crier pendant son sommeil.

***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 69
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 15 Mar - 10:47

Le lendemain, à la lueur de l'aube, on aura pu apercevoir le nain sur la proue, sifflant un air connu de lui seule, alors qu'il observait l'horizon. Il venait de recevoir la permission d'installer la serre qu'il voulait, et lui faudrait trouver les endroits propices à l'installation de cette dernière.

C'est ainsi qu'il passa le plus gros de la matinée à fureter sur l'ensemble du navire. Cet activité lui permettait également de ne pas penser à leur nouvel invité : l'Amiral Frédéric Duchêne, dont les manières mettaient une grosse pression sur ses nerfs. Oh, qu'il n'aimait pas ce personnages. S'il avait été plus jeune, et moins éduqué, il aurait certainement sauté sur lui pour lui flanquer une bonne leçon. Mais c'était d'autant plus important qu'il se maitrise, afin de garder l'honneur du Capitaine Maroussia sauf. Il ne permettrait pas à cet individu de souiller son honneur et son intégrité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inigo Ghesufal

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Métier/classe : Navigateur
Messages : 121
Date d'inscription : 05/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 15 Mar - 12:43

A n'en pas douter, les dernières 24 heures avaient été riches en événements. Les promotions - lui même devenu navigateur en titre, les démissions d'une des mécanos et de l'infirmier Mereel, le départ d'Hurlevent vers une nouvelle mission et, bien sûr, la présence de l'Amiral qui allait, à n'en pas douter, alourdir l'ambiance du bord...
La petite danse entre ce dernier et Hérodiade avait plus amusé Inigo qu'autre chose : s'il appréciait la forme de complicité qui naissait entre elle et lui-même, il ne saurait être question de jalousie ou de projet sur le long terme. Tous deux étaient faits du même bois, assumaient leurs goûts pour le libertinage et la bonne chère. Et si la belle voulait aller se brûler les ailes aux feux du galonné, grand bien lui fasse !

Tout de même, la visite nocturne d'Hérodiade l'avait étonné et le trouble qu'elle avait manifesté lui avait laissé un drôle d'arrière-goût. Mais il attendrait que la jolie mage décide par elle-même de revenir en parler avec lui. Après tout, elle savait qu'il était là et prêt à l'aider ou à l'écouter à tout moment. Ou pour tout autre chose, sourit-il. Pour le reste, "trop sérieux pour recevoir un conseil, pas assez pour en donner" avait dit un jour un marin célèbre...

L'Amiral ne lui avait pas fait grand effet. Un officier supérieur classique. Pédant, faussement proche de "ses" hommes qu'il sacrifierait à la première occasion et sans l'ombre d'une hésitation, hypocrite, imbu de lui-même et doté d'un ego que la flotte toute entière ne suffirait pas à transporter. L'ambition aveugle et toute puissante faite homme. Un officier normal, quoi !
A croire que Hodge était l'exception qui confirmait la règle...

Ignorer l'amiral, se faire oublier de lui, s'appliquer à ce que le grand Pédant ignore jusqu'à son nom, tel était la conduite qu'Inigo tiendrait pour qu'on lui foute la paix, qu'on lui laisse barrer ce joli navire et mener ses petites affaires à sa guise... Car, comme l'avait si bien dit le poète : "la plus belle des ruses du Diable est de vous persuader qu'il n'existe pas !"

Sur ce, comme il avait un peu de temps encore avant son premier quart, il entreprit de grimper dans les espars jusqu'à la grand'vergue. Un peu d'exercice ne lui ferait pas de mal et se faire moquer par les gabiers lui changerait les idées...
_
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vendetta Mira Stella

avatar

Titre : Quartier-Maitre
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Messages : 129
Date d'inscription : 05/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 15 Mar - 12:58

(Petit retour en arrière, au matin suivant la mission dans les Steppes Ardentes)


Fraiche et dispo après une nuit sans rêve alambiqué ou cauchemar mutin, la toute nouvelle chevaucheuse Vey s'était levée tôt, sans bruit afin de ménager le sommeil des membres d'équipage encore suspendus dans leurs hamacs. Constatant qu'elle avait dormi avec son armure, elle avait d'abord fait un brin de toilettes, grâce aux cuves d'eau fraiche disposées dans un coin, raffinement dans la Marine, apprécié par le reste de l'équipage qui ne se contentait pas d'un bain de mer occasionnel, et sur lesquelles Dorwel veillait avec un soin particulier, ce dont elle lui savait gré ce matin encore. Puis elle avait pris un solide petit déjeuner, prenant une large ration, malgré les protestations contenues du matelot chargé de veiller sur les stocks de la cambuse. Elle lui avait souri, lui expliquant qu'elle ne serait probablement pas à bord à midi et mangerait en ville, sa ration pouvant donc être gardée pour plus tard ou distribuée à un autre estomac en détresse.

Repue et satisfaite de sa négociation matinale, elle avait salué les membres d'équipage présents, un petit pincement au cœur de ne plus voir le minois de Mereel, son air toujours un peu ailleurs et ses sourires lointains allaient lui manquer, c'est sûr. Mais à défaut de comprendre les raisons de son départ, elle pouvait au moins respecter sa décision. Tout le monde n'était pas fait pour la vie à bord, elle avait pu s'en rendre compte bien des fois. Secouant légèrement la tête, elle s'était rendue dans la cale, pour se concerter avec les manœuvriers chargés au quotidien des griffons et de leur confort. Elle avait passé le restant de la matinée, et le début de l'après midi à écouter leurs remarques, leurs besoins, et avait pris des notes, fait des croquis sur les améliorations qui pourraient être faites afin de préserver le capital volatile et une partie importante de la force de frappe et d'intervention de la Vengeance (Oui, elle continuait à accorder le nom du navire au féminin, cela lui paraissait plus ... naturel, mais ce n'est pas le sujet ici !) Mettant tout cela dans son carnet, elle avait commencé à établir un dossier qu'elle présenterait en temps voulu au Capitaine et au Bosco. Le départ devant avoir lieu le lendemain à l'aube, avec la marée montante, elle fit au mieux avec les matelots pour arrimer ce qui pouvait l'être, un tonneau roulant dans les cales pouvant se révéler bien plus mortel qu'un boulet de canon.

Puis, après avoir fait quelques papouilles et parlé à Kay, elle avait pris la direction du pont, mangeant sur le pouce un restant de biscuit de mer et une gorgée d'eau. Remisant son armure et son barda sur le petit valet qu'elle s'était ménagée à cette fin, elle avait revêtu une tenue qui n'aurait pas déplu à Loupiotte Aigre-Marine, et adressant un fin sourire à la sentinelle chargée de veiller sur la passerelle d'accès au navire, elle avait pris la direction de Hurlevent. Ses pas l'avaient d'abord conduit jusqu'à son ancienne caserne, celle dont elle connaissait le baraquement réservé aux recrues par cœur pour l'avoir nettoyé à maintes reprises. Se faisant reconnaître du préposé à l'Intendance, elle avait récupéré un paquet de forme oblongue, qu'elle avait échangé contre quelques piécettes, frappées pour partie du sceau de la Marche de l'Ouest.

Son chargement sous le bras, elle avait pris la direction du quartier de la cathédrale, puis avait emprunté le chemin passant à côté du parc et du belvédère, souriant malgré elle de la douce ironie, le spectacle des bookmakers et des petits recéleurs, faisant leurs affaires dans l'ombre portée de la cathédrale de la Lumière. Tableau saisissant qu'elle se promettait à chaque fois de venir croquer à l'occasion. Sifflotant un petit air qui aurait pu paraître séditieux en d'autres temps, mais qui ne soulevaient plus que de lointains souvenirs chez ses contemporains, elle atteignit son objectif, le petit bois bordant le lac au nord de Hurlevent. Là, elle se mit à défaire le paquet, pour en sortir les éléments d'un arc, dont le manche en bois patiné témoignait qu'il n'était plus de toute première jeunesse. Elle finissait de le monter et de le corder, quand un bruissement dans son dos la fit se retourner. Le chasseur était là, assis sur une branche basse, à la regarder avec le fin sourire qu'elle lui connaissait bien maintenant. Une petite roulade, une réception en souplesse, le maître était là, l'élève était prête. La leçon avait été intense, commençant par différentes observations sur la manière de se tenir, d'utiliser les différents muscles du dos pour gagner en puissance et donc en précision, puis les salves de flèches s'étaient enchainées. Celles du chasseur semblaient ne jamais devoir rater leur cible, celles de l'apprentie vinrent agrémenter une large zone, faisant fuir les oiseaux et apparaître de nouveaux rameaux sur les arbres des environs. Mais la persévérance paye, et les tirs gagnèrent en précision. Jusqu'à ce que le fermier, dont l'épouvantail ressemblait maintenant à un hérisson sur deux pattes, ne vienne leur faire savoir son mécontentement, criant, vociférant et menaçant d'appeler la Garde. Riant comme deux gamins pris en faute, les archers filèrent sans demander leur reste.

Au soir de cette journée, Vey rentra à bord, adressant un signe de la main à la silhouette du chasseur, resté sur le ponton et qui regardait tant le navire que l'horizon, avant de saluer son élève avec un sourire, et de s'en retourner vers la ville. Retournant vers les quartiers de l'équipage, elle eut juste le temps de remettre son uniforme que la nouvelle de l'arrivée de l'amiral résonnait déjà de la proue à la poupe du navire. Jetant un œil sur le pont pour prendre des nouvelles, elle vit alors celui qui allait être leur "hôte" pour les jours à venir. Accueilli par le Capitaine, elle fut d'emblée surprise de constater l'apparente jeunesse de l'officier supérieur ; elle s'était attendue à ce que l'Amirauté leur envoie une des vieilles badernes dont le torse chargé de médailles et la chevelure couleur de neige étaient un gage de succès dans une mission protocolaire. Mais pas là, non. Bien qu'elle ne vit que son profil, l'homme portait beau, il avait même cette petite lueur dans l'œil quand il parlait au Capitaine, ce port un peu altier de celui qui a réussi et qui sait ce qu'il vaut. Un homme séduisant, que Vey aurait peut être regardé avec intérêt et des motifs moins avouables dans un des établissements de la Vieille Ville, mais qui, en la circonstance, représentait l'Etat-major, et le plaçait au delà de sa portée.

Les courtoisies échangées, l'homme avait suivi le Capitaine jusqu'à sa cabine, puis l'ordre d'appareiller avait été donné. Aussitôt, les gabiers avaient filé sur les haubans, prêts à mettre à la voile aux ordres du navigateur de quart, le reste de l'équipage courant à son poste. Vey avait rejoint le sien dans la cale, avec les griffons. Presque aussitôt, la haute mer atteinte, le navire avait commencé à prendre de la gite, roulant et tanguant sur les flots, et Vey avait compris que le nouveau venu souhaitait tester l'équipage avec des manœuvres improvisées. Aidée par deux manœuvriers restés avec elle, la jeune femme avait alors pu mesurer à quel point des aménagements étaient indispensables ; aucun griffon n'avait été blessé, fort heureusement, mais un des manœuvriers avait failli se faire assommer par une caisse mal rangée. C'est en tentant de l'arrimer que l'ordre d'une inspection des troupes avait retenti.

Vey avait alors saisi son fusil, fait un brin de ménage sur son uniforme et pris place parmi les autres, sous le regard étrangement guilleret de l'amiral. Le capitaine n'était nulle part en vue, mais un coup d'œil à Inigo suffit à lui faire comprendre que c'est elle qui tenait la barre pendant la revue des troupes. Tout un symbole. Profitant de son nouveau point de vue, Vey se permit autant que possible de détailler l'officier qui, après avoir jeté un coup d'œil égrillard vers Hérodiade, venait de se planter devant elle. De face, et de près, l'homme était nettement imposant, et aussi jeune que remarqué plus tôt. Son cigarillo et le sourire idiot, ainsi que l'œil pétillant et lubrique firent se dresser les poils de la nuque de la chevaucheuse. Elle perdait un peu ses moyens, ainsi que les velléités de drague qu'elle avait pu concevoir. Elle répondit donc assez platement aux questions de l'amiral, qui sembla s'en apercevoir, en jouant un peu en la clouant avec un petit clin d'œil avant de repasser à Hérodiade, qui semblait bien plus sûre d'elle même, faisant front avec un bel aplomb aux remarques pourtant déplacées et franchement rentre-dedans de l'officier.

Le reste de l'équipage montrait également des signes de réserve, et Vey ne put s'empêcher de ressentir une pointe de déception. L'Amirauté leur envoyait un individu pompeux et suffisant, aux antipodes de ce qu'une délégation avec les kaldorei aurait du être. Après John Doe, la mission en cours s'annonçait toute aussi éprouvante pour les nerfs. Et puis ... les mots du Capitaine Hodge lui revinrent en mémoire. Quel terme avait elle employé en parlant de Duchêne et de son ascension au sein des forces navales ? Ah oui ... la hargne. Cet homme était un combattant. Et dans la bouche du capitaine, cela avait l'air d'être une caractéristique essentielle, une de celles à ne pas perdre de vue, surtout lors ... de cette première rencontre. Alors, sous les apparences d'un spectacle en apparence gratuit, Vey vit l'animal, pas seulement politique, mais le ruffian plein de ruse, et ce qu'elle pensait être sa réelle volonté alors... Par les rognons pestiférés de Gul'dan, l'homme leur faisait le même discours qu'un sergent ou d'un lieutenant instructeur, non pas par masochisme, mais dans un objectif à long terme. Le meilleur moyen de souder une équipe, c'est de lui apprendre à faire front commun contre un adversaire désigné, et c'est exactement le rôle qu'il semblait se donner alors.

Pensant avoir désamorcé la subtile mécanique sous tendant la prestation officielle, Vey avait alors émis un petit soupir, mi soulagement, mi résignation devant cet exercice une nouvelle fois imposé, ce qui lui avait valu un regard de mise en garde de la part du Bosco. Prenant sur elle, elle avait alors écouté jusqu'au bout le discours, restant immobile pour écouter les observations et les commentaires des autres membres d'équipage. Globalement mauvais, pour un premier tour ; Ysael notamment avait réagi avec énergie, faisant part de son avis avec force vitupérations et mots fleuris. Dorwel lui avait apporté son soutien, dans l'espoir d'alléger le nouveau fardeau de la gamine, toujours à fleur de peau après l'affaire de l'orphelinat. Les avis favorables étaient presque aussi rares que les orcs parfumés à la violette, mais Vey ne pouvait s'empêcher d'éprouver un sentiment plutôt favorable pour cet homme qui, finalement, leur avait tenu un discours à double sens, endossant le rôle du salaud susceptible de pousser ceux qu'ils maltraitent ainsi à donner le meilleur d'eux-mêmes pour le faire marner, et réussissant le tour de force d'être finalement assez élogieux pour le capitaine Hodge capable de réunir et faire tourner un équipage comme celui de la Vengeance, à qui il a tout appris, mais sans, l'honneur est sauf !, jamais en avoir fait part officiellement.

Ce furent ces réflexions qui occupèrent la chevaucheuse pendant son quart. Et même un peu après...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romilda Dalson

avatar

Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Chevaucheuse de griffon / franc-tireuse
Âge personnage : 35
Messages : 41
Date d'inscription : 14/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 15 Mar - 14:21

****


Après ses habituels exercices matinaux sur le pont près de la proue et quelques ablutions bien méritées, Romilda aperçut Dorwel qui tournait et virait sur le navire. Ravie de trouver là une raison de rester occupée, elle lui proposa son aide et ses bras pour la préparation de sa serre. Elle non plus ne tenait pas à se faire remarquer de l'Amiral qu'elle méprisait déjà. Mieux valait faire profil bas afin de ne pas se trahir d'un regard ou d'une remarque par trop bravache. De plus, les activités du jour la tiraient de ses tristes songeries de la veille, ce qui l'arrangeait bien.
****
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maroussia Hodge

avatar

Titre : Capitaine
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Âge personnage : La trentaine
Messages : 306
Date d'inscription : 15/01/2018
Age : 27
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Ven 16 Mar - 10:31

Maroussia semblait d'humeur presque apathique depuis que l'Amiral Duchêne avait mis pied à bord. Elle passait beaucoup plus de temps que nécessaire sur le pont de commandement, scrutant tout ce qui s'y passait, manœuvres comprises, d'un œil perçant et un visage dès plus inexpressifs. Visiblement, elle appréciait le grand air davantage encore que d'habitude, demeurant à la barre même en dehors de ses horaires de quart. Sans doute fuyait-elle aussi, à sa manière, la présence de l'opulent Amiral et son satané violon, l'homme ne semble s'arrêter de jouer uniquement pour se restaurer (il se faisait amener nourriture et plats relativement fins dans sa cabine), ou lorsqu'il partait à la recherche d'Hérodiade, glissant dans les coursives des regards amusés et curieux.

Hodge ne lui échappa pas longtemps, cependant, et elle répondit par la politesse à son invitation de l'affronter à ce jeu commun que sont les échecs. Ils passèrent la soirée à discuter, et quelques rires finirent même par raisonner, à une heure plutôt tardive. La relation entre ces deux là relevait sans doute autant de la méfiance légitime que de l'amour vache. Mais il avait au moins la capacité de dérider la capitaine, ce qui était rare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vengeancedeneptulon.forumactif.com
Klitick Pincevapeur

avatar

Genre : Masculin
Race : Gnome
Métier/classe : Ingénieur
Âge personnage : 21/11/6
Messages : 18
Date d'inscription : 01/02/2018
Age : 17
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Dim 18 Mar - 23:21

Après la fin du terrible combat et l'arrivée impromptue de ce qui reste de l'équipage du fameux Aristocrate, Klitick sera parti faire une maintenance rapide de l'Akir pour vérifier si il n'a pas été endommagé.
Suite à cela, l'ingénieur fera quelques tours à bord du Vengeance pour faire une liste des dégâts matériels du navire. Durant son tour dans le navire, notre gnome favoris aura essayé de sympathiser avec les marins de l'Aristocrate semblant le plus mal en point pour essayer de remonter le moral comme il peut.

La nuit fut très courte et l'air de violon de l'amiral Duchêne semble comme... bloquée dans l'esprit de Klitick ce qui n'aida pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 69
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Lun 19 Mar - 8:08

La soirée ne fut pas de tout repos pour le brave médecin du Vengeance. Ce qui devait être simplement une arrivée à quai au port, devint une bataille sanglante sur la mer, suite à un assaut surprise contre leur allié, l'Aristocrate.

Le nain du réfléchir vite et bien. Au fur et à mesure que leur mana se vidait, à l'utilisation de sorts utilitaire, pour améliorer les conditions d'assaut du Vengeance, les risques, eux, montaient également en proportion. Bien heureusement, il n'eut que très peu de blessés de leur côté: Un matelot, qui avait reçu des échardes de bois, suite à l'explosion d'un coup de canon. Kay, dont la blessure par flèche avait été rapidement soignée. Vey, qu'il avait soignée tout juste après son entaille à la jambe. Couplée à ses efforts pour toujours faire avancer le navire plus rapidement, il n'aurait pu y arriver sans l'aide de ses compères Hérodiade et le nouvel aspirant Elohïm, qui auront due se replier dans leur quartier suite à l'utilisation excessive de la magie.

Après l'assaut final, le médecin nain aura immédiatement, avec l'aide de Vey, fait une ronde envers l'équipage de l'Aristocrate, distribuant une de ses mémorables mixtures faite maison, à base d'eau et d'herbe relaxante, afin d'alléger le fardeau émotionnelle de ces derniers.

Une fois sa tournée faite, c'est épuisé qu'il retourna dans ses quartier se reposer, conseillant ses camarades de faire de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Vendetta Mira Stella

avatar

Titre : Quartier-Maitre
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Messages : 129
Date d'inscription : 05/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Lun 19 Mar - 10:05

Une fois le tumulte de la bataille un peu retombé, Vey aura accompagné Dorwel pour sa tournée des soins à l'équipage de l'Aristocrate, après s'être assurée que tout le monde soit bien rentré, notamment Klitick sur l'AKIR, parti en mission de récupération d'un des marins des navires ennemis, marin qui aura été placé en détention dans la cale dès le retour du gyrocoptère.

Le spectacle de dévastation sur l'Aristocrate, avec ses mâts tordus ou cassés, les cordages et les lambeaux de voile recouvrant le pont principal et faisant parfois une linceul sommaire à des corps montrant tous les signes d'une lutte vraiment féroce, comme seules les canonnades à bout portant peuvent le faire, auront rappelé des souvenirs amers à la jeune femme. Se concentrant sur l'aide à apporter à Dorwel et aux survivants du bord, elle se sera efforcée de sourire, consciente que dans des moments aussi durs, cela peut aider les plus atteints à refaire surface. Elle aura échangé quelques paroles de réconfort avec ceux en état de parler, afin de recueillir leurs premières impressions sur le combat, la nature des assaillants et le déroulement des évènements, consciente que la plupart des marins sont toujours sous le choc d'une bataille aussi violente qu'acharnée avec un adversaire ... inattendu.

Puis, une fois la tournée faite, et les blessés les plus sérieux transférés à bord pour recevoir les soins appropriés, elle aura fait une rapide inspection de l'Aristocrate, afin de déterminer l'état du bâtiment et sa capacité à naviguer, ou pas. Prenant quelques notes, elle sera retournée sur la Vengeance, afin de faire son rapport, puis aura pris la direction de la ménagerie, pour prendre soin de Kay et des nouvelles des manœuvriers touchés par les tirs de canons. Rassurée sur ce point, elle sera remontée sur le pont respirer un air chargé encore des dernières effluves de poudre à canon.

Enfin, frottant sa jambe tout juste cicatrisée, grâce à l'intervention magique de Dorwel au cours du combat, Vey se sera posée dans un coin, en poussant un soupir, à la fois de soulagement après ce combat acharné qui n'aura finalement fait que des dégâts mineurs pour le navire et son équipage, et également pour évacuer la fatigue qui commence à se faire sentir, une fois l'influx nerveux de la bataille retombé. Elle aura probablement fermé les yeux quelques instants, bercée par le mouvement des vagues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 69
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Lun 19 Mar - 11:54

De bon matin, alors que les lueurs de l'aube commençaient tout juste à pointer, Dorwel était en train de fredonner un air, surement de son ancien foyer, pendant qu'il s'attelait à sa nouvelle occupation, l'entretien de sa nouvelle serre, aménagé près juste à côté de l'écurie à griffon. Cela procurerait un bon environnement à la croissance de cette dernière, en partageant cette environnement avec les griffons, et restant relativement proche de l'infirmerie.

Suite à son passage quotidien, il passera ensuite saluer et s'occuper avec attention des griffons, en particulier de Kay et Razéclair, avec lesquels il avait un peu plus d'affinité depuis un certain temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inigo Ghesufal

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Métier/classe : Navigateur
Messages : 121
Date d'inscription : 05/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Lun 19 Mar - 12:13

Inigo se réveilla avec un terrible mal de crâne. Il s'étonna se voir autant de blessés autour de lui et le souvenir de la vielle lui revint à l'esprit. Enfin, le peu qu'il en avait. Il avait été touché dès le premier échange de tirs par un gros éclat de bois qui avait eu cependant la délicatesse de seulement l'assommer et non de le couper en deux...
Aux bruits il devina que la bataille était passée. Inquiet pour l'état du navire et le sort de l'équipage, il monta rapidement sur le pont pour avoir quelques nouvelles...


Dernière édition par Inigo Ghesufal le Lun 19 Mar - 15:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhaïl Berger

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Messages : 28
Date d'inscription : 06/03/2018

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Lun 19 Mar - 15:36

Mikhaïl sera resté très discret comme à son habitude depuis l'arrivée de l'amiral. Il est même fort possible que l'officier ne l'ait pas remarqué du tout, ce qui était l'effet recherché. L'Agent ne se montrait finalement que pour se préparer une infusion le soir, préférant vaquer à ses affaires en journée, évitant certains membres de l'équipage et allant en saluer d'autres. Les affinités parlent d'elles-même.

Concernant l'Aristocrate au soir de l'attaque, Mikhaïl n'aura pas perdu un instant pour aller forcer la porte de la cabine du capitaine décédé, retournant minutieusement la pièce à la recherche d'indices et de documents, rassemblant toutes les trouvailles et l'or dans ses affaires. Suite à la fouille de la cabine, il se sera ensuite dirigé vers les cales, à la recherche de réponses ou d'éléments à analyser, fouillant et se faisant discret, profitant clairement du choc de l'équipage, du deuil et des soins administrés qui devaient attirer l'attention de tous les matelots présents.

Mikhaïl aura été cela dit rapide dans sa tâche, ne se montrant pas au personnel du Vengeance à son retour, préférant faire de suite son rapport au Capitaine Hodge tout en lui apportant le matériel trouvé.

Dans l'ombre enfin, Mikhaïl n'aura pas perdu un petit objectif personnel non plus : celui d'espionner les activités de l'amiral et de faire une filature de ses allers et venues sur le pont lorsqu'il déniait sortir de sa cabine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maroussia Hodge

avatar

Titre : Capitaine
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Âge personnage : La trentaine
Messages : 306
Date d'inscription : 15/01/2018
Age : 27
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Lun 19 Mar - 16:18

L’état de l’Aristocrate était franchement préoccupant. Si les mâts n’étaient pas touchés, la majorité des voiles étaient arrachées, formant de triste lambeaux bleu et or. L’équipage du navire de guerre avait perdu huit de ses membres, dont le Capitaine, Arty Thuman, une vieille connaissance de Maroussia Hodge. Le commandant en second était quant à lui salement blessé aux jambes, demeurant pour l’instant immobilisé.

Après que la Vengeance de Neptulon se soit sommairement mise au mouillage et amarré aux restes de l’Aristocrate, son équipage se déploya pour venir en aide aux marins du navire abîmé.


Dorwel, assisté de Vey, distribuèrent rations et premiers soins aux matelots à bord, alors même qu’aucun quartier-maître ne semblait visible à bord. Mikhail quant à lui parcouru le navire de fond en comble afin de trouver des éléments expliquant cette attaque du syndicat. En effet, d’après les quelques témoignages des marins de bord, aucune explication cohérente semblait émerger de l’équipage. Comment était-il déjà possible que le syndicat ait un semblant de puissance maritime ? Les deux navires écarlates avaient attaqué sans prévenir, en début de nuit, profitant du fait que l’Aristocrate se tenait sagement au mouillage, avec une partie de ses membres à quai, et que le port de Menethil, ou du moins, ce qu’il en restait, était bien incapable de se défendre face à une telle attaque.


Quelques heures après la fin de la bataille, Hodge échangea quelques mots avec l’Amiral Duchêne qui, pendant l’ensemble de l’engagement, était resté dans sa cabine. Le son du violon s’était tu cependant pour laisser place au bruit essourdissant des canons. Pourquoi ne se montrait-il pas ? Certains diraient sans doute qu’il ne voulait pas interférer avec les ordres d’Hodge, qui demeurait commandant à son bord, et que, pour reprendre un très classe proverbe trop employé dans la marine kul tirane « deux têtes pour décider n’amenaient souvent nulle part que dans le cul d’une poule » ; d’autres, qu’il manquait peut-être de courage. Ou au contraire, que le bruit des canons ne l’inquiétait pas plus que ça, et qu’il faudrait sans doute qu’un boulet de canon le frôle en emportant la moitié de sa cabine sur son passage pour qu’il daigne sortir de ses quartiers.

Après leur entrevue, Hodge grimpa à son tour à bord de l’Aristocrate. Elle y rencontra quelques marins, puis s’installa dans la cabine du défunt capitaine pour écrire à l’Amirauté, afin de l’informer des derniers événements. Le lendemain, elle demanda aux hommes valides, aussi bien de l'Aristocrate que de la Vengeance de commencer directement à réparer les avaries, envoyant notamment les voiles abîmées à terre, au port de Menethil.

Les cadavres, eux, se trouvaient toujours
dans l'infirmerie de l'Aristocrate. Personne ne semblait vouloir y toucher, pour l'instant.


Dernière édition par Maroussia Hodge le Mar 20 Mar - 9:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vengeancedeneptulon.forumactif.com
Vendetta Mira Stella

avatar

Titre : Quartier-Maitre
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Messages : 129
Date d'inscription : 05/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mar 20 Mar - 8:22

Regardant la moniale regagner sa chambre à l'étage, Vey était songeuse. La soirée avait été conviviale, comme souvent dans ce genre de choses ; les questions avaient été posées, les réponses apportées et certaines réalités rappelées. Toutes les personnes présentes savaient désormais un peu plus à quoi s'en tenir. La décision viendrait bien assez vite.


Déposant quelques piécettes supplémentaires pour régler les infusions commandées en fin de repas, Vey salua le patron ainsi que quelques uns des habitués encore assez nombreux en cette soirée pluvieuse... Une constante dans ce coin reculé du royaume nain.

Bien que le vent fut un peu frais, et chargé des remugles des marais constituant la majorité de l'arrière pays, Vey apprécia le changement. La pluie fine avait une vertu apaisante pour elle, ce soir, comme souvent après la chaleur des combats et bien qu'elle dut retourner à bord pour prendre son quart, elle s'autorisa une petite promenade sur les quais, avant de rejoindre la barque qui l'attendait pour revenir sur La Vengeance. Quelques silhouettes se détachaient encore ça et là dans la lueur blafarde des réverbères chargés de combattre une nuit épaisse, exempte de lune pour l'heure. La jeune femme identifia sans trop de peine les sentinelles de Ménéthil chargées de veiller sur certains des canons contribuant à la défense de la ville, et qui avaient pris part à la bataille, la veille, en tentant de repousser les assaillants du Syndicat.

Saluant deux soldats qu'elle croisait, Vey posa son regard sur les restes de l'Aristocrate. Le navire était dans un triste état, et la faible luminosité en faisait une sorte de navire fantôme. Elle ne put réprimer un petit frisson, qu'elle se reprocha tout de suite après. Elle se consola en se disant que l'équipage restant était entre de bonnes mains, et que les Tirassiennes, qui devaient avoir lieu mardi, contribueraient à chasser les mauvais souvenirs, et resserreraient les liens entre des marins qui allaient devoir effectuer une longue traversée commune vers Théramore.

Elle adressa une courte prière pour tout ceux qui avaient péri pendant l'engagement, contre les assaillants sous pavillon rouge. Rouge. Les couleurs de la Voile Sanglante. Coïncidence ? Peut être. Elle se promettait d'interroger les survivants à ce sujet. Si les assaillants étaient arrivés par le sud ... en provenance supposée de Strangleronce ? Serait il possible qu'il s'agisse de rescapés de la bataille de la Baie ? Assistait-t-on à une sorte d'alliance des crapules et des forbans, des pilleurs et des profiteurs ? Elle connaissait mal le Syndicat mais ses contacts dans la marine, et ailleurs, lui avaient permis de glaner quelques bribes sur le sujet. La Voile était avant tout un regroupement de pirates, des opportunistes qui sous couvert de contester les lois maritimes jugées trop sévères, s'en mettaient plein les poches de la façon la plus violente. Mais le Syndicat était une émanation de la nation d'Alterac. Des gens amers et qui entendaient restaurer la puissance de leur ancien royaume. Et qui semblaient avoir les moyens de leur politique, puisqu'il comptait dans leurs rangs l'Espadon. Tout un symbole : un gros poisson, un prédateur des mers, et dont le nom évoquait celui ... d'une épée. Plantée dans les reins de l'Alliance. Est ce lui qui tirait les ficelles ? Ou bien n'était il comme Doe que le maillon d'une chaine qui commençait à se refermer sur ... un objectif encore à définir ?

Vey soupira. Elle n'aimait pas les pirates en général, mais leur trouvait un côté réconfortant dans le fait que leurs motivations étaient souvent claires et simples. Mais les conspirateurs, comme les membres du Syndicat, lui rappelaient trop de mauvais souvenirs et... Un mouvement dans l'eau, à quelques encablures du ponton. Difficile de distinguer quoi que ce soit avec la faible luminosité. Sans doute un poisson sautant pour attraper des moustiques venus en nombre des marais. Mais non, pas un périscope. Elle ne pouvait s'empêcher au fait que les sous marins vendus par John Doe n'avaient pas fait parler d'eux pendant la bataille de la Baie. Du moins, à sa connaissance. Et si ils étaient encore dans le coin, à surveiller les mouvements de la flotte, renseignant la nouvelle entité sur la présence de proies faciles dans les eaux ?

"Allons, tu deviens parano, ma vieille" pensa la jeune femme, en souriant. "Enfin, il faudra quand même en parler au Capitaine et au Bosco, et surveiller de plus près les cieux, et la surface de l'eau. Je me demande si Klitick ne pourrait pas nous fabriquer un appareil pour ça d'ailleurs ..."

Décidant que sa balade avait assez duré, Vey reprit sa marche en direction de la barque. Un peu loin, la Vengeance était à l'ancre dans le chenal menant au port, dressant ses chateaux arrière et avant comme une forteresse venue rappeler que l'Alliance n'entendait pas céder le contrôle des mers.

Les rames touchèrent l'eau, et le barreur se mit à compter la cadence ("nage !... nage !... nage !"), imprimant un mouvement régulier qui arracha un nouveau sourire à la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romilda Dalson

avatar

Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Chevaucheuse de griffon / franc-tireuse
Âge personnage : 35
Messages : 41
Date d'inscription : 14/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mar 20 Mar - 15:42

Tchhhhh... tchhhh... Encore quelques foulées. Tchhhhh... Tchh. Celle là n'était pas passée loin. La suivante serait la bonne. Quelle idée de porter du bleu dans un ocean d'herbes vertes. Une tâche d'azur, laissant un sillon pourpre, comme un tracé en pointillé. Elle se maudissait. Au moins courait-elle plus vite que les autres. Elle atteint un arbre, le souffle saccadé, les jambes coupées. Avec son bras valide elle se lança à l'assaut de la branche la plus basse, et fit un effort surhumain pour se hisser dessus. Elle y parvint. C'est fou le nombre de choses rendues possibles lorsque sa vie est menacée. Elle n'y tenait pas plus que ça, mais elle avait encore à faire avant de conclure. Elle continua de grimper, elle s'arrêta à une branche pas trop mince. Elle banda son arc de son bras valide, calant une flêche entre ses dents serrées, et elle attendit.

Le premier ne tarda pas à arriver, et il s'écroula aussi sec au pied de l'arbre. Un cadavre retourné à l'état de cadavre. Le second reçut un traitement similaire, mais elle dut s'y reprendre à deux fois. Le reste de la troupe finit par faire demi-tour. Elle en eut deux de dos, elle rata le dernier et avec lui, l'opportunité de quelques heures de répit. Elle tâta son carquois vide. C'était foutu. Nul doute que les renforts n'allaient pas tarder. Déjà elle entendait au loin le bruit d'un cor qu'on faisait vibrer. La vallée retentirait bientôt des troupes lancées à sa poursuite. Tout ça pour rien. Elle observa le ciel, au dessus de sa tête, entre les branches. Il lui restait deux heures avant le coucher du soleil. Trop tôt ou trop tard ? Elle ferma un instant les yeux, se laissant caresser des rayons du soleil, reposant ses mains tremblantes de fatigue sur son carquois.

Deux jours plus tôt, de bon matin. Inigo mettait pied à terre, leur magot sous le bras. La nuit passée dehors laissait des marques sur leur visage, et nul doute que le navigateur avait bien mérité une assiette de ragoût et un peu de repos. Elle même ne dormait jamais sur ces terres maudites. Elle s'était vaguement assoupie devant le feu avant de se réveiller en sursaut, hantée par des images qu'elle repoussait même en plein jour. Elle avait gardé le silence pendant toute leur équipée, se contentant du minimum formel. Le navigateur n'y était pour rien. Il lui semblait pénible de parler en ces lieux. Elle s'était encore assombrie lorsqu'elle avait repéré la piste nauséabonde, senti l'odeur caractéristique. Elle n'avait rien dit, imprimant mentalement la position des traces, le nombre de passages. Sa décision fut prise presque aussitôt.

Elle ne descendit pas. Elle se contenta de regarder Inigo, par dessous son capuchon. Elle le savait assez fin pour deviner. Il lui avait montré quelques jours plus tôt. Il était doué pour cerner les gens, un moyen de survie et une forme d'altruisme qu'il dissimulait fort mal, si tant est qu'il le dissimulait. S'il essaya de la retenir, elle ne le vit pas. Elle talonna Razéclair qui reprit la direction des cieux. Ce n'était pas un adieu. Mais il le fallait. C'était plus fort qu'elle. Il y a des choses qui vous attrapent et dont on ne se débarrasse jamais. L'amour maternel en est une.

La valse des visages reprit son cours, derrière ses paupières, ritournelle infernale. Elle se secoua.
Elle était venue dans un but précis. Maintenant ça n'avait plus d'importance. Il fallait vivre un autre jour pour espérer retenter sa chance. Fonce, Romy. Ne t'arrête pas. La voix était calme, posée, bienveillante. Bien sûr, il veillait sur elle. Un pauvre sourire se dessina sur ses lèvres blêmes. Elle replaça son arc dans son dos en grimaçant. Ses muscles s'étaient raidis, et son bras blessé lui envoyait de vives protestations. Elle déchira un bout de sa cape et remplaça le bandeau de fortune qu'elle avait placé plus tôt. Le sang était un problème. Trop facile à pister.

Elle ne pouvait pas rester là, les bruits se rapprochaient déjà. Bientôt elle ne pourrait plus faire face au nombre. L'obscurité lui voilait déjà les yeux, alors qu'il faisait encore plein jour. Elle se laissa glisser en bas de l'arbre et tomba lourdement sur les genoux. Elle extirpa ses flèches une à une des dépouilles décomposées. Elle courut droit devant elle, économisant ses forces et arriva en bordure d'un lac. Elle ne savait toujours pas nager. Elle faillit se mettre à rire. Quel fameux marin elle faisait là. Elle se défit de ses vêtements les plus voyants et les enroula autour d'une pierre qu'elle fit couler puis contourna l'étendue d'eau. Ensuite, elle se couvrit de vase aussi bien qu'elle le put. Puis elle prit la direction de la vieille cité de Stromgarde.

Un cri perçant déchira les cieux, et avec lui la rédemption.

Le jour suivant, à l'aube, on vit passer une femme échevelée et qui semblait ivre dans le port de Menethil. Elle fut remarquée après son atterissage fracassant, tombant du dos d'un jeune griffon un peu fougueux qui reprit aussitôt son élan avant de rejoindre un navire de l'Alliance amarré non loin. Nul doute que la bonne femme allait regretter sa folle chevauchée nocturne. Elle suivit la même direction en titubant, avant de disparaître sur le pont où personne ne chercha à l'arrêter. Elle s'effondra devant la porte de Dorwel.


Dernière édition par Romilda Dalson le Mar 20 Mar - 16:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inigo Ghesufal

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Métier/classe : Navigateur
Messages : 121
Date d'inscription : 05/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mar 20 Mar - 16:24

Inigo se leva avec la Grande Forge dans le crâne. Trop de mauvais rhum la veille au soir - ces nains n'y entendaient rien en rhum. L'entretien de recrutement qu'il avait "parrainé" ne s'était pas exactement passé comme il l'avait espéré et il avait terminé la soirée avec Hérodiade dans un concours très stupide et très alcoolisé. Et vue la fanfare qu'il avait dans la tête ce matin - avec cuivres, tambours et majorettes au grand complet - nul doute que la mage avait remporté la partie...
Il se dirigea d'un pas peu sûr vers la cambuse en priant pour que le café soit noir, fort, brûlant et déjà prêt !
C'est en traversant la coursive qu'il aperçut le corps couvert de vase effondré devant la porte de Dorwel. Dessaoulant d'un seul coup, il se précipita et, reconnaissant Romilda, il se maudit de l'avoir laissé partir seule l'autre soir. Heureusement elle était en vie. Très faible mais en vie ! Il prit le corps meurtri dans ses bras et asséna assez de coup de pieds dans la porte du chaman pour réveiller tous les Paluns...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bruits de couloir    

Revenir en haut Aller en bas
 
Bruits de couloir
Revenir en haut 
Page 4 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Vengeance de Neptulon :: LE PONT :: Journal de bord-
Sauter vers: