AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Journal d'Aidan

Aller en bas 
AuteurMessage
Aidan Brahill

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Âge personnage : 21
Galons : 250
Messages : 25
Réputation : 0
Date d'inscription : 13/03/2018
Age : 21
Masculin

MessageSujet: Journal d'Aidan   Jeu 30 Aoû - 13:49

Le journal semble avoir été mis à rude épreuve : la plupart des pages sont illisibles ou arrachées.

Le 18 mars de l’an 24

… J’ai encore rêvé de père cette nuit, du moins je pense que c’était lui. J’étais sur une petite crique qui ne ressemblait à aucune autre dans le Royaume. Les rochers étaient tranchants comme des rasoirs et un orage perpétuel semblait s’être installé dans la région. Aux bords des falaises qui nous surplombaient, je pouvais discerner une rangée de corbeaux qui lorgnaient sur moi. On aurait dit qu’ils gardaient les lieux. J’aurais dû être terrifié par cet endroit ! C’est vrai, je me serais cru dans l’une de ces histoires que la vieille Janine aime nous raconter les soirs de Sanssaint ! Et pourtant, je me sentais serein en ces lieux. Serein et nostalgique. Sûrement que la présence de cet homme me rassurait. Il se tenait là, dos à moi et face à la mer, et me dominait d’au moins deux têtes ! A en juger par sa tenue, il devait être un officier de la marine. Seule sa longue cape virevoltait au gré du vent tempétueux. Lui demeurait droit et imperturbable, le port-altier. Rien ne semblait pouvoir le faire flancher, ni détourner son regard de l’horizon. Etrangement, le silence régnait sur la crique, malgré le tumulte des vagues. Même les corbeaux ne croassaient pas et se contentaient d’observer. J’ai décidé de briser le silence en interrogeant cet homme mais quand je lui ai demandé où nous étions, il n’a même pas daigné poser le regard sur moi. Au lieu de cela, il a commencé à se diriger lentement vers l’océan, sans craindre d’être emporté par le courant. Je continuais à l’appeler, à crier de toutes mes forces. Mais il restait sourd à mes supplications et se laissait peu à peu submerger par les flots. Soudain, il a prononcé ces mots qui continue de faire écho dans mon esprit « Les flots te mèneront jusqu’à moi, Aidan » avant de définitivement s’abandonner à l’océan.

Je devrais peut-être faire part de ce rêve à maman. Depuis quelques temps, maman … n’est plus vraiment maman. Elle passe ses journées assise sur sa chaise, à regarde fixement par la fenêtre. Comme si elle attendait la venue de quelqu’un … sa venue. Quand j’étais plus jeune, elle ne cessait de me répéter qu’il reviendrait pour moi et qu’il me réserverait une place à ses côtés. Que je quitterais ce taudis qui nous sert de maison et embrasserais une carrière radieuse. Désormais, elle ne tient plus vraiment ce discours et s’est plongée dans un profond mutisme, même avec Rosine. Un matin, j’ai essayé de lui arracher un sourire en lui faisant l’imitation du cri d’un murloc dont j’ai le secret. D’habitude, j’ai le droit à un fou rire de sa part ! Mais cette fois-ci, elle n’a pas eu la réaction escomptée … Elle s’est mise à fondre en larmes, en me disant : «  Ses yeux, ses pommettes, ce sourire … Pourquoi fallait-il que tu lui ressembles autant ? ». Pour la première fois, ce n’était pas de l’amour que je voyais dans les yeux de maman, seulement une colère indescriptible. Je ne lui en voulais pas. A ce moment-là, je savais que ce regard ne m’était pas destiné. Non, c’était mon père qu’elle voyait à travers moi …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidan Brahill

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Âge personnage : 21
Galons : 250
Messages : 25
Réputation : 0
Date d'inscription : 13/03/2018
Age : 21
Masculin

MessageSujet: Re: Journal d'Aidan   Dim 2 Sep - 12:29

Le 21 mai de l’an 24

Les tracts de cette Confrérie défias se font de plus en plus nombreux en ville. Je n’aime pas ça. Depuis qu’ils ont fait surface, une ambiance oppressante règne dans les faubourgs. L’autre soir, j’ai aperçu l’un de leurs colporteurs qui placardaient ces affiches dans les environs du Renard Espiègle. Je n’ai pas pu m’empêcher de le suivre (Moi du futur, si tu n’es pas déjà mort et que tu relis ce passage, sache que cette maudite curiosité finira par te perdre !! Enfin, tu le sais sûrement mieux que moi…).

J’ai pu le filer à pas de velours (c’est comme ça qu’on dit, je crois) jusqu’à la grange abandonnée, qui se trouve plus loin derrière la propriété du vieux Hawkins. Celle-là même où Eliott Frings a l’habitude de faire cocu sa femme (avec le forgeron en plus !). Autant dire qu’il ne se passe jamais rien de bon dans cette vieille bâtisse délabrée … Et cette nuit-là, plus que les autres, elle était le théâtre d’évènements inquiétants. J’avais du mal à discerner quoique ce soit dans la pénombre, mais mon instinct d’enquêteur ne se trompe jamais : ça complotait là-dedans ! (Je ferais bien de postuler au SI :7 à ma majorité.) Il fallait que je voie ça de plus près. Après un rapide coup d’œil de mon environnement, j’ai décidé de me frayer un chemin à travers les buissons. Je dois avouer que ce n’était pas la meilleure chose à faire : j’ai marché sur des orties, je me suis pris une ronce dans l’œil, et par-dessus le marché, mon gilet est resté accroché à une branche (Mon gilet préféré … et surtout mon seul gilet). Bref, j’ai encore des progrès à faire avant de détrôner Matthias Shaw. Au moins, ça m’aura permis de confirmer mes doutes : Il s’agissait bien de défias. Les deux personnes à l’entrée, un homme et une femme, portaient des masques rouges, la marque de fabrique de cette organisation. J’ai grimpé à l’arbre le plus proche de la grange et tenté de capter quelques bribes de leurs conversations. Mais ils parlaient beaucoup trop bas pour que je puisse entendre quoique ce soit. A califourchon sur la branche, je me suis lentement approché du bord et, avec mon adresse légendaire, j’ai malencontreusement secoué le feuillage de l’arbre. Les deux individus ont aussitôt été alertés par le bruit et la femme a demandé : « C’était quoi ?! ». Mon cœur s’est alors figé, non pas parce que je sentais mon heure arriver (bien qu’elle aurait dû arriver). Ce qui m’a paralysé, c’était cette voix … je l’aurais reconnu entre mille … C’était cette même voix qui me consolait quand j’étais malade … cette même voix qui me contait les récits des légendes d’Azeroth avant de dormir … cette même voix qui me réprimandait quand je volais les potirons du vieux Hawkins pour m'amuser ensuite à les porter sur la tête … et cette même voix qui s’était murée dans un profond silence depuis deux  mois. Peut-être que j’ai mal entendu … Après tout, des voix semblables à la sienne, ce doit être monnaie-courante. Non, ça ne pouvait pas être elle …

Mais l’heure n’était pas aux suppositions, j’étais dans un sacré merdier ! Mon cœur s’est remis à battre la chamade. Je tentais d’étouffer ma respiration pour rester silencieux, mais mes gazouillis intestinaux ne m’aidaient franchement pas ! (Un miracle qu’ils n’aient rien entendu !). Je les voyais s’approcher de l’arbre où j’étais perché quand soudain, un corbeau décampa de la branche qui se situait juste au-dessus de moi dans un croassement assourdissant. « C’était juste une saleté de piaf » en a déduit l’homme masqué. Je crois bien que cet oiseau m’a sauvé la vie. Qui a dit que les corbeaux étaient des oiseaux de mauvais augure ?!

Après ça, je me suis précipité à la maison. J’étais rentré au beau milieu de la nuit, avec  plus de questions que de réponses. Mais j’allais peut-être avoir un début de réponse en franchissant le seuil de la porte. Dans notre séjour, qui servait aussi de chambre, Rosine dormait paisiblement dans le grand lit et la place, que maman occupait habituellement à ses côtés, demeurait vide.

Non, ça ne pouvait pas être elle …


Dernière édition par Aidan Brahill le Dim 2 Sep - 12:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidan Brahill

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Âge personnage : 21
Galons : 250
Messages : 25
Réputation : 0
Date d'inscription : 13/03/2018
Age : 21
Masculin

MessageSujet: Re: Journal d'Aidan   Dim 2 Sep - 12:46

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journal d'Aidan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Journal d'Aidan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Azov ou le journal d'un patriote.
» Dofus au journal télévisé :)
» [Journal] Votes du conseil comtal
» Journal d'un paumé (zazou X)
» Recherche une personne pour gérer un Journal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vengeance de Neptulon :: LE PONT :: Journal de bord-
Sauter vers: