AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les Chroniques d'Isström

Aller en bas 
AuteurMessage
Isström

avatar

Genre : Féminin
Race : Naine
Messages : 8
Date d'inscription : 11/03/2018

MessageSujet: Les Chroniques d'Isström   Dim 11 Mar - 8:40

_

Les éclats de métal incandescent, le rythme rapide des coups sur l'enclume, jusqu'au bruit mat, lourd et brutal du marteau s'abattant sur le fer rougi, tout le confirmait : Isström était furieuse !
Hier soir s'était déroulée la première soirée à bord réunissant tout l'équipage... tous, sauf elle, évidemment [BLAM !].

Ils avaient fait connaissance [BLAM !], avaient raconté des blagues [BLAM !], mis en perce un fût de rhum hors d'âge [BLAM !] [BLAM !], avaient même organisé un petit tournoi amical de boxe [BLAM !][BLAM !][BLAM !].

Et évidemment, qui manquait à l'appel ? La Naine [BLAM !]
Qui se faisait déjà remarquer, après avoir manqué écraser le machiniste et le Second sous un canon mal fixé et laissé se noyer la Capitaine ? Re la Naine [BLAM !][BLAM !] [BLAM !]



- Et voilà, s'exclama-t-elle en contemplant le fer brisé sous les coups... encore un de plus à mettre à la refonte... Jetant un coup d'oeil de biais, elle aperçut le sourire silencieux de Therum, le patron de la forge où elle officiait. Son patron, en somme.
C'était un brave nain que ce Therum, un ami de la famille, qui avait était bien bon de l'accueillir à son retour des Iles Brisées, sans le sou, sans engagement en vue, sans grand chose en fait... Et quand elle lui avait annoncé qu'elle laissait tomber l'enclume pour rejoindre un équipage de la Marine Royale (un navire ??!!), il avait hoché la tête et lui avait souhaité bon vent, ajouté qu'il y aurait une place à la forge à son retour, si les sardines ne l'avaient mangé.
Oui, un brave nain que ce Therum.

C'est encore lui qui l'avait recommandée auprès de cet ingénieur étrange qui avait inventé une sorte de forge de poche. Enfin, de poche... Cela se présentait comme une sorte d'enclume sur pied, ce qui la mettait à la bonne hauteur de frappe. Mais le plus remarquable était le foyer prévu dans le pied lui-même. Le farfelu gnome avait appelé cela une "enclume thermique". Pas idéal pour de grosses pièces mais dans le contexte d'une forge embarquée, cela ferait bien l'affaire. Et puis, l'avantage, c'est qu'on pouvait l'installer dehors sur le plancher du bas (le pont ?) et éviter des aménagements compliqués, comme cette cheminée traversant tout le navire de bas en haut. ET une fois le travail fini, hop, on laisse les braises refroidir et on la range. Im-pec-cable !
Elle avait donc donné un accord de principe pour la commande de cette forge de poche et s'était promis d'en parler au capitaine Hodge dès que possible.

Elle retira un nouveau fer chauffé à blanc des braises, s'essuya le front de l'avant-bras et se remit à l'ouvrage.

"pppff, de la boxe !!" [BLAM !]...

***
Illustration
artstation.com/missuskisses

_


Dernière édition par Isström le Dim 11 Mar - 9:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isström

avatar

Genre : Féminin
Race : Naine
Messages : 8
Date d'inscription : 11/03/2018

MessageSujet: Re: Les Chroniques d'Isström   Dim 11 Mar - 8:41

Isström Poing-de-Fer bougonne, râle, grommelle, botte les arrières trains fainéants et les jean-foutre. Depuis son arrivée à bord, elle s'est bâtie une solide réputation d'enquiquineuse pas commode rabat-joie dur-au-mal... Mais l'Aspirant Brigadier Isström Poing-de-Fer, naine forgeronne de bord de son état, n'en a que faire. Car depuis, son arrivée, elle ne décolère pas. Car depuis son arrivée, on lui fait travailler le bois. LE BOIS ! pas le fer, ni le délicat mythril ni le thorium traître à la forge... non non ! du bois : des planches, des tasseaux, des bouts de bois tout vulgaires. Et pour quoi faire ?? des caisses !!

Satisfaite malgré tout (mais sans le montrer), elle contemple son oeuvre : les ponts du Vengeance sont encombrés de multiples caisses de bois, de toutes les tailles et les formes... toutes vides, juste pour donner une apparence marchande au vaisseau. Seules les plus grosses caisses contiennent quelque chose : les canons. Et d'un simple coup de pied sur les attaches, les pans en tomberont pour libérer l'accès aux pièces d'artillerie de marine camouflées... Une idée de la naine, mais bon, hein pas de quoi s'en faire friser la natte, hein...

Ainsi, si les autres chefs d'équipe ont été aussi diligents qu'elle, le vaisseau sera prêt pour appareiller dimanche. Et si y'en a un qui est pas prêt, ben la machine à gifles va fonctionner à plein !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isström

avatar

Genre : Féminin
Race : Naine
Messages : 8
Date d'inscription : 11/03/2018

MessageSujet: Re: Les Chroniques d'Isström   Dim 11 Mar - 8:41

Ben voyons ! Et un deuxième navire à maquiller ! Bientôt, ce sera toute la flotte qu'on lui demandera de transformer en péniches à fond plat ou en luges du Père Hiver !!! Sans compter qu'il fallait aussi parfaire la transformation du Vengeance, puisque ces géniaux officiers-stratèges voulaient aller jusque dans la Baie ! Et tout ça, en moins de 48 heures !

Isström avait l'impression de ne pas décolérer depuis qu'elle était à bord. Non, en fait, pour dire la vérité, elle-même n'avait pas cette impression. Mais son entourage et l'équipe de manoeuvriers qu'on lui avait affectée si ! La machine à gifles avait bien fonctionné et s'était même vu dotée d'une extension étonnante et assez performante : le distributeur automatique de pied-au-cul !

Quant à la naine, elle était méconnaissable : il fallait la voir, pieds et bras nus, la couette de travers, les outils en travers du lourd ceinturon, monter dans les haubans, passer d'une vergue à l'autre, tout cela la plus naturellement du monde... Arrivée forgeronne de Khaz Modan, on la voyait à présent charpentière de bord ! Oh, elle avait bien encore quelques nausées mais on aurait pu croire qu'elle avait été en mer depuis fort longtemps. Elle avait même adopté certains accessoires des matelots, bandeau en travers du front, chemise ouverte... C'est qu'il faisait une chaleur de forge dans cette région ! Et qu'elle avait un second navire à maquiller. En moins de 48 heures ! Et ça, eh bien c'était tout simplement impossible à réaliser avec les moyens à sa disposition. C'est qu'on n'était plus dans la rade de Hurlevent, avec tout le matériel possible à disposition !

Elle se tenait sur la plage, avec l'équipe chargée de faire du bois et de l'eau potable. Elle sirotait son infâme café dont elle avait le secret (mettez du café dans le pot, ajouter de l'eau, faites chauffer en y plongeant un fer rougi. Si le fer ne flotte pas, ajoutez du café !). Son regard d'artisan allait d'un vaisseau à l'autre, puis revenait rapidement au premier, jaugeant, comparant, évaluant... Elle secoua la tête, remarqua au passage le regard gourmand d'un matelot plongeant dans le généreux décolleté de sa chemise ouverte, décida pour cette fois de ne pas l'assommer : elle avait trouvé ! Elle savait comment elle allait faire.

Si le Reptile (pardon, le "Vent-Méchant" avait dit Inigo - quel bel homme celui-là !) devait servir d'appât, elle allait y faire passer toutes les caisses qui camouflait actuellement le Vengeance (sauf certaines, surtout celles qui cachaient les canons). Faire abattre un mât et casser quelques structures bien visibles ("On a eu une de ces tempêtes !! c'est pour ça qu'on vient à Baie pour réparer !") : Vey aurait bien quelques charges creuses pour ça et faire éclater le bois, façon orage violent... Les voiles... Le rouge et noire étaient trop reconnaissables, elle puiserait dans la réserve du Vengeance pour en remplacer une ou deux, juste pour donner le change... Le bosco allait râler mais elle l'enverrait paître. Le Reptile devait attirer les convoitises : chargés de marchandises et vulnérable. Quel bonheur ! Qui pourrait résister à cette tentation ?
Quant au Vengeance, on allait le camoufler avec des troncs coupés et des feuillages, façon transport de bois. Surtout des feuillages pour donner le change et ne pas trop alourdir le vaisseau. Isström s'amusa de penser qu'aspirante dans la Marine du Roi, elle adoptait des méthodes dignes de la course et de la flibuste... Inigo avait peut être raison finalement.

Depuis la plage, le matelot et la naine souriait. Lui de pouvoir reluquer les généreux mamelons sans se prendre un puissant pied au cul et elle d'avoir trouvé la solution.

Elle rejoignit d'un pas décidé l'esquif qui la ramènerait à bord : "Tu voulais un appât, ma belle ? je vais te donner la luge du Père Hiver chargée de tous ses cadeaux !"

_
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Chroniques d'Isström   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Chroniques d'Isström
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Vengeance de Neptulon :: LE PONT :: Journal de bord-
Sauter vers: