AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bruits de couloir

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
AuteurMessage
Vendetta Mira Stella

avatar

Titre : Quartier-Maitre
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Messages : 129
Date d'inscription : 05/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Lun 9 Juil - 19:37

Installée bras croisés à côté du premier matelot, Flint, Vey observe la mâture et les haubans supérieurs, où les gabiers font des va et vient nombreux, agiles comme des hozens et presque aussi bruyants, pour remplacer les cordages abimés. Une main en visière, le cou un peu tordu, elle laisse échapper un petit sifflement admiratif quand elle voit un des matelots passer d'une hune à l'autre en se balançant souplement, comme si le vide sous ses pieds comptait pour rien.

- Tes gars sont doués, pas de doute là dessus, Flint.

La remarque tire un petit sourire sur les lèvres du vieux matelot, qui suit d'un regard professionnel l'évolution de ses hommes.

- Ce sont les meilleurs. Même si à mon avis, la dernière manœuvre était plus de l'esbrouffe que réellement nécessaire. Cet idiot de Khamsin a du s'apercevoir que vous étiez là, et il n'a pas résisté à la tentation de vous en mettre plein les yeux, m'est avis.

Le premier matelot ponctue sa phrase d'un léger grognement, qui est, chez lui, ce qui se rapproche le plus d'un petit rire. Le regardant du coin de l'œil, Vey opine du chef.

- Pas à dire, on a des phénomènes sur ce navire. Veille quand même à ce qu'il ne multiplie pas les numéros de cirque, ça serait dommage qu'il dégringole, maintenant que le pont a été briqué à neuf…

- Ah ! Pas de risque avec lui. Il s'en sort toujours, même par grosse mer. Je gage que son secret, c'est sa tête, aussi vide que son cœur est généreux ; en cas de chute, elle lui permet de planer jusqu'en bas.

- Ouais. Je vais quand même continuer mon tour, on ne sait jamais, je n'ai pas pris mon parapluie. Quand est ce que vous pensez avoir terminé les travaux les plus urgents ?

- On aura fini dans deux jours tout au plus. C'est une chance que vous ayez trouvé autant de cordages, et de tissu pour les voiles. J'espère que ce n'est pas un de ces rats de l'Intendance qui vous les a vendu à prix d'or ?...

- Non, une chance, comme tu dis. Comme les fournisseurs de la marine sont pris d'assaut ces temps ci, j'ai fait un tour du côté des établissements qui approvisionnent la marine marchande et la civile. Je ne pensais pas trouver grand chose, mais l'un d'entre eux est un ancien de la Royale .. Enfin, en tout cas il a été marin, et sait ce dont les loups de mer ont besoin. Et comme je suis passée la première… D'ailleurs, que penses tu de la qualité de la matière première ?

- Pour sûr, c'est du bon. Le tressage des cordages indique que c'est fait par des professionnels, et la tissu en coton est double épaisseur, suffisamment costaud pour tenir par gros grain, et souple pour qu'on puisse avoir une chance de le ravauder, même perché là haut. Ce type, il est connait son affaire et il a eu le nez creux, parce que c'est pas le genre d'articles que peuvent s'acheter les patrons pêcheurs de Hurlevent, et même d'ailleurs. Vous connaissez son nom ?

- Oui, et je crois que toi aussi. Il s'appelle Esteban Diaz, son établissement n'est pas très loin d'ici. Il vient même parfois échanger quelques mots avec les marins, et les sentinelles du bord.

- Ah oui, Diaz ! Un type un peu basané, qui boite, avec un tatouage sur l'avant-bras. Ouais, je l'ai déjà croisé. J'ignorais qu'il s'était reconverti dans le négoce, mais c'est peut être pas une mauvaise idée par les temps qui courent. Le prix de certaines marchandises s'envolent, et je pense que c'est pas fini.

- Hum, oui, et à ce propos, des fournitures médicales ont disparu récemment, et j'aimerai que tu gardes un œil sur tes gars, encore plus étroitement que d'habitude.

- Vous soupçonnez l'un d'entre eux ?
(Le ton laisse à penser que le matelot n'apprécie pas qu'on suspecte ses hommes.)

- Non. Mais ils peuvent avoir été approchés par le voleur, si celui ci cherche à revendre le fruit de son larcin. De plus, il y a pas mal de monde qui ne fait pas partie de l'équipage à bord ces temps-ci, comme les journaliers que nous avons du embaucher pour accélérer les travaux, et ceux qui se présentent régulièrement pour tenir le poste de Fabrizio. Sans parler des commis de cuisine, et les gars de l'Intendance. Bref, ca fait du monde, et autant de potentiels clients. Et si un de tes gars se révèlent assez légers pour se procurer des … "remontants" il risque de faire une boulette, de ne pas être dans son état normal, et de prendre des risques (regard appuyé en direction de Khamsin qui continue à faire des cabrioles) Et si ce n'est déjà pas tolérable qu'un membre de l'équipage se mette en danger bêtement, ça l'est encore moins s'il entraine d'autres personnes dans sa chute, si tu me passes l'expression.

- Aye aye, Quartier-Maitre. Comptez sur moi.

- Merci. C'est important, comme tu peux t'en douter.
(sourire pour alléger un peu la conversation) Et fais moi le plaisir de mobiliser deux ou trois gars pour débarrasser le pont des vieux cordages et de la toile. Cela entrave l'ouverture du pont amovible pour déployer les griffons quand on part à l'entrainement. Et quand on reçoit des invités de marque, comme le Capitaine Konhouarn hier, ce n'est pas du plus bel effet. Ce qui peut être recyclé part dans la cale, pour faire de nouveaux hamacs, des séparations entre les stalles des griffons, ce genre de choses… Je ne te fais pas une liste. Ce qui n'est plus au standard mais qui peut encore servir dans la marine civile, mets-le de côté, nous le revendrons pour alléger un peu les frais d'entretien.

- Bien compris, madame
(Flint fait mine d'avoir peur du coup de pied aux fesses pour avoir utilisé le mot interdit, mais Vey se contente de sourire et lui assène une bourrade sur l'épaule.)

- Au travail, Premier Matelot. Et tu peux mettre la main à la pâte si tu as peur que ca n'aille pas assez vite.

Un dernier petit sourire en coin, et le jeune femme poursuit son tour, la tête accaparée par toutes sortes de pensées, allant de la gestion des affaires en cours à une certaine discussion qui l'a gardé éveillée jusqu'à fort tard dans la nuit.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 69
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 12 Juil - 9:30



Les Hinterlands, Nid de l'Aigle. A quelques kilomètres du foyer des Marteaux-Hardi, se trouvait un chemin menant dans les hauteurs, divergeant de la route principale vers le gite de Quel'Danil. Au bout de ce chemin détourné, se trouvait un petit campement, où des fournitures de camping et une table sur laquelle du matériel alchimique reposait.

Alors que le soleil commençait à déverser sa lumière sur la région, une silhouette naine pouvait être aperçu, penché sur un parchemin, tandis qu'il observait de temps en temps une fiole, remplie d'un liquide étrange.



De grosses cernes se voyaient sous ses yeux, alors qu'il marmonnait dans sa barbe:


"J'les laisserais pas s'en sortir comme ça... Qu'est-ce qu'ils préparaient..."

Il termina finalement sa lettre, qu'il attacha au pied d'un pigeon voyageur, qu'il ordonnera de livrer au Vengeance du Neptulon.

Il retournera ensuite fixer sa table d'alchimie, les yeux remplie d'une rage froide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 69
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Ven 13 Juil - 15:01

Une faible lumière chaleureuse se déposant sur des paupières lourdes.. Un grognement.

C'est avec une réticence non dissimulé qu'il se força à ouvrir les yeux, et à se relever de son nouveau lit. Un lit possédant un confort qu'il n'oubliera pas de si tôt. Encore légèrement groggy, il observa la nouvelle chambre qu'il lui avait été attribué, au vu de son passage en tant que Quartier Maitre. Si la décoration ressemblait fortement à ce qu'il avait déjà aperçu dans la chambre de son amie, elle restait sobre par son inoccupation. Peut être devrait-il a y mettre quelques uns de ses bouquins...

Quartier Maitre... Une promotion auquel il ne s'était pas attendue. Un rang qui lui accordait plus de ressources qu’auparavant, mais également plus de responsabilités... et de devoirs. Il n'avait jamais été le genre de personne à être mis en avant de la scène. Plus en retrait, à conseiller et à calmer les choses que de diriger promptement, bien qu'il a dû le faire plus qu'il ne le pensait ces derniers temps.

Peu importe. L'habit lui a été attribué, il s'en acquittera et endossera ses responsabilités. Autant pour sa parole, que pour ses compagnons et l'équipage qu'il devra désormais veiller.

Quelques idées commençaient déjà à se former dans sa tête, alors qu'il s'habilla, se préparant à sortir afin de commencer sa routine habituelle: Serre médicale, écurie des griffons, infirmerie...

Tellements de choses à faire, tellement peu de temps... Surtout au vu de ce qui allait bientôt s'annoncer, au vue de la réunion qui s'est déroulée la veille. Il espérait seulement que... malgré ce qui viendrait inéluctablement... qu'ils y survivraient, tous ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Esteban Diaz

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 06/07/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Dim 15 Juil - 18:22

Peu présent depuis le début de la semaine, Esteban a fini par se présenter à la coupée. Ne demandant pas l'autorisation pour monter à bord, il est resté sur le quai, s'enquérant simplement de l'état du Quartier-Maitre Stella. Devant le récit qui lui en fut fait, le commerçant hocha simplement la tete, puis alla fumer sa pipe au bout du quai, l'inquiétude clairement inscrite sur le visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isström

avatar

Genre : Féminin
Race : Naine
Messages : 6
Date d'inscription : 11/03/2018

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Hier à 9:06

Isström râlait, soufflait, pestait… comme à son habitude pourrait-on dire. Enfin, dire… à voix basse peut-être, parce qu’il valait mieux la laisser tonner tout son saoul quand elle était dans cet état là.
En faisant le tri entre les jurons à faire rougir des braises, les imprécations en patois sombrefer ou en jargon de forge détournées de leurs sens premiers - comme cette très imaginative mais fort douloureuse façon d’utiliser un tisonnier à des fins médicales, on pouvait comprendre que 1, elle était très, mais alors très contrariée et 2, que ces @#*ù* de fonctionnaires, leurs familles et leurs descendances étaient maudites pour les 37 générations à venir…
S’arrêtant au beau milieu d’un pont qui enjambait les canaux de la capitale, elle relut furieusement encore une fois la lettre officielle froissée, sans prêter une seule seconde d’attention aux passants qui prudemment tentaient de l’éviter.
Pour simplifier et en oubliant les tournures de phrases administratives, l’Amirauté la remerciait mais ne souhaitait pas donner suite à sa proposition. SA proposition ? Repensant à la rencontre entre le tisonnier médical et le gratte-papier signataire de la lettre, elle jura encore une fois d’une voix forte qui faillit faire tomber à l’eau un jeune stagiaire du service postal. Puis, elle sortit son briquet à amadou de sa poche, mit le feu au papier froissé et ralluma à sa flamme le vilain bout de cigare qu’elle mâchonnait depuis trop longtemps. Puis elle laissa tomber le parchemin enflammé dans les eaux boueuses du canal.
Deux mois de perdus en attentes inutiles dans les couloirs de l’Amirauté, en démonstrations devant tout un tas de galonnées ignares et stupides. Deux campagnes du Vengeance manquées à cause de tout ça… dans quel état allait-elle retrouver « son » navire ? Deux mois pour décider si oui ou non, l’amirauté allait généraliser l’installation d’enclumes thermiques - ingénieuse combinaison d’une forge portative et d’une enclume - sur l’ensemble des navires du roi. Elle avait été la première à utiliser cet appareil à bord d’un navire en convainquant Hodge de son intérêt et de sa sécurité (un navire en bois, des braises ardentes, la question se posait effectivement). Elle avait donc été sollicitée pour en faire la démonstration officielle…Deux mois ?! Pour une fichue enclume ? Pour savoir si une fichue enclume et une forge étaient ou non utiles à un forgeron ? Et pour finalement conclure que non ?! La marine du roi voguait sur de bien étranges eaux, pilotée qu’elle était par ce ramassis de fers mous et de têtes creuses !!
« Allez ma fille, laisse tout ça, il est temps de retourner à bord ! » Elle remit son baluchon sur l’épaule, attrapa la lourde hache à double lame de l’autre main et, mâchonnant son cigare, reprit le chemin des quais. Et si la livraison de minerais et de charbon n’avait pas été faite quand elle arriverait, ils allaient l'entendre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 69
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Hier à 12:52

Scratch. Scratch. Scratch.

C'était d'un air songeur que le nain était occupé à sculter son morceau de bois, dont la forme était beaucoup plus raffiné qu'il y a quelques jours: Une tête de griffon.

Pourquoi était-il en train de manipuler cette sculture au lieu d'être en train de courir et de se presser à découvrir ce que contenait le sang de la nouvelle passagère survenu au cours de la nuit?

Pour la simple et bonne raison qu'il avait déjà terminé, et que tout ce qu'il lui restait à faire était d'attendre que les résultats ne donnent leur fruits. Les gens s'imaginaient toujours que l'alchimie et les analyses se faisaient d'un claquement de doigt. Tout ceci prenait du temps, bien qu'il était frustrant de l'admettre.

Et c'est dans cette attente que Dorwel s'occupait à son hobby, la sculture, tout en réfléchissant.

Réfléchir à quoi? A pas mal de chose actuellement. Renforcer la sécurité du navire, et surtout de l'infirmerie en premier lieu. En excludant le pourquoi et le comment... Cela faisait déjà plusieurs fois que des personnes non autorisé s'infiltrait, et même voler dans les réserves de l'infirmerie, comme si c'était un moulin.

Cela ne pouvait plus durer. Cette place était après tout un lieu qui pouvait sauver des vies, et il était hors de question qu'il ne puisse remplir sa fonction parce qu'un John Doe pouvait entrer comme il lui plaisait et récupérer ce qui revenait à des gens qui en aurait plus besoin.

Peut être commencer à instaurer un verrou serait une bonne idée...

En plus de cette évènement, une autre affaire... plus récente... lui taraudait l'esprit. Celle qui concernait son amie, Vey. Le rapport qu'il avait reçu concernant la constitution de la mixture que les assaillants avaient voulu injecter à Vey l'inquiétaient fortement. Il se doutait que cela aurait eu une terrible conséquence, mais il avait trop peu d'information pour savoir quoi. Il avait besoin de plus... d'échantillons, et de temps. Quand à savoir où les trouver? Il en avait déjà une petite idée... Mais le capitaine lui avait clairement dit de ne pas les confronter pour l'instant.

Soupir.

Finalement, son esprit se concentra sur une autre tâche qui lui revenait, depuis le départ de Neyrah.
Résoudre la condition de Korbelt, qui lui grignotait des morceaux de sa vie, petit à petit, comme une peste.

Il avait déjà rassembler les informations qu'il lui fallait, l'analyse du traitement que prenait la jeune femme l'ayant énormément aider. Désormais... Il devait récupérer une réserve afin de commencer à produire une solution, et également commencer l'entrainement de ceux qui l'aiderait dans sa tâche.

Tellement de chose à faire, et tellement peu de temps...

C'est dans ces pensées qu'il continua de sculter.

Scratch. Scratch. Scratch.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bruits de couloir    

Revenir en haut Aller en bas
 
Bruits de couloir
Revenir en haut 
Page 11 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Vengeance de Neptulon :: LE PONT :: Journal de bord-
Sauter vers: