AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bruits de couloir

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Mary Quinn

avatar

Titre : La sous-merde
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Gabier
Âge personnage : la vingtaine, à vue d'nez
Messages : 33
Date d'inscription : 27/01/2018
Age : 19
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 8 Mar - 10:11

"C'est d'bonne guerre, Hodge, c'est d'bonne guerre ..." répétait-elle dans son hamac, entre deux gorgées de rhum. Sans doute était-ce là la raison des regards noirs que lui lançaient les autres manœuvriers, ou peut-être, simplement, le fait d'avoir une pirate à bord les rendait nerveux.

Une gorgée de rhum, encore, et un simple "Conneries." eurent finalement raison du nouveau matelot, qui s'endormit, seul, dans son hamac.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maroussia Hodge

avatar

Titre : Capitaine
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Âge personnage : La trentaine
Messages : 306
Date d'inscription : 15/01/2018
Age : 27
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 8 Mar - 11:12

Maroussia Hodge ne dormi que peu. Une fois son quart réalisé, elle passa un long moment éveillée, dans sa cabine, installée à son bureau. Elle s'accorda une cigarette, et récupéra les remèdes à base de plantes censés soulager son dos. La douleur se faisait lancinante, depuis quelques jours, si bien qu'elle évitait de s'allonger, dans la simple crainte de ne pouvoir se relever.

Elle était un peu lasse, ces derniers temps. Certains membres d'équipage doutaient en permanence, même sur les choses les plus simples, et elle même commençait à perdre de sa patience pourtant réputée dans la flotte. Pourquoi s'entêtait-elle donc à recruter des gens qui n'avaient sans doute rien à faire là ? Qui suivaient, la mort dans l'âme, le corps criant son désir d'être ailleurs et l'esprit qui a déjà entamé le voyage ? Pourquoi, par exemple, acceptait-elle de recruter de jeunes gamins fauteurs de troubles, comme cet Andrew, alors qu'en soit, il n'apporterait sans doute rien - si ce n'est des emmerdes - à bord. Tout le monde était remplaçable, elle compris.

Pourquoi cherchait-elle toujours à donner des secondes chances aux autres, alors qu'elle pourrait se contenter d'uniquement faire son travail, entourée de soldats lambda et non de gens à moitié torturés par les ombres de leur passé. Vey avait dit quelque chose de vrai, attablée dans la taverne, hier soir. On ne laisse pas les convictions à terre, lorsqu'on monte à bord. On ne laisse pas la douleur, ou les ombres du passé. Mais il faut être guidé un minimum par l'envie.

Elle ne pouvait pas créer l'envie pour les autres. Veiller sur eux du mieux qu'elle pouvait, oui. Mais ce n'était pas à elle de réparer ce qui avait été brisé. Elle n'y parviendrait pas. Ce n'était pas son rôle.

L'histoire de la grotte témoignait de sa tendance à commettre toujours les mêmes erreurs. Elle avait choisi de rester, sachant pertinemment que l'infirmier reviendrait seul pour affronter les démons de son passé. Mieux valait qu'ils l'affrontent ensemble, pour mettre toutes les chances du côté de Mereel. Une décision rationnelle, au prime abord... L'était-elle vraiment ? Maroussia en doutait. De l'empathie et de l'affect plutôt. N'était-ce pas ces sentiments là qui avaient toujours guidé ses actes, finalement ? Et Mereel qui ne montait pas le bout de son nez depuis qu'ils étaient rentrés. Toujours assumer ses choix et ses actes. Il était temps qu'il grandisse un peu. Elle avait décidé de rester, pour lui, elle porterait sans problème le poids de sa culpabilité ou de la rancœur du reste de l'équipage. Mais il était temps d'assumer. Elle attendrait encore quelques jours. Pas plus.

"Tu as toujours été empathique, gamine. Presque surprotectrice. Cela reste ta seule et plus grande faiblesse. Chercher à comprendre les autres, à t'encombrer de leurs petits sentiments... Tu as toujours oscillé entre le devoir et l'affect. Toujours." La voix raisonne dans son esprit, désagréable. C'est celle de son ancien capitaine, tirassien. Il a passé l'arme à gauche depuis bien longtemps, mais elle imagine fort bien ses mimiques. Et cet air, de celui qui sait qu'il est plus malin que les autres, qu'elle détestait et respectait à la fois.

"J'ai toujours été empathique, mais je n'ai jamais hésité à sacr..."

"Cela fait quinze ans que ton frérot est mort, il serait peut-être temps de passer à autre chose. Reprends-toi, Maroussia. N'oublies pas qui tu es et ce que tu as fait. N'oublies pas pourquoi tu le fais. Arrêtes de vivre dans cette peur de perdre les vivants, car tu t'attardes trop sur les morts. N'essaie plus de les réparer, de leur donner de quoi être heureux. Tu ne leur dois rien d'autre que la survie. Le reste ne compte pas.".

Le discours mental est toujours le même. Bref, sous la forme de pensée. Schizophrénique ? Sans doute pas. Il parait que c'est assez humain, que de mettre des visages sur les pensées désagréables. Son esprit vagabonde quelques instants encore, la Capitaine se remémorant de l'ancien capitaine. C'était autre chose, à son bord, c'est certain. Uniquement des ordres, une durée d'exécution, et une notion de crainte, de punition. De respect, aussi, cependant. Elle pourrait certainement faire la même chose. Ceux qui resteraient seraient ceux qui ont cette dite envie qu'elle semble avoir du mal à trouver en eux, après tout, l'Aspiration était là pour ça. Pour voir partir ceux qui s'étaient trompés de chemin ou de marchandise.

Une solution de facilité pour elle, d'une certaine manière. Elle n'avait jamais réellement fait ça. Elle voulait plus. Elle avait besoin de plus. Et jusqu'alors, cela n'avait jamais entravé ses capacités. Ca n'allait pas commencer aujourd'hui.

Elle sortit sur le second pont, dans l'air plutôt frais de la nuit. Elle installa un sac en son centre, l'accrochant rapidement via des bouts au mat le plus proche. Puis elle boxa, des heures durant, le corps en sueur et la tête enfin vide de toutes pensées. L'ancien capitaine était retourné à l'état d'ombre, quant à lui, quelque part dans son esprit.


Dernière édition par Maroussia Hodge le Jeu 8 Mar - 14:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vengeancedeneptulon.forumactif.com
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 69
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 8 Mar - 11:18

Voilà près d'une journée et d'une nuit que le chaman demeurait absent, depuis l'épisode de la grotte.
Ce ne fut qu'aux premières lueurs de l'aube qu'il montra le bout de son nez sur le navire, de grandes cernes sous les yeux, couvert de ce qui semblait... être de la cendre. Même une odeur de chair carbonisée l'accompagnait, alors qu'il regagnait ses quartiers sans dire un mot, pour s'écrouler sur son hamac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vendetta Mira Stella

avatar

Titre : Quartier-Maitre
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Messages : 129
Date d'inscription : 05/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 8 Mar - 14:10

Terminant son quart, debout sur le pont du château arrière de la Vengeance, Vey savourait les premières lueurs de l'aube, celles où le diapré profond de la nuit se fond lentement en un tableau de couleurs variées, tout en nuances de violet, de pourpre et d'or. Celles aussi où les étoiles cédaient lentement leurs places aux oiseaux dans le ciel, comme une immuable passation de pouvoir sur la vie des marins, les premières leur indiquant la bonne direction en mer, les seconds leur indiquant que la terre était là, toute proche, juste au delà de cet horizon qui était, de tout temps, leur objectif, leur allié mais parfois aussi leur pire ennemi.

Le vent frais venu du large lui ébouriffa les cheveux qu'elle gardait libres depuis la dernière virée dans les tavernes de la Vieille Ville. Son esprit vagabonda un instant, revoyant les visages des anciens, et des nouveaux, les propos échangés, les confessions faites, parfois à l'aide d'un sourire, parfois par le biais d'une clé de bras verbale, rappel à tout un chacun que, malgré la légèreté des propos, des affaires sérieuses se concluaient, et qu'il ne fallait pas l'oublier dans les vapeurs des boissons servies, qu'elles soient ou non alcoolisées, du reste. Pas toujours un rôle facile à jouer, si tant est même qu'on puisse parler de rôle, pour les officiers, mais un aspect nécessaire, quand un équipage s'étoffe aussi rapidement, avec des gens venant d'horizons aussi différents : assurément un atout pour le genre de traversées qui les attendaient, mais également une source de chaos et de conflit, ce qui était bien évidemment la chose à surveiller et à éviter autant que possible.

"Piloter une fusée X-53, c'est autre chose que conduire l'attelage qui laboure tes champs, ma p'tite  ! Quand tu poses tes fesses dessus, tu sais qu'elle est capable de t'emmener très loin très vite mais si tu quittes les voyants des yeux un seul instant, tu peux être sur que ca pête ! Et c'est rarement joli à voir ... enfin sauf pour ceux qui sont loin, ça fait de belles étoiles bleues, rouges, et vertes !"

Cette phrase, lâchée sans vergogne par son instructeur en ingénierie explosive, lui revint en mémoire, semblant s'appliquer à la situation, et elle opina du chef, malgré qu'il n'y ait personne à côté. Le mouvement lui permit cependant de repérer du mouvement sur le quai faiblement éclairé, car en partie surplombé par le navire. Elle crut reconnaître la silhouette d'un des garnements à qui elle avait confié un petit colis à l'attention de Vermillon. Mais elle se ravisa en notant la largeur des épaules, et le pas lourd de Dorwel. Il semblait hagard et fatigué, et bien que l'envie de s'enquérir de son état la tarauda, elle préféra le laisser se diriger vers le quartier de l'équipage. Nul doute qu'il avait besoin de repos. Le voyage vers la Marche de l'Ouest l'avait vu revenir très éprouvé, mais il n'avait pas voulu en parler. Peut être parce qu'il avait besoin de faire le point, ce que Vey pouvait tout à fait comprendre. Il parlerait en temps voulu ... et sinon, il serait temps de le voir avant que le navire ne lève les voiles vers sa prochaine destination.

Revenant à sa contemplation de l'horizon, elle nota que celui ci se barrait d'une petite touche de nuages, qui, dans le soleil naissant, faisait naitre des gloires qui jetaient des reflets dorés sur la mer, sombre en comparaison. Elle sourit à ce spectacle, qui l'apaisait.

Apaisement. Tension.

Elle se rendit compte que depuis l'épisode du cimetière, elle avait retrouvé sa sérénité. Un équilibre intérieur qu'elle croyait avoir trouvé il y a plusieurs semaines, avant d'embarquer, mais qui n'était alors qu'une illusion. Elle se rendit aussi compte que la tension qu'elle avait ressenti alors n'émanait pas que d'elle. Bien sur, les évènements récents, les combats, les siens propres mais aussi et surtout ceux de l'équipage de la Vengeance, la campagne de recrutement, tout cela était source de tension, comme souvent quand l'esprit de corps fait son apparition, et que chacun cherche et trouve, ou pas, sa place, sur le navire. Non, il y avait plus. Et son état actuel semblait le lui crier au visage.

Revenant mentalement sur chacun, elle commença une ébauche de liste des cas constatés : Dorwel qui semblait en proie au doute, comme Ysael après son tête à tête avec la petite fée dorée des tavernes, Romilda qui semblait d'un bloc, solide et forte, mais dont les craquelures apparaissaient de plus en plus profondes, Mereel qui n'avait pas montré sa frimousse depuis le voyage chez sa "mère de cœur", et qui semblait se fuir plus encore que de coutume, Hérodiade dont Vey appréciait l'esprit acéré et piquant, souvent au détriment d'une certaine diplomatie il est vrai, et dont la propension à abuser du vin était une fenêtre sur les tourments qui devaient agiter l'âme de la mage. Même le Capitaine montrait quelquefois des signes d'impatience, voire de mécontentement, mais étant donné sa position, c'était peut être une façon de relâcher la pression. Ou d'envoyer des signaux pour qui voudrait bien les lire. Quant au Bosco, certains bruits de planche cassée et des grondements venant de ses quartiers ne laissaient guère de doute sur le fardeau de la hiérarchie.

Il y avait aussi Inigo et Klitick. Vey n'aurait su dire si ils étaient affectés aussi, le premier, parce qu'il était surement beaucoup plus maitre de ses sentiments, ou habile à les masquer, et le deuxième, parce qu'elle n'était pas experte en psychologie gnome, surtout avec les grandes lunettes qu'il portait. Elenwë demeurait un mystère à ses yeux, mais pour ce qu'elle en avait compris, le combat quotidien de l'elfe pour conserver son état actuel la renforçait, tout autant qu'il l'obligeait à maintenir une forme d'équilibre mental. Quant aux recrues les plus récentes... Les missions futures se chargeraient de mettre un nom sur les bagages qu'elles amenaient avec elles.

Plissant les yeux, Vey revint à elle, mettant sa main en visière pour se protéger des rayons du soleil qui venait de percer les nuages lointains, pour proposer une journée qui s'annonçait radieuse. Le quart touchant à sa fin, la jeune femme acheva son inspection du pont avec le reste de l'équipe, remisant ses pensées récentes dans un coin.

Le soleil qui réchauffait son dos la fit sourire, allant de paire avec le sentiment profond qu'elle portait à ce navire. Elle avait franchi le cap, à son tour d'aider son équipage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hérodiade Ambrose

avatar

Titre : La Lionne
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Abjuratrice
Âge personnage : 46 ans
Messages : 48
Date d'inscription : 30/01/2018
Age : 21
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 8 Mar - 14:44

Hérodiade aura passée une nuit difficile. L'alcool la ravagea jusqu'à l'aube et la douleur revint plus forte quand sonna minuit. Le lendemain matin, cependant, ses maux semblaient s'être apaisés. Elle se jura de ne pas toucher à une goutte d'alcool de la journée et elle prit soin de se laver et de se parer de l'élégance que certains lui connaissent.
Elle passa sa journée à lire sur le navire. Pour qui l'aura croisé, malgré la gueule de bois inévitable, elle sembla plus agréable que ces deux derniers jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maroussia Hodge

avatar

Titre : Capitaine
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Âge personnage : La trentaine
Messages : 306
Date d'inscription : 15/01/2018
Age : 27
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 8 Mar - 15:41

Des rumeurs circuleront toute la journée entre les manœuvriers, portant des nouvelles de la fameuse attaque de la Baie par la Voile Sanglante. Visiblement, les pirates ont écumé un échec, malgré les sous-marins et la technologie déployée. Les canons en provenance du nord, postés à des endroits stratégiques par le Baron et ses hommes, étaient venus à bout de cinq ou six navires, profitant du terrain accidenté, tout à leur avantage.

Les navires réchappés de la Voile Sanglante prirent très vite le large. Difficile à dire ce qu'il devient d'eux et leur position actuelle. Deux autres navires furent abandonnés sur place et en suffisamment bon état pour que le Cartel de Gentepression le récupère.

En tout cas, nul ne parle du passage d'un navire de l'Alliance dans tout ce foutoir là. Le Cartel semble déjà en train de reconstruire ce qui a été détruit. Certains murmurent quant à la disparition étrange de John Doe, mais comme on dit par là bas : "Les visages passent, l'or reste.".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vengeancedeneptulon.forumactif.com
Romilda Dalson

avatar

Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Chevaucheuse de griffon / franc-tireuse
Âge personnage : 35
Messages : 41
Date d'inscription : 14/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 8 Mar - 17:02

***

Romilda ne vit pas passer ses tâches de la journée. Elle agissait de façon mécanique, l'esprit totalement ailleurs, sans voir quiconque passer sous son nez. Elle avait lu et relu la lettre glissée à son attention par Maroussia. C'était une foule de sentiments confus et contradictoires qui l'agitaient depuis sa lecture. Il avait fallu qu'elle lui demande ça. A elle, maintenant. Elle repensait à cette nuit là lorsqu'elle avait enfin achevé sa petite figurine de bois, qui demeurait cachée dans sa cuirasse. Elle n'avait même pas encore décidé de ce qu'elle allait en faire. Elle se sentait tenaillée entre son devoir, et la tâche vertigineuse qui l'attendrait si elle disait oui. Elle ne se sentait pas prête. Pas du tout. Mais le serait-elle jamais ? Elle savait ce dont elle était capable. Elle doutait un peu plus de ce dont elle n'était pas. Ne plus être l'ombre d'elle-même... Ca lui faisait parfois du mal de l'admettre. Depuis un an, elle n'avait fait qu'errer sans but entre le Nord et Hurlevent. Peut être était-il temps de reprendre sa vie en main. Peut être avait-elle commencé, sans savoir encore que la décision s'était prise d'elle-même dès lors qu'elle avait posé le pied sur le Vengeance.

***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Klitick Pincevapeur

avatar

Genre : Masculin
Race : Gnome
Métier/classe : Ingénieur
Âge personnage : 21/11/6
Messages : 18
Date d'inscription : 01/02/2018
Age : 17
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Sam 10 Mar - 2:00

Klitick aura attendu toute la nuit devant la caserne avec les herbes des Hinterlands de Dorwel soit-disant "propices pour lutter contre le sommeil". Mais il n'était pas dupe et avait compris que Dorwel voulait le faire dormir.
Après son entretien avec la Capitaine, il médita longuement sur ce qu'elle avait dit et repensa à l'intervention de la gnome avec Dorwel sur le pont du Quartier Marchand.
Très tard le soir, il était sur l'herbe humide au pied des escaliers de la caserne de la Garde de Hurlevent à attendre ses compagnons sortir, il éspèrait voir quelqu'un sortir à chaque minutes qui passait : peut-être le magicien aux tentacules, l'étrange docteur ou même la mécanicienne... qui sait ?
Le sommeil commençait de plus en plus à l'emporter, voulant rester éveillé, il prit l'herbe de Dorwel dans un élan de déséspoire puis il tomba dans un profond sommeil jusqu'au petit matin (avec un rhume bien sûr)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 69
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Sam 10 Mar - 10:51

Un soupir. Combien de fois il en avait fait, de soupir, cette nuit là. Ce qui était prévu pour n'être qu'une simple leçon à une pourriture, s'était transformé en une affaire tellement compliqué...

Dorwel était fatigué, après tout ces évènements, en une soirée. La confrontation avec Arthur, l'interception de la Garde, la surveillance de Klitick pour lui éviter de faire des folies, l'anxiété à la nouvelle de ses compagnons sous garde à vue...

Il avait finalement raccompagné Ysael, éreintée émotionnellement, à l'auberge de la vieille ville, et était en train de boire une dernière cruche d'hydromel avant d'aller se coucher.

Il espérait que tout irait bien, et que cela n'impactera pas trop la position du capitaine. Elle avait déjà tellement de soucis dans les bras, il ne faudrait pas qu'on l'embête encore plus, se dit-il.

Ce fut sur ces pensées qui termina son hydromel, et repartit à l'étage se coucher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
"Anna"

avatar

Genre : Féminin
Race : Humaine
Messages : 3
Date d'inscription : 23/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Sam 10 Mar - 15:12

La gorge et les lèvres sèches, Anna observait ces cellules froides et humides.
Elle les connaissait par coeur, hélas, et savait ce qu'elle risquait. Pourtant, ses lèvres ne s'étaient pas ouvertes, elle n'avait pipé mot, rien dit, rien balancé. Comme une vieille habitude qui lui colle à la peau.
Agacée, elle l'était. Peut-être même énervée. Mais c'était une pointe de regret qui saisissait ses entrailles. "Et si..." se répétait sans cesse dans sa tête à mesure que les secondes, minutes, heures défilaient.
Son regard coule vers les autres dans les cellules, un brin pensive, puis elle se décide à fermer - enfin - un oeil. Seulement un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysael

avatar

Genre : Féminin
Race : Humaine
Messages : 20
Date d'inscription : 13/02/2018

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Sam 10 Mar - 15:23

Levée aux aurores, les cheveux en bataille et le visage bouffi, Ysael avait quitté l'auberge sans réveiller qui que ce soit.
Elle déambulait dans les rues, enfermée dans un mutisme que peu lui connaissaient.
Il est difficile de mettre ses pensées en ordre, surtout lorsque les mots manquent. Les idées et les concepts sont là, comme des sensations, mais ils ne sont pas identifiables. Pas tout à fait.
Colère. Tristesse. C'était ça, et ce n'était pas ça. Solitude ? Peur.
Elle regardait la mer. Au loin, la Vengeance semblait immobile. Et elle l'appelait, chaleureuse comme un refuge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hérodiade Ambrose

avatar

Titre : La Lionne
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Abjuratrice
Âge personnage : 46 ans
Messages : 48
Date d'inscription : 30/01/2018
Age : 21
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Dim 11 Mar - 1:20

Hérodiade passa sa journée à ressasser les évènements de la veille. Après une nuit des plus compliquées, elle sera rentrée chez elle pendant que certains de ses alliés croupissaient en cage. Elle ne savait ce qui l'attendait à l'avenir, la justice Hurleventoise elle la connaissait bien, mais ses actes pouvaient l'amener jusque devant le Kirin Tor. Elle regagna le navire en fin de matinée et découvrit un bouquet de rose et une lettre à son nom près de son hamac signé de la main d'Inigo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isström

avatar

Genre : Féminin
Race : Naine
Messages : 6
Date d'inscription : 11/03/2018

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Dim 11 Mar - 8:41

_

Isström était rassurée : la petite Ysael était saine et sauve, le Bosco s'était dépatouillé avec cette histoire de prison, de Guet, de tout ce chantier dont les humains ont le secret avec leur sens de la complication... les autres allaient bientôt être libérés et tout ce fatras vite oublié ! Surtout, la petite était sauve et pour l"heure, c'est tout ce qui comptait à ses yeux.
Elle retourna à bord et, avant de rejoindre son hamac, déposa une brioche sur celui d'Ysael.

_
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romilda Dalson

avatar

Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Chevaucheuse de griffon / franc-tireuse
Âge personnage : 35
Messages : 41
Date d'inscription : 14/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Dim 11 Mar - 9:20

***

Elle demeurait silencieuse, le nez au vent, le regard fixé sur l'horizon. Elle attendait leur retour, le front plissé. Une profonde amertume la dominait. Elle n'avait pas tenu ses engagements. Elle ne les avait pas protégés comme Maroussia lui avait demandé. La logique était simple : le groupe lui faisait confiance, c'était sa mission de les ramener à bord, sans trop de heurts. Au lieu de ça, elle avait été forcée de s'évader comme un chien apeuré avec l'aide d'Herodiade et cette lâcheté lui avait coûté plus qu'elle ne pouvait l'admettre. Ce n'était pas même une affaire de fierté ou d'ego. Des défaites, elle en avait essuyées plus d'une... Non, c'était d'être en sécurité sur le bâteau tandis que les autres croupissaient dans une cellule. Même pour une nuit. Si elle était restée, si elle avait ouvert la porte de ce cabanon, aurait-elle changé quoi que ce soit ? Non, son statut d'aspirante ne lui donnait aucune légitimité particulière. Et Hérodiade aurait été embarquée avec elle, sans parler de cette raclure de fond de cale, qui n'aurait pas raté l'occasion pour s'évader ou les enfoncer plus encore. Néanmoins toutes les justifications rationnelles qu'elle avait pu trouver pour essayer de se convaincre qu'elle avait fait "au mieux" ne lui étaient d'aucun réconfort. Elle avait failli. Encore. Elle avait été trouver Maroussia pour lui faire son rapport, la queue entre les jambes, et obtenir de l'aide. On ne s'excuse pas dans l'armée. Mais ça n'enlevait pas les regrets. Elle aurait dû prévoir qu'une telle mission dans une grande ville qu'elle connaissait si peu, risquait de virer au fiasco. Le soleil tapait sur l'eau, lui renvoyant la dureté de ses rayons dans la rétine. Ce qui la désolait plus encore, c'était que la gamine n'y avait trouvé aucun réconfort, aucune sortie de secours. Tout ça pour quoi ? Le monstre de ses cauchemars trouverait peut être la fin au bout d'une corde. Mais ça ne résoudrait pas tout, elle même ne le savait que trop. En attendant, c'était un début. S'il ne rencontrait pas la corde, son destin prendrait la forme d'une balle entre les deux yeux. Cela du moins, elle pouvait en faire la promesse facilement.

***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inigo Ghesufal

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Métier/classe : Navigateur
Messages : 121
Date d'inscription : 05/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Dim 11 Mar - 12:28

_

Juste avant l'aube et dès la fin de son dernier quart - le suivant n'étant prévu que quatre jours plus tard -  Inigo demanda à Flint, le premier gabier, de porter un paquet et une bouteille de Dalaran Grand Cru auprès de Dame Ambrose, ainsi qu'une courte note, qu'elle trouverait à son retour.
Puis il quitta le navire, non par la navette habituelle mais par une petite chaloupe menée par ce qui pouvait sembler être un nain sous un épais capuchon. S'emparant des rames, Inigo dirigea alors l'embarcation vers le débarcadère nord, juste au delà des chantiers navals de la ville.
Ces événements eurent lieu il y avait cela deux jours et, depuis, nul à bord n'avait eu de nouvelles de l'aspirant.
_
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vendetta Mira Stella

avatar

Titre : Quartier-Maitre
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Messages : 129
Date d'inscription : 05/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Dim 11 Mar - 13:51

Discrétion aura été le maitre mot de Vey au cours des derniers jours pourtant riches en évènements.

Oh bien sur, elle a passé de bons moments dans la taverne qui est devenue, en quelque sorte, le quartier général de l'équipage quand la Vengeance est au port de Hurlevent. Mais que ce soit par le jeu des quarts ou celui de son propre agenda, Vey a suivi à distance les affres qui tourmentaient Ysael, et les péripéties qui allaient mener plusieurs de ses compagnons dans les geôles de la Citadine. Le malfrat à l'origine de tout ça les avait rejoint, ce qui était une maigre consolation. La clémence n'était pas vraiment à l'ordre du jour ces temps ci, et les chances pour qu'il finisse raccourci ou allongé de quelques centimètres au bout d'un corde était très élevé. Une justice expéditive. Le meilleur moyen de tourner la page rapidement. mais Vey ne pouvait oublier la réaction d'Ysael lors du jugement de John Doe, et elle craignait que ce nouveau spectacle n'ait un effet délétère sur une jeune femme déjà fragile, et fragilisée.

Cherchant de quoi changer lui changer les idées, Vey a fait le tour des échoppes, ramenant un carnet en cuir aux feuilles vierges, ainsi qu'un petit nécessaire d'écriture et de dessin, qu'elle a déposé sur le hamac d'Ysael, à côté d'une brioche encore toute chaude.

Refermant la porte, elle a pris la direction de la soute avant, où se reposent les griffons. Sortant l'étrille, elle a passé un long moment avec Kay, et la femelle griffon qui sert de monture à l'aspirant Mikhaïl, qui, faute d'aménagement encore suffisant, hormis un morceau de voile sommairement noué à une poutre du pont, partagent la même stalle. Vey aura eu beaucoup de mal à laisser de côté les éléments de la conversation impromptue qu'elle a eu au Bar Tabasse, mais le va et vient de la brosse sur le dos du griffon aura finalement le côté apaisant qui rend cet aspect du métier plutôt agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysael

avatar

Genre : Féminin
Race : Humaine
Messages : 20
Date d'inscription : 13/02/2018

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Dim 11 Mar - 14:24

Elle fourra la brioche toute entière dans sa bouche et s'emparra du carnet ainsi que du matériel à dessin avec rapidité. Les années qu'elle avait passées à grandir dans un dortoire rempli d'enfants lui avait appris qu'un objet n'est à nous qu'à partir du moment où on l'a en main. Si quelqu'un d'autre le prend, alors l'acte de propriété prend fin. Même si vous l'aviez léché. C'était ainsi.
Ysael dévala les marches quatre par quatre jusqu'à la salle des machines, longea la tuyauterie capricieuse, tourna à gauche, puis à droite, disparue derrière un chauffe-eau et ... termina sa course folle dans sa cabane faite de couvertures miteuses. Là, personne ne viendrait la voir.
La bouche encore pleine de brioche, elle ouvrit le carnet avec une délicatesse extrême. Elle renifla les pages, caressa le papier du bout des doigts et se frotta même la joue dessus. Le nécessaire d'écriture et de dessin lui faisait de l'oeil.
C'était tout pour elle, sinon, on ne l'aurait pas posé dans son hamac. Quelqu'un l'avait mis là pour elle, c'était clair. Mais pourquoi ?
Elle s'adossa contre le chauffe-eau. Assise en tailleur, le carnet entre les cuisses, elle contempla sans y penser le bracelet qu'Hérodiade lui avait offert.
Pourquoi ?
Pourquoi étaient-ils tous si gentils avec elle, alors qu'elle les avait tous mis en prison ?
Le bosco avait été clair. Ils avaient pris des risques à cause d'elle, et elle n'avait rien fait pour les en empêcher. Pour couronner le tout, elle n'avait rien pu dire à Arthur. Rien de ce qu'elle aurait voulu lui dire. Rien de ce qu'elle avait gardé pour elle pendant des années.
Mais le principal, c'était qu'il avait été arrêté lui aussi, pas vrai ?


"... Famille."

La jeune fille saisit un porte plume qu'elle trempa dans l'encre et entama le carnet. Son carnet.
Et elle n'avait même pas eu besoin de le lécher pour qu'il soit à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikhaïl Berger

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Messages : 28
Date d'inscription : 06/03/2018

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Dim 11 Mar - 18:35

Mikhaïl découvrait petit à petit l'équipage et leurs déboires à travers cette malheureuse histoire qui aura conduit quelques personnes en geôles. Il connaissait bien la lenteur du Guet pour clarifier ce genre d'histoire aussi, la rapidité avec laquelle l'affaire avait été traitée l'aura surpris.

Mais bon, rien ne pouvait détourner l'agent de son éternelle infusion au gingembre, ginseng et cannelle, pas même un pendu et encore moins un milicien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Quinn

avatar

Titre : La sous-merde
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Gabier
Âge personnage : la vingtaine, à vue d'nez
Messages : 33
Date d'inscription : 27/01/2018
Age : 19
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Dim 11 Mar - 22:24

Dans la nuit aura été vu, ou entendu, le jeune infirmier fouiller, jeter, ranger ses quelques effets personnels, puis, le silence. Mereel était prêt, yeux ouverts, la tête posée contre son sac rempli des quelques objets de valeurs qui relevaient encore de sa propriété, dans l’infirmerie du Vengeance.

La nuit porte conseil, disait-on, et force est de constater que le jeune homme n'allait pas attendre l'aube pour recevoir cette aide divine ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inigo Ghesufal

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Métier/classe : Navigateur
Messages : 121
Date d'inscription : 05/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Lun 12 Mar - 12:44

***

Outre cette sale histoire mêlant certains membres de l'équipage d'un navire de la Marine Royale, un sale type de la pire espèce et un orphelinat respecté de la ville, deux autres rumeurs firent les gorges chaudes des tavernes de la ville.

Selon la première, la bande du Noir Chicot, bien connue pour ses activités de rackets et d'extorsions en tous genres, venait de subir un douloureux revers. En effet, le dénommé Alvar 'Splinter' Thorpe, clairement identifié par les services d'ordre de la ville comme le meneur du gang en question, avait été retrouvé dans un fossé près des chantiers navals, inconscient, un bras "plié dans le mauvais sens et le genou brisé, la tête comme un chou fleur" selon un garde de la patrouille du Guet rapidement appelée sur les lieux...

Selon la seconde, qui fut vite colportée par les amateurs de soirées mondaines (et de jeux de hasard et autres divertissements coquins) de la haute société de la ville, le très côté "salon de lecture" de Madame de Mainfroi avait réouvert ses portes hier soir pour reprendre ses activités raffinées et tant appréciées du tout Hurlevent qui, ravi et dès l'annonce faite, ne manqua pas de s'y bousculer.

Et c'est en fin de cette même soirée que l'aspirant Ghesufal rentra sur le Vengeance par la navette régulière. Il semblait aussi enjoué qu'à son habitude et en forme, hormis une certaine raideur du côté gauche, une lèvre inférieure joliment tuméfiée et un coquard à l'oeil présentant un assez élégant camaïeu de bleus divers et variés...

***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inigo Ghesufal

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Métier/classe : Navigateur
Messages : 121
Date d'inscription : 05/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Lun 12 Mar - 23:29

***

Sur les conseils du Capitaine, Inigo se rendra à l'infirmerie se faire rafistoler par Dorwel. Puis ira prendre son quart de nuit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romilda Dalson

avatar

Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Chevaucheuse de griffon / franc-tireuse
Âge personnage : 35
Messages : 41
Date d'inscription : 14/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mar 13 Mar - 0:16

***


Elle faisait ça rarement, pour tout dire, ça devait même faire quelques années. Elle préférait ne pas compter. Au lieu de ça, elle avait été trouver le cuistot, réquisitionnant ses gamelles pour quelques heures. Elle avait peiné à se souvenir des proportions, mais après quelques réajustements, quelques marchandises gaspillées, aussi, elle avait réussi. Elle répartit le ragoût de sanglier au miel et aux épices entre les membres de l'équipage intéressés par les odeurs de la tambouille. Voir disparaître les rations la comblait bizarrement bien plus que d'en manger elle-même. Sa manière à elle de dire qu'elle était contente de retrouver l'équipage au complet. Un estomac bien rempli valait mieux que bien des discours.

***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inigo Ghesufal

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Métier/classe : Navigateur
Messages : 121
Date d'inscription : 05/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mar 13 Mar - 9:13

***

Son quart enfin terminé vers le milieu de la nuit, Inigo passa la tête par la porte de la cuisine : "euh... il reste un peu de ce ragoût ?""

***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romilda Dalson

avatar

Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Chevaucheuse de griffon / franc-tireuse
Âge personnage : 35
Messages : 41
Date d'inscription : 14/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mar 13 Mar - 9:54

***

Romilda arqua un sourcil en voyant le visage tuméfié d'Inigo. Elle remplit une assiette de ragoût qui commençait à refroidir et lui tendit :

- Joli camaïeu. On a un peu trop chaloupé avant de rejoindre son hamac ?

Elle désigna de sa spatule son oeil bien arrangé, avant de prendre une mine mi-amusée, mi-intriguée.

***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vendetta Mira Stella

avatar

Titre : Quartier-Maitre
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Messages : 129
Date d'inscription : 05/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mar 13 Mar - 12:24

Partout de la dorure, des murs lambrissés de bois exotiques et rares, donc chers, des tissus riches et chamarrés, des tentures sur les murs qui assourdissent un peu les bruits et les paroles. On dirait une scène de théâtre, une scène savamment décoré pour mettre le spectateur dans les meilleures dispositions ... et attirer le regard loin des artifices de la mise en scène. Une convivialité arrangée, des sourires un peu trop larges pour être francs, des dents blanches qui se révèlent parfois aussi coupantes que les mots échangés.

"Et maintenant, mesdames, messieurs..."

Et cette odeur... Une odeur douceâtre, peut être celle d'un encens de qualité qui mêlerait ses arômes à un mélange de parfums capiteux. Et qui contribue à donner à l'air une épaisseur singulière, donnant aux lanternes et chandelles qui éclairent l'endroit des reflets moirés, mettant en valeur les robes des dames, qui en bleu et or d'un côté, qui en rouge et noir de l'autre, et au milieu, une soliste en robe violette, qui fait des entrechats et des pointes sur le bar, entre les deux groupes. Le public est restreint, les tableaux ont des yeux, et ils ne perdent pas une miette du spectacle qui se joue alors.

"Comptez jusqu'à trois..."

Vey lève une main en visière, semblant guetter quelque chose. Le ruban qui entoure son poignet, tissé de fil d'or dans un tissu satiné et soyeux, tombe un instant devant ses yeux, comme s'il voulait la protéger, ou l'empêcher de voir ? un spectacle qui ne lui serait pas destinée directement. Elle décide alors de s'en défaire, et le repose sur une psyché qui lui renvoie son image, celle d'une femme coquette, la chevelure coiffée d'une façon un peu extravagante, le visage poudrée et maquillée avec peut être des contrastes un peu trop prononcés, et une merveilleuse robe en soie bleue, cousue de fils d'or et bordée de dentelles autour d'un décolleté assez vertigineux. Sa taille est ceinte d'une ceinture aux motifs similaires à ceux du ruban à son poignet, et les plis de sa robe laissent entrevoir les boucles étincelantes de ses souliers. Ainsi que les marques de la trappe sur laquelle elle se tient.

"Et l'une d'entre vous disparaitra."

Relevant la tête, elle constate que toutes la regardent, leur hôtesse, l'étrange femme-qui-est-un-homme-mais-qui-doit-se-résoudre-à-être-une-femme, la soliste, les yeux des tableaux, et même le Capitaine. Le Capitaine qui est aussi sur une trappe. Une main sort de derrière une tenture, et se pose sur un levier. Vey se précipite vers le Capitaine, la main actionne le levier...

**********


Se redressant dans son hamac, le souffle court, le front un peu moite, Vey étouffe un cri. Un rêve. Un simple rêve. Un stupide rêve. Elle porte la main à son front, descend sur ses yeux et se rallonge un instant. Elle ne peut s'empêcher de sourire malgré tout. Avant de revenir au présent. Quelle heure est il ?

Jetant un coup d'œil vers la porte du quartier de l'équipage, elle constate que le soleil doit être encore sous l'horizon. Elle balaye du regard la pièce. Oui, il est encore là, assis sur la chaise qu'il lui a tenu lieu de lit, habillé, son armure absorbant les maigres lueurs qui filtrent dans la pièce, son arc posé sur les genoux, les yeux fermés. Mais il ne dort pas, elle en est certaine.

Attrapant ses affaires, elle saute à bas du hamac, habillée à peine après avoir touché le sol. L'homme ouvre les yeux au son des bottes sur le bois. Il esquisse le fin sourire qu'elle lui connaît maintenant.

"Bien dormi ?" dit elle à voix basse.
"Mieux que sur les branches des arbres où je veille habituellement, oui merci."
"Bon, comme convenu, les hommes de quart ne vont pas tarder à se pointer, alors il est temps de mettre les voiles." souffle-t-elle, un peu déçue quand même de devoir mettre dehors aussi vite le jeune chasseur, croisé la veille au soir, et avec qui elle a passé une grande partie de la nuit dans une grande discussion à la fois légère et profonde. Mais elle sait qu'elle flirte avec les règles et qu'elle a un peu outrepassé ses droits en le logeant à bord pour la nuit. Elle lui adresse un nouveau sourire, pour tenter de masquer son trouble, auquel le jeune homme répond en se levant, opinant pour dire qu'il a bien compris.

En arrivant à la porte, une bonne odeur de plat cuisiné prend d'assaut leurs narines, avec pour corollaire le réveil de leurs estomacs, qui se mettent à geindre de concert. Poussant le jeune homme vers la passerelle d'accès, elle lui fait signe de l'attendre sur le quai. Puis elle laisse son nez la conduire jusqu'à la partie qui sert de cuisine et où Romy et Inigo sont en grande conversation autour d'une marmite de ragoût. Bien qu'elle meurt d'envie de connaître les causes du coquard du bretteur, ainsi que les secrets de cuisine, décidément nombreux, de la chasseresse d'Atreval, Vey leur sourit et opte pour la stratégie du réveil affamé. Lorgnant la marmite d'un œil directement relié à un ventre vide depuis trop longtemps, elle demande la permission de se servir. Récupérant un bol, elle se sert alors généreusement. Puis, profitant du fait que les deux ont repris leur conversation, elle se lève, faisant mine de vouloir déguster son ragoût en profitant de la douceur du petit matin, elle attrape discrètement un deuxième bol, et se dirige vers le pont, et la passerelle.

Parvenue dans la pénombre du quai, elle cherche du regard son désormais partenaire d'entrainement et de conversation, qui la fait sursauter en lui tapotant sur l'épaule. Faisant attention à ne pas lâcher leur repas, elle lui indique d'un mouvement de tête une pile de caisses sur laquelle ils pourront manger et bavarder tranquillement.

Une demi heure plus tard, la sentinelle de bord verra la jeune femme revenir avec deux bols vides, et un petit sourire sur les lèvres. Au loin, un petit corbeau aura fait deux cercles au dessus du navire avant de prendre la direction des bois au nord de Hurlevent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bruits de couloir    

Revenir en haut Aller en bas
 
Bruits de couloir
Revenir en haut 
Page 3 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Vengeance de Neptulon :: LE PONT :: Journal de bord-
Sauter vers: