AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rien n'arrête la tempête

Aller en bas 
AuteurMessage
Elohïm Aehra

avatar

Genre : Masculin
Race : Draeneï
Galons : 271
Messages : 8
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/03/2018
Masculin

MessageSujet: Rien n'arrête la tempête   Jeu 26 Avr - 19:43

Rien n'arrête la tempête.
Rien n'arrêtera cet enfer.

Le jeune soldat regardait les sancteforges qui se battaient encore et toujours, à la frontière de la caverne, pour repousser les hordes de démons qui les attaquaient depuis des jours. Leurs fournitures commençaient à manquer. Et le mental des troupes avec lui faiblissait à chaque coup de canon qui frappait au -dessus de leurs têtes. Le jeune humain avait presque perdu espoir. Son bras avait été blessé, l'empêchant de tenir son bouclier, et avec une simple épée, il ne tiendrait pas deux secondes face aux hordes de démons.
"-Sainte Lumière, comment pouvons-nous nous en sortir? Tout est perdu..."
Comme pour lui donner raison, un sancteforge hurla de douleur, transpercé par un gangregarde, et s'effondra au sol. Le démon rugit et s'engouffra dans la caverne, ayant enfin réussi à percer la ligne de défense. Un orc se rua sur lui, et les deux guerriers échangèrent quelques passes avant que le démon ne soit assaillit par un troll et un kal'dorei qui le découpèrent en morceau. A chaque homme qui tombait, ils étaient plus faibles, plus vulnérables. Le jeune humain retira son heaume, les larmes aux yeux, fixant les autres personnes en train de panser leurs blessures dans la caverne. Deux orcs, un troll, trois réprouvés, un kal'dorei, deux soldats humains... et un draenei qui n'était pas sancteforge, mais qui n'avait pas bougé depuis des heures. A ce demander s'il était mort. C'était un géant, même pour un draenei. Enveloppé dans une tunique de cuir et de fourrure typiquement chamanique, il avait la tête baissée et les yeux clos, et ce depuis des heures. Comment ce draenei pouvait-il rester aussi calme, aussi serein alors que ses frères d'arme mourraient ! La colère monta dans le coeur du jeune homme. Il se leva et s'approcha du draenei d'un pas rageur.
"-Par la Lumière, draenei, cela fait des heures que vous êtes assis là à ne rien faire? Il y a des soldats qui meurent, dehors!"
Le chaman ouvrit lentement les yeux, et fixa son regard dans celui de l'impétueux humain.
"-Pourriez-vous répéter, je vous prie?"
Sa voix était douce, calme, semblable à de l'eau qui s'écoule lentement. Le jeune homme en fut quelque peu surpris.
"-Il y a des gens qui meurent, dehors.
-Non, pas cela. Le début, je vous prie.
-Quoi? Par la Lumière, d-
Le draenei l'interrompit du doigt.
"Retiens ça, petit. La Lumière est une énorme blague. C'est toujours quand tu auras besoin d'elle qu'elle disparaîtra. Maintenant prend ton arme, des gens meurent dehors."
Le chaman se releva maladroitement et se dirigea d'un pas assuré vers la sortie, s'arrêtant au niveau du capitaine sancteforge qui peinait à organiser ses derniers hommes. Ils échangèrent quelques mots en draenei, puis le capitaine fit signe à ceux de la caverne.
"-Venez! Le chaman va couvrir une retraite! On rejoins la route et on court jusqu'à ce qu'on tombe sur les fortifications et la balise pour le vaisseau! Allez, les gars, tenez-vous prêts, et protégez le chaman pendant qu'il balance son sortilège!"
Le draenei à la peau bleue s'était en effet campé sur un petit promontoire, et semblait préparer un sort. Soudain, alors que de petits éclairs commençaient à crépiter dans ses mains et dans ses yeux, un nuage noir s’amoncela juste au dessus de leurs têtes, un grondement de tonnerre retentissant. Les démons se ruèrent en masse vers lui, mais les soldats de la Lumière étaient prêts. Un mur de bouclier se dressa devant eux, et pendant de longues minutes, ils les tinrent en respect. Mais il en arrivait toujours d'autres, et le grondement du tonnerre avait beau aller en s'amplifiant, les hommes commençaient à douter.
"-Il arrive, ton sort, le chaman?"
Un rugissement de la tempête répondit au capitaine des sancteforges. Alors le chaman tendit ses mains vers les démons en contrebas, et rugit :
"-Brûlez, démons!"
Alors l'enfer se déchaîna sur les créatures de la Légion. Des éclairs tombèrent par dizaine sur les monstres impies, les brûlant, les déchiquetant, les réduisant en cendres dans une symphonie de hurlements de douleurs. Les soldats de l'Alliance restèrent un instant stupéfiés par un tel déploiement de puissance. La seule et unique raison de la "stase" du chaman avait été de concentrer ses forces pour un sort terrifiant. Une barrière d'éclair ouvrit un chemin aux troupes de la Lumière. Le capitaine beugla un ordre, et tous s'engouffrèrent dans la brèche ouverte par le chaman, sauf l'orc et un mort-vivant qui restaient pour les couvrir et aider le draenei. Ils le laissèrent ainsi, ne regardant pas en arrière, courants droit devant eux, et ne s'arrêtèrent que lorsqu'ils attinrent les fortifications de Krokunn.

Quelques heures plus tard, le chaman arriva au camp, seul, couvert de marques de brûlures et légèrement blessé par quelques petites coupures. Tous l'observèrent alors qu'il marchait d'un pas serein, son regard tranquille fixant droit devant lui. Un sancteforge s'approcha de lui et posa une main sur son torse.
"-Comment? Tu devrais être mort!"
Le chaman lui donna un tabard orc, sa main couverte de sang. Dans une grimace de haine pure, le draenei murmura :
"-Rien n'est un meilleure source de puissance qu'un être vivant. Et rien n'arrête la tempête."
Il continua sa route, laissant l'assemblée muette horrifiée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://grey-knight-bienvenue-en-aesmer.webnode.fr
 
Rien n'arrête la tempête
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La tempête se lève
» Merci ? Mais de rien...
» Un rien habille mon lapin
» Il ne dit plus rien jusqu'au reboot....
» Tempête sur l'échiquier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vengeance de Neptulon :: LE PONT :: Journal de bord-
Sauter vers: