AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bruits de couloir

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12, 13, 14, 15  Suivant
AuteurMessage
Vendetta Mira Stella

avatar

Titre : Quartier-Maitre
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Messages : 172
Date d'inscription : 05/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Lun 9 Juil - 19:37

Installée bras croisés à côté du premier matelot, Flint, Vey observe la mâture et les haubans supérieurs, où les gabiers font des va et vient nombreux, agiles comme des hozens et presque aussi bruyants, pour remplacer les cordages abimés. Une main en visière, le cou un peu tordu, elle laisse échapper un petit sifflement admiratif quand elle voit un des matelots passer d'une hune à l'autre en se balançant souplement, comme si le vide sous ses pieds comptait pour rien.

- Tes gars sont doués, pas de doute là dessus, Flint.

La remarque tire un petit sourire sur les lèvres du vieux matelot, qui suit d'un regard professionnel l'évolution de ses hommes.

- Ce sont les meilleurs. Même si à mon avis, la dernière manœuvre était plus de l'esbrouffe que réellement nécessaire. Cet idiot de Khamsin a du s'apercevoir que vous étiez là, et il n'a pas résisté à la tentation de vous en mettre plein les yeux, m'est avis.

Le premier matelot ponctue sa phrase d'un léger grognement, qui est, chez lui, ce qui se rapproche le plus d'un petit rire. Le regardant du coin de l'œil, Vey opine du chef.

- Pas à dire, on a des phénomènes sur ce navire. Veille quand même à ce qu'il ne multiplie pas les numéros de cirque, ça serait dommage qu'il dégringole, maintenant que le pont a été briqué à neuf…

- Ah ! Pas de risque avec lui. Il s'en sort toujours, même par grosse mer. Je gage que son secret, c'est sa tête, aussi vide que son cœur est généreux ; en cas de chute, elle lui permet de planer jusqu'en bas.

- Ouais. Je vais quand même continuer mon tour, on ne sait jamais, je n'ai pas pris mon parapluie. Quand est ce que vous pensez avoir terminé les travaux les plus urgents ?

- On aura fini dans deux jours tout au plus. C'est une chance que vous ayez trouvé autant de cordages, et de tissu pour les voiles. J'espère que ce n'est pas un de ces rats de l'Intendance qui vous les a vendu à prix d'or ?...

- Non, une chance, comme tu dis. Comme les fournisseurs de la marine sont pris d'assaut ces temps ci, j'ai fait un tour du côté des établissements qui approvisionnent la marine marchande et la civile. Je ne pensais pas trouver grand chose, mais l'un d'entre eux est un ancien de la Royale .. Enfin, en tout cas il a été marin, et sait ce dont les loups de mer ont besoin. Et comme je suis passée la première… D'ailleurs, que penses tu de la qualité de la matière première ?

- Pour sûr, c'est du bon. Le tressage des cordages indique que c'est fait par des professionnels, et la tissu en coton est double épaisseur, suffisamment costaud pour tenir par gros grain, et souple pour qu'on puisse avoir une chance de le ravauder, même perché là haut. Ce type, il est connait son affaire et il a eu le nez creux, parce que c'est pas le genre d'articles que peuvent s'acheter les patrons pêcheurs de Hurlevent, et même d'ailleurs. Vous connaissez son nom ?

- Oui, et je crois que toi aussi. Il s'appelle Esteban Diaz, son établissement n'est pas très loin d'ici. Il vient même parfois échanger quelques mots avec les marins, et les sentinelles du bord.

- Ah oui, Diaz ! Un type un peu basané, qui boite, avec un tatouage sur l'avant-bras. Ouais, je l'ai déjà croisé. J'ignorais qu'il s'était reconverti dans le négoce, mais c'est peut être pas une mauvaise idée par les temps qui courent. Le prix de certaines marchandises s'envolent, et je pense que c'est pas fini.

- Hum, oui, et à ce propos, des fournitures médicales ont disparu récemment, et j'aimerai que tu gardes un œil sur tes gars, encore plus étroitement que d'habitude.

- Vous soupçonnez l'un d'entre eux ?
(Le ton laisse à penser que le matelot n'apprécie pas qu'on suspecte ses hommes.)

- Non. Mais ils peuvent avoir été approchés par le voleur, si celui ci cherche à revendre le fruit de son larcin. De plus, il y a pas mal de monde qui ne fait pas partie de l'équipage à bord ces temps-ci, comme les journaliers que nous avons du embaucher pour accélérer les travaux, et ceux qui se présentent régulièrement pour tenir le poste de Fabrizio. Sans parler des commis de cuisine, et les gars de l'Intendance. Bref, ca fait du monde, et autant de potentiels clients. Et si un de tes gars se révèlent assez légers pour se procurer des … "remontants" il risque de faire une boulette, de ne pas être dans son état normal, et de prendre des risques (regard appuyé en direction de Khamsin qui continue à faire des cabrioles) Et si ce n'est déjà pas tolérable qu'un membre de l'équipage se mette en danger bêtement, ça l'est encore moins s'il entraine d'autres personnes dans sa chute, si tu me passes l'expression.

- Aye aye, Quartier-Maitre. Comptez sur moi.

- Merci. C'est important, comme tu peux t'en douter.
(sourire pour alléger un peu la conversation) Et fais moi le plaisir de mobiliser deux ou trois gars pour débarrasser le pont des vieux cordages et de la toile. Cela entrave l'ouverture du pont amovible pour déployer les griffons quand on part à l'entrainement. Et quand on reçoit des invités de marque, comme le Capitaine Konhouarn hier, ce n'est pas du plus bel effet. Ce qui peut être recyclé part dans la cale, pour faire de nouveaux hamacs, des séparations entre les stalles des griffons, ce genre de choses… Je ne te fais pas une liste. Ce qui n'est plus au standard mais qui peut encore servir dans la marine civile, mets-le de côté, nous le revendrons pour alléger un peu les frais d'entretien.

- Bien compris, madame
(Flint fait mine d'avoir peur du coup de pied aux fesses pour avoir utilisé le mot interdit, mais Vey se contente de sourire et lui assène une bourrade sur l'épaule.)

- Au travail, Premier Matelot. Et tu peux mettre la main à la pâte si tu as peur que ca n'aille pas assez vite.

Un dernier petit sourire en coin, et le jeune femme poursuit son tour, la tête accaparée par toutes sortes de pensées, allant de la gestion des affaires en cours à une certaine discussion qui l'a gardé éveillée jusqu'à fort tard dans la nuit.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 118
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 12 Juil - 9:30



Les Hinterlands, Nid de l'Aigle. A quelques kilomètres du foyer des Marteaux-Hardi, se trouvait un chemin menant dans les hauteurs, divergeant de la route principale vers le gite de Quel'Danil. Au bout de ce chemin détourné, se trouvait un petit campement, où des fournitures de camping et une table sur laquelle du matériel alchimique reposait.

Alors que le soleil commençait à déverser sa lumière sur la région, une silhouette naine pouvait être aperçu, penché sur un parchemin, tandis qu'il observait de temps en temps une fiole, remplie d'un liquide étrange.



De grosses cernes se voyaient sous ses yeux, alors qu'il marmonnait dans sa barbe:


"J'les laisserais pas s'en sortir comme ça... Qu'est-ce qu'ils préparaient..."

Il termina finalement sa lettre, qu'il attacha au pied d'un pigeon voyageur, qu'il ordonnera de livrer au Vengeance du Neptulon.

Il retournera ensuite fixer sa table d'alchimie, les yeux remplie d'une rage froide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 118
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Ven 13 Juil - 15:01

Une faible lumière chaleureuse se déposant sur des paupières lourdes.. Un grognement.

C'est avec une réticence non dissimulé qu'il se força à ouvrir les yeux, et à se relever de son nouveau lit. Un lit possédant un confort qu'il n'oubliera pas de si tôt. Encore légèrement groggy, il observa la nouvelle chambre qu'il lui avait été attribué, au vu de son passage en tant que Quartier Maitre. Si la décoration ressemblait fortement à ce qu'il avait déjà aperçu dans la chambre de son amie, elle restait sobre par son inoccupation. Peut être devrait-il a y mettre quelques uns de ses bouquins...

Quartier Maitre... Une promotion auquel il ne s'était pas attendue. Un rang qui lui accordait plus de ressources qu’auparavant, mais également plus de responsabilités... et de devoirs. Il n'avait jamais été le genre de personne à être mis en avant de la scène. Plus en retrait, à conseiller et à calmer les choses que de diriger promptement, bien qu'il a dû le faire plus qu'il ne le pensait ces derniers temps.

Peu importe. L'habit lui a été attribué, il s'en acquittera et endossera ses responsabilités. Autant pour sa parole, que pour ses compagnons et l'équipage qu'il devra désormais veiller.

Quelques idées commençaient déjà à se former dans sa tête, alors qu'il s'habilla, se préparant à sortir afin de commencer sa routine habituelle: Serre médicale, écurie des griffons, infirmerie...

Tellements de choses à faire, tellement peu de temps... Surtout au vu de ce qui allait bientôt s'annoncer, au vue de la réunion qui s'est déroulée la veille. Il espérait seulement que... malgré ce qui viendrait inéluctablement... qu'ils y survivraient, tous ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban Diaz

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 06/07/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Dim 15 Juil - 18:22

Peu présent depuis le début de la semaine, Esteban a fini par se présenter à la coupée. Ne demandant pas l'autorisation pour monter à bord, il est resté sur le quai, s'enquérant simplement de l'état du Quartier-Maitre Stella. Devant le récit qui lui en fut fait, le commerçant hocha simplement la tete, puis alla fumer sa pipe au bout du quai, l'inquiétude clairement inscrite sur le visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isström

avatar

Genre : Féminin
Race : Naine
Messages : 8
Date d'inscription : 11/03/2018

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Lun 16 Juil - 9:06

Isström râlait, soufflait, pestait… comme à son habitude pourrait-on dire. Enfin, dire… à voix basse peut-être, parce qu’il valait mieux la laisser tonner tout son saoul quand elle était dans cet état là.
En faisant le tri entre les jurons à faire rougir des braises, les imprécations en patois sombrefer ou en jargon de forge détournées de leurs sens premiers - comme cette très imaginative mais fort douloureuse façon d’utiliser un tisonnier à des fins médicales, on pouvait comprendre que 1, elle était très, mais alors très contrariée et 2, que ces @#*ù* de fonctionnaires, leurs familles et leurs descendances étaient maudites pour les 37 générations à venir…
S’arrêtant au beau milieu d’un pont qui enjambait les canaux de la capitale, elle relut furieusement encore une fois la lettre officielle froissée, sans prêter une seule seconde d’attention aux passants qui prudemment tentaient de l’éviter.
Pour simplifier et en oubliant les tournures de phrases administratives, l’Amirauté la remerciait mais ne souhaitait pas donner suite à sa proposition. SA proposition ? Repensant à la rencontre entre le tisonnier médical et le gratte-papier signataire de la lettre, elle jura encore une fois d’une voix forte qui faillit faire tomber à l’eau un jeune stagiaire du service postal. Puis, elle sortit son briquet à amadou de sa poche, mit le feu au papier froissé et ralluma à sa flamme le vilain bout de cigare qu’elle mâchonnait depuis trop longtemps. Puis elle laissa tomber le parchemin enflammé dans les eaux boueuses du canal.
Deux mois de perdus en attentes inutiles dans les couloirs de l’Amirauté, en démonstrations devant tout un tas de galonnées ignares et stupides. Deux campagnes du Vengeance manquées à cause de tout ça… dans quel état allait-elle retrouver « son » navire ? Deux mois pour décider si oui ou non, l’amirauté allait généraliser l’installation d’enclumes thermiques - ingénieuse combinaison d’une forge portative et d’une enclume - sur l’ensemble des navires du roi. Elle avait été la première à utiliser cet appareil à bord d’un navire en convainquant Hodge de son intérêt et de sa sécurité (un navire en bois, des braises ardentes, la question se posait effectivement). Elle avait donc été sollicitée pour en faire la démonstration officielle…Deux mois ?! Pour une fichue enclume ? Pour savoir si une fichue enclume et une forge étaient ou non utiles à un forgeron ? Et pour finalement conclure que non ?! La marine du roi voguait sur de bien étranges eaux, pilotée qu’elle était par ce ramassis de fers mous et de têtes creuses !!
« Allez ma fille, laisse tout ça, il est temps de retourner à bord ! » Elle remit son baluchon sur l’épaule, attrapa la lourde hache à double lame de l’autre main et, mâchonnant son cigare, reprit le chemin des quais. Et si la livraison de minerais et de charbon n’avait pas été faite quand elle arriverait, ils allaient l'entendre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 118
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Lun 16 Juil - 12:52

Scratch. Scratch. Scratch.

C'était d'un air songeur que le nain était occupé à sculter son morceau de bois, dont la forme était beaucoup plus raffiné qu'il y a quelques jours: Une tête de griffon.

Pourquoi était-il en train de manipuler cette sculture au lieu d'être en train de courir et de se presser à découvrir ce que contenait le sang de la nouvelle passagère survenu au cours de la nuit?

Pour la simple et bonne raison qu'il avait déjà terminé, et que tout ce qu'il lui restait à faire était d'attendre que les résultats ne donnent leur fruits. Les gens s'imaginaient toujours que l'alchimie et les analyses se faisaient d'un claquement de doigt. Tout ceci prenait du temps, bien qu'il était frustrant de l'admettre.

Et c'est dans cette attente que Dorwel s'occupait à son hobby, la sculture, tout en réfléchissant.

Réfléchir à quoi? A pas mal de chose actuellement. Renforcer la sécurité du navire, et surtout de l'infirmerie en premier lieu. En excludant le pourquoi et le comment... Cela faisait déjà plusieurs fois que des personnes non autorisé s'infiltrait, et même voler dans les réserves de l'infirmerie, comme si c'était un moulin.

Cela ne pouvait plus durer. Cette place était après tout un lieu qui pouvait sauver des vies, et il était hors de question qu'il ne puisse remplir sa fonction parce qu'un John Doe pouvait entrer comme il lui plaisait et récupérer ce qui revenait à des gens qui en aurait plus besoin.

Peut être commencer à instaurer un verrou serait une bonne idée...

En plus de cette évènement, une autre affaire... plus récente... lui taraudait l'esprit. Celle qui concernait son amie, Vey. Le rapport qu'il avait reçu concernant la constitution de la mixture que les assaillants avaient voulu injecter à Vey l'inquiétaient fortement. Il se doutait que cela aurait eu une terrible conséquence, mais il avait trop peu d'information pour savoir quoi. Il avait besoin de plus... d'échantillons, et de temps. Quand à savoir où les trouver? Il en avait déjà une petite idée... Mais le capitaine lui avait clairement dit de ne pas les confronter pour l'instant.

Soupir.

Finalement, son esprit se concentra sur une autre tâche qui lui revenait, depuis le départ de Neyrah.
Résoudre la condition de Korbelt, qui lui grignotait des morceaux de sa vie, petit à petit, comme une peste.

Il avait déjà rassembler les informations qu'il lui fallait, l'analyse du traitement que prenait la jeune femme l'ayant énormément aider. Désormais... Il devait récupérer une réserve afin de commencer à produire une solution, et également commencer l'entrainement de ceux qui l'aiderait dans sa tâche.

Tellement de chose à faire, et tellement peu de temps...

C'est dans ces pensées qu'il continua de sculter.

Scratch. Scratch. Scratch.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 118
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mar 17 Juil - 14:32

Inspiration de la brise fraiche du matin.

"C'est parti, Nuage... C'est parti... Tout en douceur, comme je te l'ai dis..."

Une caresse de la crinière de son compagnon, se voulant à la fois rassurant et guide. C'est avec assurance qu'il enfourcha Nuage, son compagnon griffon tout nouvellement intégré à l'équipage des chevaucheur, pour son entrainement matinal.

L'objectif? L'aider à développer ses capacités et une base solide en tant que monture de soutien d'urgence.

Il voulait aider Nuage à s'améliorer le plus rapidement possible avant leur prochaine mission, afin d'éviter la pire situation possible.

Quelle était la pire situation? Et bien dans le cas où lui même serait indisponible, ou qu'une urgence surviendrait au sol, nécessitant un rapatriement de plusieurs personne.

C'était dans cette optique qu'il enseignait à cette magnifique créature l'importance de la stabilité en vol. La pire chose qui pouvait arriver à un blesser, c'était d'empirer la blessure due à des mouvements trop agités. Bien sur, il comptait également l'entrainer dans d'autres situations comprenant de la pression, telle qu'une mauvaise météo ou de faux projectiles.. Mais chaque chose en son temps.

Deux bonnes heures après l'entrainement, il fit redescendre Nuage dans l'écurie, ce dernier méritant un bon repos et le confort de sa nouvelle maison.

Dorwel profita pour s'arrêter quelques instants auprès des autres griffons, discutant avec eux, comme s'ils menait une discussion avec eux, leur demandant de leur nouvelle. Il aura été aperçu un peu plus longtemps avec Kay, récupérant même une plume sur lui, avant de le remercier, et de s'en aller en fredonnant un petit air.

Le nain aura ensuite été aperçu se diriger vers le carré avec en sa possession une petite statuette, tandis qu'il venait tout juste de remettre une lettre à un coursier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maroussia Hodge

avatar

Titre : Capitaine
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Âge personnage : La trentaine
Messages : 422
Date d'inscription : 15/01/2018
Age : 27
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mer 18 Juil - 15:31

De multiples affiches furent placardées par des soldats de l'Alliance dans la journée du dix-huitième jour du septième mois de l'an 38, dans les rues de Hurlevent, de Forgefer, de Darnassus, et de l'ensemble des villages, même les plus reculés, des royaumes des peuples de l'Alliance.




L'après-midi même, un coursier en provenance du Donjon de Hurlevent apporta une missive urgente à Hodge.


Quelques minutes plus tard, celle-ci fut épinglée sur le tableau d'affichage destiné à l'équipage, accompagnée d'une note signée de la main de Maroussia.



Le mot passa rapidement, et l'ensemble des manœuvriers s'activaient désormais en tout sens, dans un port qui lui même, semblait connaître une véritable effervescence. Quant aux visages, ils avaient perdu toute trace d'amusement ou de nonchalance que l'on développe en permission. Les mines étaient sérieuses face à ce qui s'annonçait être non pas une simple mission, mais un départ pour le front, prémisse à la guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vengeancedeneptulon.forumactif.com
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 118
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mer 18 Juil - 16:33

Ce qui devait finir par arriver, arriva...

Voilà à peine quelques minutes que la nouvelle avait été annoncé, et l'activité sur le navire, qui était à l'état assez léthargique ces derniers jours à cause du manque de mission, s'était mise à vivre, comme si l'hibernation était terminé. Si certains s'ennuyait du calme plat jusque là, ils auraient finalement de quoi faire, et pas d'une moindre mesure.

Ce qui se passait désormais... c'était la réalisation de ce qui avait été prédit lors de la dernière réunion de l'Etat Major.

Deux jours avant de procéder à au recrutement de tout ces volontaires... Cela ne lui laissait pas beaucoup de temps afin de se préparer quelque chose pour les examinations médicaux pour toute ces personnes qui monteront à bord.

De plus... Qui disait nouvelle mission, signifiait qu'il devrait mettre en attente les affaires sur lequel il travaillait, et il n'aimait pas. Cependant, aussi bien qu'il n'aimait pas interrompre son travail, il détestait encore plus ne pas remplir ses responsabilités.

C'est en soufflant dans sa pipe de bois qu'il commença à se diriger vers l'infirmerie, réfléchissant déjà à sa prochaine manœuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidan Brahill

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Âge personnage : 21
Messages : 25
Date d'inscription : 13/03/2018
Age : 21
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 19 Juil - 20:31

Théli aura déposé une lettre sur le bureau du Capitaine.
Citation :
Note à l'attention du capitaine Hodge.

Je vous transmets ci-joint le compte-rendu de mon épreuve de spécialité qui peut-être vous apportera quelques éclaircissements concernant les agresseurs du Quartier Maître Stella.
 
Le but de ma mission était simple, je devais me rendre à Baie-du-Butin et, une fois sur place, récolter des informations sur un obscur rassemblement, qui devait avoir lieu sur une île près du Cap. Neil, sans m’en dévoiler davantage sur la teneur de cette mission, a fait appel à l’un de ses amis pour surveiller mes arrières durant la mission et m’a invité à prendre la route pour la Baie. Ce n’est que par la suite que j’ai appris que Neil avait voulu faire d’une pierre deux coups, à savoir tester mes compétences d’éclaireur et, par la même occasion, enquêter sur le groupuscule qui s’en était pris à Vey.

Nous sommes arrivés à Baie-du-Butin dans la soirée. Malgré mes efforts pour changer mon attitude et me fondre dans la masse, nous avons été accueillis par des regards désobligeants et quelques railleries des locaux, comme s’ils avaient deviné à ma dégaine que j’étais un citadin. A moins qu’ils réservent cet accueil à tous les visiteurs. Quoiqu’il en soit, les docks de la ville étaient particulièrement bondés. De toute évidence, quelque chose dans la région avait attiré tout ce beau monde. Mon premier réflexe a été d’aller là où naissent et circulent toutes les rumeurs, la Taverne du Loup de mer. Il n’a pas fallu longtemps pour que j’obtienne ce que je recherchais puisqu’à peine ai-je interrogé le tavernier qu’une altercation a éclaté entre un homme et un nain, tous deux tatoués au bras. Heureuse coïncidence, ces deux-là se prenaient le bec à propos d’une réunion sur une île, qui devait se tenir dans la nuit. Après quelques échanges houleux, le nain est sorti de la taverne et l’autre tatoué est resté assis quelques instants, l’air mécontent, avant de sortir à son tour. J’ai décidé de le suivre, bien déterminé à lui tirer les vers du nez –bien que j’ignorais comme j'allais m'y prendre à ce moment-là, vu le gabarit du colosse-. A ce moment-là, Neil m’a mis en garde sur ces types tatoués et m’a raconté que Vey avait eu affaire à eux récemment. Sur ces avertissements, je suis allé accoster le grand homme tatoué. Étonnement, je n’ai pas eu à beaucoup insister pour qu’il mentionne un « échange commercial » sur l’île et me donne l’emplacement de celle-ci.

Nous avons aussitôt pris les griffons pour gagner l’île. Quelques navires étaient amarrés aux abords de l’île, les négociations avaient déjà commencé. J’ai débarqué sur l’île seul, ou du moins presque seul –Neil gardait toujours un œil sur moi à distance-, puis j’ai réussi à me faufiler parmi les ronces et les feuilles de palmier jusqu’au cœur de l’île. Là-bas, j’ai pu apercevoir un gobelin et un membre de l’équipage des tatoués, qui parlementaient et visiblement peinaient à trouver un compromis. Je n’ai pu entendre que quelques bribes de la conversation, mais il semble que le gobelin devait leur fournir des armes et qu’il s’est finalement rétracté, ce qui n’a pas manqué de contrarier le tatoué. Ce dernier a averti le gobelin qu’un certain « Harponneur » lui en tiendrait rigueur. A l’évocation de ce nom, le gobelin s’est aussitôt crispé et s'est, semble-t-il, plié aux volontés du tatoué. J’ai attendu que le tatoué parte pour interroger le gobelin. En me voyant, il s’est immédiatement mis sur la défensive, pensant peut-être que j’étais l’un des hommes de ce Harponneur. Je l’ai alors rassuré en lui disant que je n’étais pas son ennemi et je l’aiderais peut-être à sortir de cette situation délicate, s’il me donnait en échange des informations sur le « Harponneur ». Il ne m’en a pas dit grand-chose, si ce n’est que cet homme est très dangereux et qu’il est à la tête de cet équipage de tatoués.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maroussia Hodge

avatar

Titre : Capitaine
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Âge personnage : La trentaine
Messages : 422
Date d'inscription : 15/01/2018
Age : 27
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Ven 20 Juil - 10:21

Maroussia parcourut la note, plissant plusieurs fois le regard, perplexe. Les choses se complexifiaient, et l'idée d'un quelconque lien entre le cap Strangleronce et Nid-de-l'Aigle n'avait rien de spécialement plaisant. Elle fit une copie de la note, la joignant à un dossier qui commençait à gagner en épaisseur, puis envoya l'original à Vey et à Dorwel, histoire de faire circuler l'information.

L'enquête devrait sans doute attendre encore un peu. Pour tout dire, elle souhaitait ardemment qu'elle puisse avoir lieu. Pour que Vey retrouve la paix intérieure, pour rendre justice aux Marteaux-Hardis, mais surtout, car cela voudrait dire qu'ils seraient rentrés - saufs- de ce qui semblait être les premiers sifflements du vent de la guerre qui s'annonçait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vengeancedeneptulon.forumactif.com
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 118
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Ven 20 Juil - 10:46

Froncement de sourcil.

Un nom. Il avait enfin un nom, quelqu'un sur qui concentrer sa colère pour ce qu'avait subit Vey quelques jours plus tôt. Chaque chose avec deux facettes, selon le point de vue dans lequel on se mettait. Et la facette qu'il allait prendre ne serait pas la plus bienveillante des deux, lorsqu'il mettrait la main sur cet "Harponneur". Oh oui, il en aura des choses à lui demander.

Si ses nombreuses années d'exercice de sa fonction et de ses compétences lui avait permis d'avoir plus d'expérience et de connaissance dans son domaine, améliorant son taux de réussite pour sauver des vies... Il avait également appris, qu'il le veuille ou non, ce contre quoi il avait combattu. Poison, drogue, maléfice... Il avait quelque tours dans son sac, et il n'aurait jamais pensé un jour s'en servir.

Expiration. Non.. Il devait se maitriser, et la jouer finement. De plus, ce n'était pas le moment de se déconcentrer de sa tâche actuel: La préparation au départ imminent et à la mobilisation générale de l'Alliance.

Il aura tout le temps ensuite, s'il revenait, de se consacrer à la chasse de ce Harponneur.

Et lorsqu'un nain chasse, il y reste jusqu'au bout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vendetta Mira Stella

avatar

Titre : Quartier-Maitre
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Messages : 172
Date d'inscription : 05/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Ven 20 Juil - 18:40

Dernière signature au bas du dernier formulaire en trois exemplaires demandé par l'Intendance de la Marine, concernant l'enregistrement et l'immatriculation administrative des griffons venus des Hinterlands, et Vey repose sa plume, soulageant sa main avant que la crampe ne se fasse sentir.

Fin d'une matinée consacrée à la paperasse, et elle n'est pas mécontente de pouvoir bientôt se consacrer à d'autres tâches. Refermant le portfolio, elle note qu'un document dépasse en dessous. Une petite note manuscrite, signée Andrew "Maitre Plume" qui lui indique qu'il s'agit d'un rapport porté à son attention par le Capitaine. Le rapport de la mission de Théli, supervisée par Neil ; tout ce dont elle a besoin pour chasser les soucis administratifs et s'évader un moment.

S'adossant pour le lire plus confortablement, elle parcourt des yeux les lignes fines, et ses sourcils se froncent à mesure qu'elle comprend la teneur du rapport. Parvenue à la fin, elle le relit une deuxième fois, presque par réflexe, comme si elle voulait le passer une deuxième fois au tamis de ses propres souvenirs.

Le Harponneur. Elle est presque surprise de lire ce nom dans un rapport officiel. La dernière fois qu'elle l'a entendu, elle était dans une des tavernes miteuses du front de mer, à Baie du Butin, une de celles que les marins affectionnent pour discuter loin des touristes et des cogneurs qui préfèrent la taverne des Loups de Mer, une de celles où il vaut mieux commander une boisson forte afin qu'elle vous tue plutôt qu'elle ne vous rende fou, et où vous pouvez aussi bien discuter de la pêche au gros que de la meilleure façon de prendre en chasse un navire marchand. C'est précisément pour cette raison que le reste de l'équipage de la frégate "Or-Azur", coulée en combattant trois navires de guerre orcs quelques semaines auparavant, avait décidé d'arraisonner une des tables les plus discrètes, au fond de la salle. Une tournée de bières au goût puissant de poudre à fusil, et un petit pourboire pour être tranquille, et la discussion avait pu dériver vers le sujet qui les préoccupait alors.

Rentrer au pays ou rester et se mettre à son compte. Avec tout ce que cela impliquait.

Vendetta s'était contentée, dans un premier temps, d'écouter les arguments des uns et des autres, appréciant les diatribes de John Rickham, un des canonniers du bord, qui disait qu'ils avaient donné leurs meilleures années au service de l'Alliance, et qu'il fallait saisir cette chance, puisque tout le monde les croyait morts, de se mettre à leur compte. "Tourne-Vice", le gnome de la vigie arguait du fait qu'il était quand même encore sous contrat, et que ce genre de choses se respecte. "Tit-Jean" et "Ragondin", deux frères qi s'étaient enrôlés pour fuir la ferme et les dettes laissées par leurs parents, se contentaient de hocher la tête à chaque intervention. Finalement, Rickham avait emporté le morceau, balayant les réticences en sortant son ultime argument : une prise de contact avec les Ecumeurs des Flots Noirs, toujours à la recherche de marins confirmés… et peu scrupuleux. Une garantie de voir leurs poches se remplir rapidement. L'argument avait fait mouche, sauf chez Vey, mais elle n'en avait rien dit sur le moment. Elle devait la vie à ses matelots, et ne tenait pas vraiment à s'installer à la Baie du Butin.

En sortant de l'établissement, plus tard dans la nuit, elle avait fait part de ses réticences à Rickham, qui s'était lancé dans un grand discours faisant appel à la solidarité entre gens de mer qui ont survécu au pire, à la liberté, à la fortune qui ne demandait qu'à être ramassée et même un éventuelle titre de "Princesse des Pirates" si elle restait. Elle en avait ri, mais était restée ferme sur sa décision de rentrer au pays.

" Alors prends soin de toi, Victoria, ne traines pas trop ici et fais gaffe au Harponneur ! "

" C'est quoi cette histoire de Harponneur ? " avait alors demandé la jeune femme.

" C'est une sorte de croque mitaine local, je crois, le monstre que les mamans pirates utilisent pour effrayer leurs enfants pirates qui ne veulent pas aller au lit <rire puis Rickham s'était rapproché, poursuivant à voix basse> Cela dit, les pirates du coin doivent être de grands enfants, certains blêmissent quand on évoque ce nom… tu devrais les voir, ils changent radicalement d'attitude. <regard pensif> Ca pourrait être une bonne façon d'en mettre certains au pas et de se faire une place ici, tiens … "

Vey avait vu le regard de Rickham se perdre un peu dans le lointain. Elle le connaissait quand il était dans cet état, son esprit dressait déjà divers plans de bataille pour les jours à venir. Une petite bourrade sur l'épaule et elle avait ajouté :

" Croquemitaine ou pas, tu ne devrais pas jouer avec les superstitions locales, ça pourrait vous attirer des ennuis inextricables. Tu te souviens de Borro ? Il avait failli te flanquer par dessus bord quand tu avais eu la "bonne" idée de déguiser son fétiche pour en faire une poupée. "

" Ha ha ! Quel rabat-joie, ce Borro ! T'inquiète pas pour nous, je sais ce que je fais. Tu devrais filer, avant que le jour ne se lève. <étreinte> Tu vas me manquer, blondie, mais nos routes se séparent ici. Si elles se croisent à nouveau, pas de quartier <sourire étrange et clin d'oeil> "

C'est avec ces mots en tête, et sans attendre davantage que Vey avait monnayé son passage vers le nord, revenant à Hurlevent après plusieurs jours de voyage.

Revenant au présent, Vey pose le rapport sur son bureau. La mention d'une organisation d'individus tatoués, qui serviraient sous les ordres d'un "Harponneur" la laisse perplexe. Tout cela a t il un lien avec le projet de Rickham ? Ou bien s'agit il d'une coïncidence ? Et s'agit il de la même organisation supposée qui opère si loin de ses bases, dans le sud ? ou bien quelqu'un qui use des mêmes stratagèmes pour détourner l'attention ? Mais alors de quoi ? de qui ?

Trop de questions, et pas le temps d'y répondre. Les préparatifs de la guerre qui s'annonce ne lui laisseront pas l'occasion de mener son enquête. A moins qu'elle ne charge quelqu'un de le faire.

Peut être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vendetta Mira Stella

avatar

Titre : Quartier-Maitre
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Messages : 172
Date d'inscription : 05/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mar 24 Juil - 11:08

Vengeance de Neptulon, extérieur jour.



Remue ménage. C'est incontestablement le mot qui vient à l'esprit des badauds et des marins en goguette qui passent sur le quai, devant le navire de la Royale, qui dresse fièrement ses mâts tout neufs et dont la passerelle semble prise d'assaut avec plus d'enthousiasme que l'entrée d'une taverne par les nains lors de l'happy hour.

Sous le regard de Vey et Romilda, qui discutent sur le pont supérieur, marins, charpentiers de marine, porte-faix et débardeurs, soldats, gnomes, elfes, nains, humains, draenei, worgens, pandarens défilent, comme si toute l'Alliance s'était donnée rendez vous sur le navire. Les sentinelles en faction ont d'ailleurs parfois bien du mal à faire respecter les priorités et à contrôler tout ce petit monde, les cris et les altercations verbales viennent s'ajouter au vacarme des travaux qui semblent en cours, dans la cale. L'ouverture du pont inférieur, qui sert d'ordinaire au déploiement de l'escouade aérienne, est grande ouverte et donne un aperçu de l'ampleur des modifications apportées au navire : les stalles destinées aux griffons ont été redessinées, réparties par trois de chaque côté de la coursive principale. Ici, c'est l'équipe du vieux Bartley qui est à l'œuvre, veillant à ce que les nouveaux emplacements restent fonctionnels. Certes il faudra se serrer un peu, mais le nouvel agencement les place juste sous l'ouverture du pont, facilitant ainsi le déploiement rapide de toute l'escouade.

Le nouvel espace ainsi créé est la source du vacarme actuel : utilisant le mât principal comme une grue, les manœuvriers font descendre des panneaux de bois qu'ils rivent ensuite fermement à la structure du navire, créant un espace semi fermé, dont l'agencement laisse peu de doute quant à l'utilisation, les quartiers des troupes embarquées, armée régulière autant que recrues ayant répondues en nombre à l'appel aux armes décrété par le Roi. On reconnait la voix du Premier Matelot Flint, qui, assisté de Pennington et de Khamsin, donne le rythme, soutenu, aux travaux, afin que les délais soient respectés. Enfin, pas trop dépassés. La journée ne fait que commencer et elle promet d'être longue, comme celle avant, et surement celle d'après.

Mais la ferveur est là, les tensions accumulées trouvent leur exutoire dans une activité presque frénétique. Et l'activité des marins laissera bientôt la place à celle des soldats.

L'orage est dans l'air, tout le monde souhaite qu'il éclate, mais tout le monde redoute les effets de la foudre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maroussia Hodge

avatar

Titre : Capitaine
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Âge personnage : La trentaine
Messages : 422
Date d'inscription : 15/01/2018
Age : 27
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mar 24 Juil - 11:59

La note aura été affichée dans le carré, qui d'ailleurs semblait être en proie à un important nettoyage. Neil en était peut-être le premier investigateur ?

Si les travaux avançaient bon train dans la cale, les manœuvriers s'activaient en tout sens dans le pont, veillant à ce que le navire soit tiré à quatre épingles.

Une fois la note accrochée par un jeune matelot sur ordre de Maroussia, celui-ci vint déposer sur les hamacs nouvellement attribués à Faldris Havreciel et à Alryn Luisombre deux tabards marqués d'une ancre dorée.

Quant à la prisonnière, responsable ou victime d'une explosion qui était revenue aux oreilles de Hodge, elle fut débarquée pour être amenée à la Cathédrale de Hurlevent, sous bonne garde.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vengeancedeneptulon.forumactif.com
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 118
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mar 24 Juil - 12:43

Vengeance de Neptulon, Intérieur jour.

Si l'activité extérieur du navire s'intensifiait au fur et à mesure que l'organisation se faisait plus claire, l'intérieur ne chaumait pas non plus de son côté.

Le nain avait passé ces deux derniers jours depuis la grande réunion à refaire le stock et l'inventaire médical, au vu de l'accroissement de l'équipage qui arriverait pour l'expédition. En effet, qui disait plus de monde, disait éventuellement plus de blessé, bien qu'il ne leur souhaita aucun mal, mais valait mieux prévenir que guérir.

Voyant l'affiche dans le carré, Dorwel souria en coin, se frottant la barbe comme à son habitude, avant de donner des instructions aux matelots qui étaient libres de venir l'aider à préparer quelques matériaux: de l'étoffe de lin, de l'argile et du sable.

Il allait préparer quelque chose afin de voir ce que les ceux dont il aurait la charge aurait dans le ventre au niveau de leur compétences médicales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maroussia Hodge

avatar

Titre : Capitaine
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Âge personnage : La trentaine
Messages : 422
Date d'inscription : 15/01/2018
Age : 27
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Ven 27 Juil - 10:32

D'autres affiches étaient venues rejoindre, si ce n'est recouvrir, celles déposées là les jours précédents. Sur celles flambant neuves, car sortant tout juste des presses royales, l'on pouvait lire que les différents régiments, bataillons, légions, constituant les armées de l'Alliance étaient appelés à se former en vue d'un départ pour les terres elfes, apparemment prises d'assaut par la Horde.
Déjà, les aventuriers - pour ne pas dire héros ! - de l'Alliance s'étaient rendus sur place, via portails, afin de retarder la fulgurante avance ennemie aux côtés des kaldorei. L'armée devait à présent suivre. Légions d'élite en premier lieu, et celles de moindre importance - mais non moins vaillantes ! - ensuite, en guise d'arrière-garde.
Les individus et autres guildes, ordres,  s'étant récemment engagés - les soirées de recrutement avaient été nombreuses ! - au soir du 20ème jour du mois courant, et qui depuis avaient appris qu'ils étaient versés au sein de la 14ème brigade de réserve de l'Alliance,  purent vite remarquer l'affiche traitant de leur régiment d'affectation !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vengeancedeneptulon.forumactif.com
Isström

avatar

Genre : Féminin
Race : Naine
Messages : 8
Date d'inscription : 11/03/2018

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Lun 30 Juil - 0:25

***
Sur les quais du port de Hurlevent, c’est l’effervescence des grands départs : les marchandises, les dockers, les armes et les boulets, les canons et les barils de poudre, les chevaux de traits, les machines de levage, les ordres et les contre ordres, les officiers et les assistants, les navires, les remorqueurs, les marins, les femmes de marins et, déjà, les premiers adieux, les dernières promesses qu’on ne saura tenir…

En traversant tout ce tohu bohu sur le chemin du retour vers le navire, Isström remarqua dans la cohue deux choses inhabituelles. Tout d’abord, sur les hauteurs surplombant les quais, le 1er navigateur Inigo en grande conversation avec une certaine damoiselle aux cheveux d’or inconnue de la forgeronne, ce qui l’amusa un peu.

Ensuite, une fois arrivée devant le Vengeance amarré, elle trouva un groupe d’officiels qui devisaient vivement en faisant de grands mouvements de bras, désignant telle ou telle partie du navire… En s’approchant l’air de rien, Isström reconnut aux uniformes des officiers supérieurs du Donjon, dont rien moins que deux amiraux. Et, les accompagnant, une délégation fort étonnante d’hommes portant la robe violette et les insignes du Kirin Tor. Elle réalisa alors que les officiers supérieurs flattaient assez bassement les envoyés du Kirin Tor et que tout ce beau petit monde s’accordait au sujet de SON navire.
Ce qui ne l’amusa pas du tout.

***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban Diaz

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 06/07/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Lun 30 Juil - 3:21

Il va de soi que tout ce remue-ménage n'aura pas non plus échappé au propriétaire de L'Ancre et la Vareuse. Bien qu'il ait été recalé du fait de son infirmité, Esteban aura passé le plus clair de ces derniers jours à bahuter d'impressionnantes quantités de matériel à destination des navires à quai. Pas seulement de la Vengeance, mais également des autres batiments de l'Alliance. Des rouleaux de cordes furent chargés, des centaines de pieds-carrés de toile à voile embarqués, les nécessaires de secourisme furent également pillés. Au coeur de ce remue-ménage, le marin échoué s'agitait dans tous les sens, à peine effaré par la mise à sac de sa boutique. Prenant le temps d'échanger quelques mots avec le Quartier-Maitre Stella, l'ancien marin regarda cette dernière partir avec un pincement au coeur. Assez curieusement, le jeune homme se mit à ressentir ce que devaient éprouver les femmes, les compagnes de ses camarades de bordée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maroussia Hodge

avatar

Titre : Capitaine
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Âge personnage : La trentaine
Messages : 422
Date d'inscription : 15/01/2018
Age : 27
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Lun 30 Juil - 14:51

La note aura été placardée dans le carré, sur le panneau d'affichage. Le navire semblait fin prêt à appareiller, les matelots s'attablant aux dernières vérifications d'usage. La cale était pleine (à craquer), et les quelques vivres et de l'armement avaient été solidement attachés pour éviter tout ripe dû à la gite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vengeancedeneptulon.forumactif.com
Isström

avatar

Genre : Féminin
Race : Naine
Messages : 8
Date d'inscription : 11/03/2018

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mar 31 Juil - 10:20

Ce n'est qu'aux premières lueurs de l'aube qu'Isström s'accorda une pause. Sur le pont, les rougeurs de la forge provisoire rivalisait avec celles, plus globales, de l'horizon qui se préparait lentement à l'arrivée du jour...
Elle s'essuya le front avec le vieux chiffon sale qui ne la quitta pas et reprit une gorgée de café... Veillée d'armes... Toute la nuit, elle avait redressé des armures, resserrer des harnais, recréer le fil des lames et affermit les manches des haches d'abordage et marteaux de guerre. Veillée d'armes... ce soir on appareillait, elle dormirait durant la traversée, ou bien plus tard. Veillée d'armes... la peur commence à prendre les hommes. Elle jeta le reste de café froid sur la braise qui grésilla d'aise, ramassa son tisonnier et raviva la forge ; elle avait encore beaucoup à faire.
Veillée d'armes... demain serait un autre jour. Ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vendetta Mira Stella

avatar

Titre : Quartier-Maitre
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Messages : 172
Date d'inscription : 05/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mar 31 Juil - 11:48

Cette fois, on y est.


Toutes ces journées passées à réparer le navire et sa mâture, à ré aménager sa cale pour accueillir décemment, selon les standards de la marine, les troupes embarquées, armée régulière, milice reconvertie ou simples citoyens venus se battre, que ce soit par esprit d'engagement, curiosité un peu déplacée ou récompense sonnante et trébuchante, et dont les braillements, les cris, les plaisanteries lancées un peu trop forts pour cacher l'angoisse qui étreint lentement tout le monde, parvient à couvrir le cri des mouettes, qui se sont réunies en nombre, comme toujours quand elles sentent que l'activité des bipèdes peut leur apporter un repas facile.


Accoudée au bastingage du pont supérieur, une cigarette qui se consume lentement à la main, Vey jette un œil en direction du quai. Les dernières caisses venues de l'Intendance ont été chargées à bord, ne laissant plus guère d'espace dans la soute, où même une souris aurait du mal à se faufiler. Les docks du port ont été proprement vidés, certains négociants spécialisés dans l'accastillage ont vu en quelques jours leur fortune augmenter en proportion de la vitesse à laquelle les soldats et les marins ont vidés leurs entrepôts. Une pensée pour Esteban Diaz qui, malgré sa jambe, a été présent jusqu'au bout, disponible à des heures parfois indues pour aider au transbordement du matériel depuis son échoppe vers le navire. Une forme d'engagement que comprend la jeune femme. Elle non plus n'aimerait pas resté sur la touche, mais on ne fait pas toujours ce qu'on veut dans la vie. Et puis les occasions de servir l'Alliance sont nombreuses, et le seront d'autant plus si le conflit se prolonge. Ce qu'il ne manquera pas de faire, les deux blocs semblant bien décider à en découdre pour de bon, maintenant que les raisons de faire front commun semblent avoir été remisées … ailleurs.

Une bouffée de cigarette, dont elle rejette la fumée vers le ciel. Bleu, sans un nuage. Le soleil est déjà chaud, mais elle sait qu'en mer, le temps peut changer rapidement. Malgré tout, elle sait que les chevaucheurs devront être prêts à tout affronter, sans barguigner. Et la météo sera probablement le cadet de leurs soucis, si on en croit les dernières nouvelles venues de l'Etat-Major. Malgré tout, elle est sereine. Les derniers entrainements se sont bien passées, ses hommes ont fait preuve de détermination et de professionnalisme ; même les recrues ont montré d'excellentes aptitudes, surtout si on considère le peu de temps qui a pu leur être consacré. Le matériel est finalement arrivé, malgré les retards de l'Intendance, et vérifié par Isström et Klitick. Tout ce qui pouvait être fait dans les temps impartis l'a été. Le reste est entre les mains de Neptulon et de la Lumière. Vey sourit en imaginant ce couple improbable, puis elle repense à la messe donnée dans les jardins de la Cathédrale, la ferveur présente, les serments prononcés, la relative solennité du moment. Non que cela ait particulièrement amélioré sa foi, mais elle sait à quel point ce genre d'évènement est important pour le moral des troupes, et elle sait gré au clergé de faire en sorte que les combattants partent avec le maximum d'armes possibles. Et le moral est assurément la première d'entre elles.

Dernière bouffée de cigarette. Un mouvement attire son attention sur le quai. Des officiels, des haut gradés si on en juge par leur tenue, les reflets sur les distinctions et la cohorte de gardes qui les suit, ainsi que plusieurs individus dont elle met quelques secondes à resituer les couleurs. Le Kirin Tor. Un court instant, elle pense à l'affaire de la passagère clandestine, à son étrange disparition, et aux larmes du jeune mage qui était chargé de veiller sur elle, et se demande si c'est la raison de la présence de tous ses thaumaturges ici. Mais non. On ne dérange pas les pontes de l'Amirauté pour une simple enquête, fut elle liée aux arcanes. Malgré sa réputation de neutralité, le Kirin Tor semble avancer ses pions, à moins qu'il ne dépêche des observateurs dans le conflit à venir, afin de tenter de recoller les morceaux, ou du moins de limiter la casse peut être. Aucune information n'a filtré dans ce sens, mais nul doute qu'elle en saura davantage en temps voulu. Pas de raison de s'en faire lpus que de mesure, donc.

Rangeant le mégot dans son cendrier de poche, elle reprend son tour, trompant l'anxiété de l'attente en effectuant toutes les vérifications possibles, même si elle sait que tout est en ordre. Puis, parvenue au pont inférieur, elle jette un dernier regard à l'horizon, vers l'ouest. Elle repère les voiles des premiers navires en partance pour Kalimdor.

Pas de doute, cette fois, on y est.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inigo Ghesufal

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Métier/classe : Navigateur
Messages : 168
Date d'inscription : 05/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mer 1 Aoû - 10:47

***

[En route pour Kalimdor, au large de Reflet-de-Lune]


- Et alors, Blondin, tu prends le frais ?

Inigo n’eut pas besoin de se retourner pour reconnaitre Isström qui le rejoignait sur le gaillard d’avant. La naine avait un surnom pour tout le monde et elle se moquait bien des susceptibilités et de la hiérarchie. Même Hodge avait le sien et on pouvait entendre des « Ma Belle » résonner sur le pont. La Cap’ tolérait cela avec bienveillance… quelque chose liait ces deux femmes, allez savoir quoi !

A cette heure de la nuit, le navire voguait quasi silencieusement sur les eaux calmes du nord Kalimdor. En plissant les yeux on pouvait presque deviner les contreforts de Reflet-de-Lune, masses plus sombres se détachant sur fond de ciel étoilé. D’ici une ou deux heures le jour se lèverait. Et la guerre reprendrait ses droits.

Inigo s’étira en grimaçant. Les onguents de Dorwel avaient fait des miracles et l’étrange brume du chaman avait stoppé à temps la brûlure d’ombre que le démoniste orc avait infligée au navigateur. Il en garderait une raideur encore pendant quelques jours durant lesquels il devrait se résoudre à remiser la hache au placard et à ne manier que le lourd sabre qui pendait à son côté. Quelques jours… s’ils survivaient jusque là…

Isström resta silencieuse et se contenta de passer une tasse de café brûlant à son ami. Il restèrent ainsi quelques minutes, l’une tirant de longues bouffées de son éternel gros cigare et l’autre fixant la ligne d’horizon qui commençait à se dessiner au loin.

La forgeronne du bord n’était pas de service à cette heure de la nuit et ne portait qu’une large chemise de coton et un pantalon ample comme aiment à en porter les mousses. Elle allait pieds nus et ses cheveux étaient relevés en un vague chignon de principe. Cette tenue légère révélait sans gêne sa généreuse féminité et Inigo s’étonna de réaliser que la naine était plutôt jolie… Il sourit en se disant que ces charmes-là devaient briser bien des coeurs à barbe et tresses…

- Ça s’est bien passé pour toi sur la galère orque ? demanda Inigo entre deux gorgées
- Bah, je suis là maintenant, alors je suppose qu’on peut dire que oui, se contenta se répondre laconiquement la naine.

Le silence revint leur tenir compagnie. Le fil lumineux de l’horizon était à présent clairement tracé. Devant l’étrave du navire, des dauphins jouaient à qui nageraient le plus vite…

- J’espère qu’elle aussi a survécu à cette nuit, dit Inigo d’une voix basse
- Ah… la jolie petite mage que j’ai vue avec toi sur les quais, hein ? On dirait qu’elle t’a tout chamboulé là-dedans dis donc Blondin ?! taquina la naine.
- Que veux tu Iss, on peut pas toujours lutter, non ? lui répondit Inigo, un maigre sourire aux lèvres, comme une excuse.

La naine lui rendit le même sourire et reporta son attention sur l’horizon, la houle, les dauphins joueurs… Au bout de quelques minutes, elle dit d’une voix sourde :

- Des fois, y a des trucs bizarres qu’on peut pas expliquer, Blondin… alors autant laisser le fer aller là où il veut.

Nouveau silence, puis elle ajouta, comme pour elle même :

- Tu le croirais ça, Blondin ? Une sombrefer des Steppes Ardentes qui tombe en amour avec l’océan… Klum ! Que j’aime l’océan…

***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 118
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mer 1 Aoû - 11:59

Soupir fatigué.

Il s'y attendait. Il s'attendait à des répercussions lorsqu'ils allaient enfin rencontrer la Horde après ces trois jours de navigation, et sa prédiction se révéla être juste. Bien trop juste.

Fort heureusement, aucun mort n'avait été déplorer dans leur camps suite aux escarmouche contre la flotte de la Horde en arrivant sur le rivage de Kalimdor. Néanmoins les blessures étaient nombreuses. Beaucoup de blessures légères, et quelques blessures graves, notamment parmi les membres de la Vengeance du Neptulon.

Lui, ainsi que les membres de l'équipe médical avait été présent pour endiguer au mieux l'urgence des blessures, et s'assurer que tous aient été remis sur pied, du moins à l'extérieur, pour l'arrivée sur la côté prévu pour ce soir.

Il aura passé le reste de la nuit jusqu'au matin à faire des rondes et veiller sur les blessé dans l'infirmerie et dans le carré, -faute de place-, afin de s'assurer de leur confort et qu'ils soient opérationnel.

Il avait tout de même pu prendre quelques heures de repos, grâce à la proposition de Geillis de prendre un tour de surveillance, mais pas plus. Il avait du travail sur la planche, et le repos attendra.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hérodiade Ambrose

avatar

Titre : La Lionne
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Boss Bitch
Âge personnage : 46 ans
Messages : 77
Date d'inscription : 30/01/2018
Age : 21
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 2 Aoû - 17:16

L'arbre brûlait sous leurs yeux. Le spectacle était d'une beauté macabre. Théramore, et maintenant Darnassus. L'Alliance perdait son emprise sur Kalimdor et la Horde de la Dame Noire devenait un boulet démolisseur sans état d'âme. Il suffit d'un regard vers ses collègues pour que les frissons s'emparent d'elle. La terreur, voilà ce qu'elle y voyait. Même la Capitaine s'était réfugiée dans le silence. Et dans cette quiétude sordide, on pouvait au loin discerner les cris et le crépitement des flammes. Tout un peuple hurlait à la mort et avec un peu de chance feu le Bosco serait parmi eux.


----

Hérodiade regagna la grotte quelques heures après le débarquement, épuisée, sa peau délicate était craquelée, sa véritable apparence étant mise à jour par ses réserves de mana vidées. Couper du reste de l'équipage durant la bataille, elle mena un groupe d'abjurateurs sur la plage et s'attela à créer un dôme arcanique protecteur où les alliés de la 14ème Légion et civils Kaldorei pourraient trouver refuge. Un escadron de prêtresse de la lune les rejoignit rapidement, et ce qui était un simple dôme protecteur se transforma en infirmerie à ciel ouvert à l'abri du chaos. Hérodiade ne se souvenait pas avoir vue une telle boucherie depuis le Norfendre. Entre brûlures, nécroses et plaies ouvertes infectées, le sable n'aidant pas, elle eut son lot d'horreur malgré son retrait des conflits armés. Elle s'étonna à prier la Lumière pour Vendetta, Maroussia et peut-être chaque membres de l'équipage. Elle aida à téléporter civils et blessés graves vers Hurlevent et une fois un semblant de calme revenu s'en détourna au repère de la 14ème et fit son rapport à la Capitaine qu'elle fut heureuse de retrouver en vie.

_________________


Dernière édition par Hérodiade Ambrose le Sam 4 Aoû - 10:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bruits de couloir    

Revenir en haut Aller en bas
 
Bruits de couloir
Revenir en haut 
Page 11 sur 15Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12, 13, 14, 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Vengeance de Neptulon :: LE PONT :: Journal de bord-
Sauter vers: