AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bruits de couloir

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Elenwe

avatar

Genre : Féminin
Race : Ren'dorei
Messages : 9
Date d'inscription : 23/02/2018
Age : 27

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mar 27 Fév - 16:25

En plein milieu de la nuit, l’elfe à la sombre allure fut subitement réveillée. Sans doute un cauchemar, un rêve troublant où son passé et la douleur reste graver dans esprit. Trempée de sueur, elle décida de se lever dans un silence absolu, ses bruits masquer par les vagues et les ronflements des quelques marins. Sans jamais quitter sa dague, Elenwe sortit des dortoirs et rejoignit le pont supérieur. D’un franc soupir, la longues-oreilles se mit à observer le paysage, repensant aux derniers événements sans y attacher une importance cruciale. Ce n’est pas son genre de refaire le monde avec des « si », ce qui a été fait ne peut plus être défait.

Pour beaucoup, la Ren’dorei semblait être une bombe à retardement, une puissance destructrice et dont la faim insatiable pourrait annihiler tout et n’importe quoi. Elle-même ne se sait pas infaillible, tout comme un paladin peut tromper sa foi ou un archer rater un tir de flèche. C’est pourquoi Elenwe ne s’autorise pas le doute ou la remise en question, ce n’est guère un jeu et elle en est bien consciente. Chaque jour et à chaque instant, ses barrières spirituelles ne cessent d’augmenter en puissance, tout comme elle aurait pu repousser Ward tel un vulgaire insecte.

La « bleutée » observa ses mains et à l’abri des regards, retira ses gants. Ses pouvoirs de l’Ombre se manifestèrent ensuite, imprégnant le contour de ses doigts et de sa paume. Elle ressentait cette faim dévorante, d’en utiliser toujours plus, encore et encore, de relâcher cette force surnaturelle et de devenir un monstre. Toutefois, les murmures du Vide ne passaient pas les murs de son esprit. A tout instant, ils étaient repoussés au-delà de ses frontières mais cet état demandait une concentration permanente. Chose qu’elle apprit grâce aux instructions du magistères Umbric et notamment de l’héroïne de l’Alliance, Coursevent.

Cette résistance inébranlable et désormais quasiment naturelle lui permettait d’être cette « chose » qui contrôle l’Ombre sans avoir à y céder. D’un revers de la main, Elenwe révoqua les apparitions ténébreuses entre ses doigts, les faisant disparaitre. Un sourire amusé naquit sur ses lèvres. Non pas de folie mais plutôt de contentement. Bien qu’elle offre généralement un sourire à ceux qu’elle croise, la Ren’dorei reste en retrait et laisse surtout les autres s’acclimater à sa présence perturbante. Bien entendu, l’elfe n’est pas dupe et avait compris dès son recrutement qu’elle serait surveillée et épiée. Cela ne la dérangeait pas, les petits piques que certains ou certaines pouvaient lui envoyer ne blessaient pas Noiraube. Au fond, elle n’en n’avait que faire.

Après avoir passé un moment à contempler les étoiles, Elenwe quitta finalement le pont supérieur pour rejoindre le dortoir des femmes. Sa dague, planquée dans un coin, restait toujours à portée de ses doigts fins. Il serait plus facile pour elle de lancer un trait d’ombre que de dégainer mais elle avait reçu des ordres et la Ren’dorei comptait bien s’y tenir ; sauf cas de force majeure…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vendetta Mira Stella

avatar

Titre : Quartier-Maitre
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Messages : 129
Date d'inscription : 05/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mer 28 Fév - 9:32

"Viser la hune, ça n'm'fait pas peur,
Même dans l'azur, j'l'atteins encore et encore,
Les marins d'eau douce n'ont qu'à bien s'tenir,
Ou ils f'ront l'grand plongeon, et ils touch'ront l'fond,
Pour la plus grande joie des requins ..."

C'est en cherchant à connaître la provenance de ce  couplet d'une célèbre chanson de la ménestrel Amelba que les marins se rendant dans les quartiers de l'équipage auront pu apercevoir "Vey", sourire aux lèvres, affalée sur son hamac, un petit livre d'ingénierie sur la poitrine, concentrée sur divers schémas techniques au point d'en oublier les regards parfois étonnés, parfois graves de ceux espérant profiter d'un peu de calme avant la prochaine manœuvre.

Mais bientôt, c'est un léger ronflement qui montera du hamac de la jeune femme ; le livre toujours sur la poitrine, elle aura enfin fermée les yeux, marmonnant dans son sommeil des mots comme "palonnier", "pas le bouton carré" ou "bon sang, c'qui fait froid là haut".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 69
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mer 28 Fév - 10:25

Une petite silhouette s'avançait en silence, le long des murs en bois du navire, à proximité de l'infirmerie. Les rares personnes se baladant dans ce recoin, pour peu qu'ils en avaient réellement le besoin, auront salué le nain, comme à l'accoutumé, sans recevoir de réponse, à leur grande surprise.

Arrivé à la proue, comme à son habitude, il passera une grande partie de la journée assis contre le mat, les yeux rivé et fixé sur un bassin d'eau, marmonnant des paroles indéchiffrables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inigo Ghesufal

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Métier/classe : Navigateur
Messages : 121
Date d'inscription : 05/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 1 Mar - 11:28

Au milieu de la nuit, Inigo monta sur le pont profiter de la fraîcheur. Retourner à Baie-du-Butin après toutes ces années avait été pour lui une épreuve et, la chaleur tropicale aidant, il se sentait encore poisseux de la puanteur du port gobelin.
Il respira l'air frais de la nuit et, contemplant les étoiles, il repensa à leur enquête sur place. Vey avait été à la hauteur, Klit totalement dépassé - on n'en ferait jamais un espion, ce qui à bien y songer était un compliment. La surprise était venu de Mereel qui semblait absent, préoccupé par tout autre chose et se désintéressant complètement de la mission. A ne pas oublier...
Mais la vraie surprise était venue d'Herodiade. Elle avait été parfaitement à la hauteur, dominant les situations avec flegme et rentrant dans son rôle d'épouse avec une facilité qui l'avait bluffé. Se moquant de lui-même, il se rappela même avec quel brio elle avait ouvert le verrou qu'il n'avait pu ouvrir lui, le maître-espion.
"Ex-maître-espion", se reprit-il à voix basse.

Oui, Herodiade avait été surprenante, parfaitement à son aise dans une mission d'infiltration qui n'avait rien d'évidente en milieu gobelin. Il se promit de ne pas oublier cette duplicité dont la mage avait fait preuve avec autant d'aisance. Et jusqu'à cette invitation sans détour à la rejoindre dans sa couchette cette nuit. "N'oubliez pas le vin", avait-elle ajouté avec un sourire salace. IL était tenté, bien sûr, c'était une belle femme... il ne doutait qu'une autre fois, si l'invitation devait se renouveler, il céderait. Mais pas cette fois, pas cette nuit.

Au loin, il entendit un bruit d'éclaboussement, sans doute un marsouin. Il laissa voguer ses pensées au rythme des vagues qui ondulaient sous la lune montante. "Quand même, quelle chute de reins !" sourit-il aux étoiles en repensant à la robe dos nu d'Herodiade...


Dernière édition par Inigo Ghesufal le Jeu 1 Mar - 13:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vendetta Mira Stella

avatar

Titre : Quartier-Maitre
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Messages : 129
Date d'inscription : 05/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 1 Mar - 12:59

Une fois n'est pas coutume, la nuit aura été courte, mais finalement assez reposante pour Vey. Le réveil s'est fait en douceur, dissipant rapidement les brumes d'un rêve un peu étrange, mêlant de vieux souvenirs de la marche de l'ouest, des gobelins et des oiseaux multicolores .... mécaniques.

Secouant la tête, la jeune femme se redresse tant bien que mal dans son hamac. Un livre dégringole et elle le rattrape d'un geste réflexe. Un des codex fournis par Klitick. Pas question de l'abimer en effet ! Elle le range dans la petite cache qu'elle s'est ménagée pour faire office de table de nuit et saute de sa couche, après s'être assurée que personne n'est en dessous. Les autres hamacs sont encore à peu près tous occupés par l'équipe du quart précédent, et c'est sans faire de bruit qu'elle se dirige vers la "carré", pour y prendre un repas léger.

Plus de café, elle se contente d'un verre d'eau, d'une ration de biscuits de mer et d'une paire de fruits exotiques ramenés par les membres d'équipage chargés de couper du bois dans la jungle, pour parfaire le déguisement du Vengeance. Découpant les fruits, elle laisse ses pensées vagabonder un instant. Les évènements de la soirée reviennent rapidement toquer à sa porte, et, les yeux dans le lointain, elle revoit la petite équipe menée par le Cap' jusqu'à la Baie, le petit conciliabule et les traits concentrés des membres présents. La connivence d'Ini et Hérodiade, l'air préoccupé, et un peu absent, de Mereel, le déguisement magique de Klitick. Son propre déguisement et le plaisir fugitif qu'elle a pris à incarner cette négociante, veuve mariée à qui elle a donné certains attributs de vieilles connaissance maintenant disparues. Elle a apprécié les actions de chacun, la façon dont les rôles se sont finalement distribués, parfois de façon inattendue, et le dénouement parfait : la découverte d'un des repaires de Doe, et la récupération de documents importants. Le retour, un peu brouillon mais finalement tout à fait dans l'air de la Baie, et les retrouvailles avec le Capitaine. Net et sans bavure. Propre.

Peut être trop. Elle se souvient avoir beaucoup cogité lors du retour, écoutant plaidoyers de la raison et contre plaidoyers de l'intuition. Difficile de donner la priorité à l'un ou à l'autre. Le débriefing a été une occasion de faire le point, et de se réjouir. Ce n'est pas si souvent dans cette affaire. Elle sourit. Elle a quand même fait part de ses doutes lors de son tour de parole. Pas tant par réelle conviction alors, mais parce qu'elle a estimé que c'était une donnée importante, peut être une façon pour l'équipage d'avoir un autre point de vue de la situation et d'éviter ainsi un danger. Ses doutes ont trouvé des échos favorables auprès de ses partenaires, ce qui l'a un peu conforté à pousser plus loin ses investigations.

Quand le porte-document ramené par Ini et Hérodiade, ouvert par Klitick et étudié par le Cap' a révélé des schémas techniques, des écrits intéressants comme des doubles de la lettre concernant la disparition de Harris et sur les livraisons d'armes, et un étrange message codé, la satisfaction s'est inscrite sur les visages présents. Sauf peut être celui de Mereel, ce que le Cap' n'a pas manqué de noter et de surprendre un peu plus la jeune femme, avant de revenir au sujet principal. Hérodiade et Ini se sont penchés sur l'aspect pratique des documents, Klitick s'est vu confié le soin d'étudier les plans, et l'attention de la jeune femme s'est focalisée sur le message codée. Des chiffres, qui, remis dans un certain ordre, lui font penser à des coordonnées. Probablement en mer, ou pas loin d'une côte. Elle doit confirmer son intuition avec les portulans du bord, mais elle sent qu'elle tient quelque chose. Même si le sentiment que les choses se passent trop bien vient assombrir un peu ses réflexions, elle tient à en avoir le cœur net.

Et c'est la raison de son réveil tôt ce matin. La veille, après en avoir touché quelques mots avec le Cap', qui lui a donné carte blanche sous réserve de faire preuve d'une extrême précaution, elle a pu consulter les cartes du bord, et a pris quelques notes. Et elle entend bien aller voir sur place. Finissant ses fruits et son verre d'eau, elle passe son armure de vol, et quelques lainages car elle sait qu'elle va passer un moment en altitude. Elle s'empare également qu'une paire de lunettes, dont elle a compris l'utilité lors de son entrainement sur l'Akir, et de provisions pour la route. Puis elle se dirige vers la soute, en direction des stalles où sont stationnés les griffons. Tous se reposent sauf Kay. L'animal la regarde approcher, l'œil vif, attentif, comme si il savait déjà. Vey passe la main dans son cou, flattant l'encolure et vérifiant en même temps si la cicatrisation est achevée. Elle sent la peau qui frémit sous ses doigts et adresse une nouvelle caresse à sa monture. Puis elle se dirige vers la selle et entend le griffon qui se redresse dans sa stalle, la suivant du regard. Elle le harnache, vérifiant soigneusement chaque attache : pas question d'avoir un pépin de ce côté quand ils seront là haut !

Puis elle fait activer le système permettant aux griffons de rejoindre le pont. Elle accueille avec un petit sourire le ciel encore bleu sombre, les étoiles qui brillent, imperturbables, comme si elles regardaient d'un air désolé les entreprises éphémères et finalement dérisoires des créatures mortelles. Un dernier conciliabule avec le manœuvrier de quart, et elle monte en selle. Aussitôt, Kay déploie ses ailes, comme s'il témoignait de son impatience à prendre son envol. Tournant la tête en direction de sa cavalière, il semble prêt. Confiant. Le souvenir d'une conversation récente surgit dans l'esprit de la jeune femme et elle adresse un nouveau sourire à l'animal. A peine  a t elle besoin de tirer sur les rênes, que le pont est déjà loin en dessous. Elle laisse sa monture s'ébattre un instant, heureuse de sentir la force des ailes qui vont les emmener loin aujourd'hui. Puis, après un dernier coup d'œil à ses notes, et à la position des étoiles, elle oriente Kay dans la direction voulue.

Oui, la journée va être longue, mais elle sera passionnante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysael

avatar

Genre : Féminin
Race : Humaine
Messages : 20
Date d'inscription : 13/02/2018

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 1 Mar - 14:01

S'il y avait bien une chose dans laquelle Ysael excellait, c'était l'art de fourrer son nez partout. Absolument partout.
Et surtout là où on ne l'attendait pas.

Revenue dans la salle des machines, bien à l'abri des regards sous l'espèce de hutte faite en couvertures miteuses et remplie d'objets de récupération, la jeune fille déplia le petit morceau de papier qu'elle tenait, roulé, entre ses doigts.
Elle parcouru les quelques lignes du message codé, tenta, pendant une quinzaine de minutes, de le lire à voix haute en suivant les lettres du bout des doigts, puis fronça les sourcils, convaincue que celui qui avait rédigé ça ne savait, comme elle, absolument pas écrire.


" P'tain mais ça veut rien dire ! Y a tout qu'est dans l'désordre ! Il a confondu les lettres ou quoi !? "

Profondément agacée, Ysael saisit les "Chroniques de Maximilien" que lui avait donné Anson, l'ouvrit à la seconde page et en poursuivit la lecture.
Au bout de quelques minutes, une idée émergea dans son esprit. Elle avait remarqué que peu de mots comportaient seulement deux lettres, plus rares encore ceux qui n'en comportaient qu'une. Saisissant le petit bout de papier, elle le lissa contre les pages de l'épais ouvrage et entama de comparer les lettres avec celles du livre qu'elle avait sous les yeux.


" Yr. N. U. Nh. Qh. Ra. Y." Un morceau de charbon bien taillé lui servit de crayon pour noter les quelques lettres dans la marge de la page. Monsieur Anson n'y trouverait sans doute rien à redire. C'était du papier, après tout, ça devait être fait pour ça.

" ... Le ... La ... Au. De ... Du ... A. L ... " Pendant près d'une heure, Ysael releva tous les mots, sur la double page, composés d'une seule ou de deux lettres seulement.

" A. A. Ben, c'forcément le N ou le U ... Ou le Y ... "

La journée promettait d'être longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 69
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 1 Mar - 14:34

Alors qu'une partie de l'équipage devait sans doute se restaurer dans la salle commune, les autres qui auraient été de gardes auront pu apercevoir au loin un petit radeau de fortune, sur lequel se trouvait un nain et une jeune femme.

Le piètre transport fait à partir de bois et de liane, risquant à tout moment de couler, avançait lentement, à l'aide de son mat, sur lequel flottait... une peau de panthère?

Une fois remonté à bord du Vengeance, Dorwel remercia l'équipage d'un sourire, quoique quelque peu forcé, et se dirigea immédiatement vers l'infirmerie afin de traiter sa blessure à la main.

Ce dernier aura pu être aperçu le reste de la journée, verre d'alcool à la main, le regard vide et perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Vendetta Mira Stella

avatar

Titre : Quartier-Maitre
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Messages : 129
Date d'inscription : 05/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Ven 2 Mar - 17:43

- GAAAAA'  RD' A VOUS !


Aussitôt les recrues se redressent, bombent le torse, rentrent le ventre, lèvent la tête, bras le long du corps. Les plus téméraires jettent un œil en direction de l'officier dont le sergent vient d'annoncer, bruyamment, la venue. L'homme n'est pas très grand, son uniforme bleu et blanc aux couleurs de la Royale est impeccable, le regard qu'il braque sous son bicorne de lieutenant instructeur est perçant, et la petite moue qui déforme ses lèvres fines ne présage rien de bon.

- Bon, je m'adresse à vous les bleus ! Vous avez passé l'épreuve de l'examen médical : c'est une première victoire pour le corps médical. Ca montre que vous êtes aptes à vous faire trouer la paillasse pour l'Alliance, et vous êtes suffisamment sains d'esprit pour avoir signé en pensant faire la meilleure action de votre vie. Mais la vérité, c'est que vous êtes encore loin de faire le poids ! Certains d'entre vous s'apercevront bien vite qu'on est pas chez les planqués de l'Artillerie, ou chez les décérébrés de l'Infanterie ! Chez les Soldats de Marine, on est toujours en première ligne, sur tous les fronts, sur le pont en toute circonstance ! C'est pourquoi vous apprendrez à manœuvrer, à vous repérer, à vous servir de toutes les armes possibles, et même celles qui n'ont pas encore été inventées ! Mais votre meilleure arme, ça sera cette matière brute et épaisse qui dort encore entre vos deux oreilles ! Et ...

L'adjudant s'interrompt, décelant sur le visage d'une des recrues l'ombre d'un sourire. Vif comme l'éclair, il se faufile dans les rangs et pose son visage presque nez à nez avec sa proie. Une jeune femme dont une mèche blonde dépasse encore du casque réglementaire.

- J'te fais rire, ma grande ? J'suis un comique, c'est ça ?
- Non, mais c'est l'allusion à notre cerv...
- LE PREMIER ET LE DERNIER MOT QUI SORTIRA DE VOS CLAPETS, C'EST LIEUTENANT ! EST CE QUE JE ME FAIS BIEN COMPRENDRE ?

Aussitôt, à l'unisson, toutes les recrues reprennent le mot d'ordre.

- LIEUTENANT, OUI, LIEUTENANT !

Revenant à sa victime, il amène son visage juste en face du sien, leurs deux nez se touchant presque.
- Alors, meule de foin, tu avais quelque chose à dire ?
- Lieutenant, oui, enfin non mais je ... entendre dans une même phrase les notions de soldat et d'intelligence, ça m'a rappelé une bla..
- Je vois qu'on a une spécialiste ! Très bien, Meule de Foin ! Pas la peine pour toi de perdre ton temps à écouter mon petit discours de bienvenue, on va te trouver une occupation qui sera utile pour ta nouvelle famille. SERGENT ! Vous veillerez à ce que la recrue Meule de Foin fasse le ménage dans le baraquement pendant les deux prochaines semaines ! Et ça commence maintenant ! ALLEZ, AU TROT !

Rejointe par le sergent qui sort sa badine, lui en cinglant un petit coup dans les cuisses pour la faire accélérer, la recrue part en courant vers le baraquement.

- NE NOUS ABANDONNEZ PAS, MEULE DE FOIN ! ON COMPTE SUR VOUS !

La recrue tourne une dernière fois la tête en direction du lieutenant, qui, fait étrange, à la tête d'Edwin VanCleef, et les recrues semblent toute dépenaillées, comme si elles avaient été au front...


Se redressant sur son hamac, Vey se frotte la tête en sortant de ce mauvais rêve. Fermant les yeux, elle croit entendre une dernière fois l'injonction du lieutenant, mais non, c'est la complainte du vent qui s'est remis à souffler depuis l'accalmie d'hier soir. Soufflant doucement pour relâcher la tension qui s'est logée dans ses épaules, elle fait rapidement le lien entre son rêve et l'échec de la mission de la veille.

L'échec.

Le mot lui est venu d'un coup. Bien sur, lors du débriefing avec le Bosco, il en a été question, même si il a été tempéré par le fait que l'équipe est rentrée saine et sauve et que de bonnes choses ont été accomplies. Il n'en reste pas moins que le constat est là. Autrefois, elle aurait appliqué la recette de Vermillon pour passer à autre chose. Elle entend à nouveau le ruffian qui l'avait alors prise dans un coin pour lui parler alors qu'elle remâchait des idées noires.


- Ecoutes, fillette. Parfois, dans ce genre de situation, tu ressentiras comme une petite piqûre, là (il avait alors tapoté sa tempe) Cette petite piqûre, c'est l'amour propre. Il te dira que tu as échoué, et que c'est mal. Hmph. Tout ça c'est des conneries. L'amour-propre, on l'embrêne ! Tu lui mets un bâillon et tu l'oublies ok ? Faut pas t'en faire pour ça.

Elle se souvient avoir acquiescé, fascinée par l'aplomb formidable de celui qui régentait sa vie alors. Elle se souvient aussi que la technique avait marché un temps. Avant ... Bref. Vey pousse un petit soupir et quitte son hamac. Comme elle s'est couchée en tenue, elle se rend directement dans la carré, pour se restaurer et faire le point. Les mots de Vermillon résonne encore dans son esprit, comme le remède miracle qui lui permettrait de tourner la page. Mais elle sait que ça ne résoudra pas le problème. Attrapant de quoi calmer les plaintes de son ventre, elle se remémore la mission en détail, les ordres du Bosco, les préparatifs, le vol et les investigations, puis l'assaut et le retour vers la Vengeance. Et pas un moment, un regard en arrière pour analyser les choses. Elle repense alors aux mots du lieutenant qui lui avaient arraché un sourire, et lui avaient valu son premier tour de corvées, mais qui prennent tous leurs sens, maintenant.

Elle a échoué. Mais ça ne veut pas dire que ça doit lui plaire. Elle sait maintenant sur quoi elle doit travailler. Et elle ne peut pas abandonner sa nouvelle famille.

Forte d'une conviction nouvelle, elle engloutit son déjeuner et se prépare pour une nouvelle journée de travail. Dehors, le ciel lui parait un peu plus clair et le soleil naissant, un peu plus chaleureux.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maroussia Hodge

avatar

Titre : Capitaine
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Âge personnage : La trentaine
Messages : 306
Date d'inscription : 15/01/2018
Age : 27
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Lun 5 Mar - 14:40

La Vengeance de Neptulon s'installa au mouillage dans la Baie de Hurlevent en début d'après-midi. Très rapidement, un officier de port vient à leur rencontre, en barque, pour s'enquérir de l'état du navire. Plusieurs marchandises furent par la suite livrées, notamment des vivres, produits frais, dont ce fameux jus de melon que semble apprécier Klitick, et une caisse contenant des bouteilles de vin. Les tonneaux de rhum furent changés, et on récupéra à terre les minerais, qui alourdissaient le navire, ainsi que l'imposant coffre jusqu'à présent sous la garde d'Ysael, qui ne contenait pas moins de trois cent vingt-cinq pièces d'or...

Le mot fut passé à l'équipage de se détendre, quitte à profiter ou non de la ville. Difficile de savoir quand ils repartiraient, mais la vitesse avec laquelle ils avaient échangé vivres et fournitures témoignait que nul ne comptait s'attarder.


Dernière édition par Maroussia Hodge le Lun 5 Mar - 14:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vengeancedeneptulon.forumactif.com
Ysael

avatar

Genre : Féminin
Race : Humaine
Messages : 20
Date d'inscription : 13/02/2018

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Lun 5 Mar - 14:53

Le navire à peine amarré, Ysael avait été la première à sauter sur les lattes en bois du quai, la chevelure encore ébouriffée par le sommeil. Certains auraient pris ça pour un besoin irrépressible de se dégourdir les jambes, loin de l'étroitesse du bateau, mais les plus observateurs avaient remarqué le petit papier qu'elle tenait dans sa main, et qui était sans doute la raison de sa course.
Elle ne reviendrait que dans l'après-midi, avec, sur le visage, le sourire espiègle d'une gamine qui a réussi son coup et, dans les bras, un énorme paquet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maroussia Hodge

avatar

Titre : Capitaine
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Âge personnage : La trentaine
Messages : 306
Date d'inscription : 15/01/2018
Age : 27
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Lun 5 Mar - 17:07

La Vengeance de Neptulon était à peine réapparue au mouillage dans la rade de Hurlevent que de nouvelles affiches, présentant un fort goût pour le bleu et les couleurs électriques, apparurent dans les rues de la ville, visiblement affichées par de jeunes marins de la flotte.

L'équipage quant à lui forma un charmant ballet de barques, venant décharger à terre des caisses chargées de minerais de basse qualité, et récupérant vivres fraiches, viande salée, eau douce et alcool pour le monter à bord.

Si le navire de guerre et son équipage ne semblent pas vouloir s'éterniser dans la capitale, aucune rumeur ne filtrera tant au sujet de sa précédente mission que de sa prochaine destination.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vengeancedeneptulon.forumactif.com
Hérodiade Ambrose

avatar

Titre : La Lionne
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Abjuratrice
Âge personnage : 46 ans
Messages : 48
Date d'inscription : 30/01/2018
Age : 21
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mar 6 Mar - 0:03

Après une soirée arrosée sur terre, bien méritée après toute cette affaire, dans une taverne de la Vieille Ville, Hérodiade et Inigo auront pu être aperçu par certains membres de l'équipage rejoindre les appartements de Madame en ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romilda Dalson

avatar

Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Chevaucheuse de griffon / franc-tireuse
Âge personnage : 35
Messages : 41
Date d'inscription : 14/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mar 6 Mar - 2:19

***

Elle restait là dans la paille à fixer le plafond. Quand les rêves ne la laissaient pas exsangue dans son coin d'écurie, voilà que le sommeil se refusait à elle. Quelque chose la tracassait, mais elle ne parvenait pas à mettre le doigt dessus. Elle sortit sans bruit des écuries sans susciter le moindre émoi chez les bêtes assoupies. Elle passa près des matelots endormis eux aussi, jetant un oeil sur l'équipage, presque malgré elle, chacun respirant paisiblement dans son hamac. Elle se hata vers la sortie, comme on atteint la surface de l'eau après avoir plongé longuement. Un grand bol d'air. Les étoiles. La nuit profonde et impénétrable. Voilà ce qu'il lui fallait.

Elle s'assit près de la poupe et tira son morceau de bois, qu'elle se reprit à tailler consciencieusement. Elle n'avait pas besoin d'y voir très clair, et d'ailleurs ses yeux s'ajustèrent rapidement à l'obscurité ambiante. Les rayons lunaires pour seul éclairage, elle s'appliquait sur sa tâche. Chrrr chrrr chrrrr. Le bruit du couteau sur le bois tendre l'apaisait. Qu'est ce que c'était, bon sang ? Elle ne faisait pas souvent appel à lui. Elle n'avait pas beaucoup l'habitude de s'adresser aux absents. Elle aurait bien aimé pourtant, cette nuit là. Mais dans son esprit c'était toujours le même silence. S'il lui était donné de lui parler, une dernière fois, que lui aurait-elle dit ? Elle n'en savait foutrement rien. Que peut-on dire pour la dernière fois qui ne soit pas vain ? Elle le revoyait nettement dans son esprit, mais c'était peut être une simple construction. Il tournait seulement ses yeux vers elle, avec cette même chaleur qu'il avait eue lorsqu'ils s'étaient quittés, sans savoir qu'ils ne se retrouveraient pas. Que s'étaient-ils dit ? Des banalités dont elle ne se souvenait plus. Elle se rappelait seulement ses mots à elle. Toujours les mêmes, chaque fois qu'elle s'éloignait. Veille bien sur eux. Et c'est ce qu'il avait fait. C'est ce qu'il avait fait.

Qu'avait-elle fait, elle ? Etait-ce Vey, était-ce Ysael ? Ou même Dorwel. Elle commençait à comprendre. Leur sort lui importait. Quelque part, elle aurait préféré affronter mille krakens que d'avoir un jour leur sort entre ses mains. Mais c'était ainsi. C'était arrivé. Elle s'attachait à ces gens, à cet équipage. C'était terrifiant et étrangement réconfortant à la fois. Chrrr chrrr chrrr. Elle arrêta son geste. Ce n'était pas du grand art. Mais c'était bel et bien un griffon. Ca avait deux ailes, un bec, des serres, une croupe de lion. Elle regarda la petite figurine. Elle ne serait jamais assez bien. Elle ne serait jamais à la hauteur de ce qu'elle aurait dû être. Mais c'était le mieux qu'elle avait à offrir. Elle regagna les écuries, plus paisible qu'elle ne l'avait été depuis longtemps.
***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inigo Ghesufal

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Métier/classe : Navigateur
Messages : 121
Date d'inscription : 05/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mar 6 Mar - 7:59

_

Ce n'est qu'aux toutes premières heures de l'aube qu'Inigo fut aperçu, sortant d'un petit hôtel particulier de la vieille ville, le sourire aux lèvres et l'habit froissé. Humant l'air frais du petit matin, il ajusta un peu sa tenue en descendant les trois marches du perron.
"Par les dieux des Sept Mers, quelle femme !" murmura-t-il dans un sourire alors qu'il dirigeait ses pas vers la taverne toute proche pour un solide petit déjeuner.

_
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inigo Ghesufal

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Métier/classe : Navigateur
Messages : 121
Date d'inscription : 05/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mar 6 Mar - 9:05

_

C'est en sortant de la taverne, sur le chemin qui le ramenait vers le port, qu'Inigo aperçut l'affichette bleu et or appelant à rejoindre le bord de la Vengeance. "soldats, chevaucheurs" lut-il, "cuisinier ? ah ça, ce serait une bonne idée !"
Il recula d'un pas, contempla l'allure générale de l'affiche. L'imprimeur de Hodge avait fait du bon travail, ça donnait envie... "engagez-vous, rengagez-vous, qu'y disaient" chantonna-t-il... ce qui lui rappela qu'il avait une dernière visite à faire dans les bas quartiers avant de rejoindre le navire...

_
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hérodiade Ambrose

avatar

Titre : La Lionne
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Abjuratrice
Âge personnage : 46 ans
Messages : 48
Date d'inscription : 30/01/2018
Age : 21
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mar 6 Mar - 14:35

Hérodiade aura passée la matinée à flâner dans ses appartements après une nuit de plaisir. Au détour de sa porte d’entrée elle ramassa son courrier et se décida à le consulter. Une lettre en particulier attira son attention, elle l’ouvrit et après en avoir lu quelques mots cette dernière chut à ses pieds. Gisant à la frontière de ses chaussons, l’on pouvait y lire : « ON T’AURA MAUDITE SORCIÈRE, MEURTRIÈRE! ». Elle s’habilla en vitesse et ne perdit pas de temps dans les dédales de la cité, elle regagna le navire puis le pavillon en quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vendetta Mira Stella

avatar

Titre : Quartier-Maitre
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Messages : 129
Date d'inscription : 05/02/2018
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mar 6 Mar - 16:06

La soirée avait finalement été réconfortante, et même douce d'une certaine manière, bien que pas pour les raisons attendues de prime abord.

Rejoignant un peu tardivement les membres de l'équipage partis faire la tournée des tavernes de la Vieille Ville, Vey s'était glissée dans leur sillage, silencieuse et attentive, souriant aux traits d'humour et aux répliques salaces qui émaillaient souvent ce genre de soirée. De nouveaux liens s'étaient tissés, d'autres s'étaient renforcés, et des rencontres plus ou moins prometteuses avait été faites. Et  Ysael avait manqué chavirer dans son verre. Mais elle avait évité le pire grâce à l'œil vigilant de ceux qui, ayant connu leur première cuite il y a longtemps, savaient repéré les signes avant coureurs de la déferlante qui aurait pu faire couler la jeune femme. Un rappel que, même à terre, l'équipage se serrait les coudes. Et c'était bon de savoir que la tension accumulée aux cours des dernières journées, et la conclusion de l'affaire "John Doe", n'avait finalement pas laissé d'empreinte trop profonde sur le moral.

Mais le réconfort était aussi venu d'une visite à laquelle elle ne s'attendait pas, et qui pourtant s'était imposée alors qu'elle parcourait les ruelles de la capitale pour se rendre dans le Quartier des Nains. Passant par le chemin situé derrière la cathédrale, afin d'éviter le gros de la foule qui se pressait toujours dans le parvis et la place Faol, son regard s'était posé sur les bancs qui entourait le kiosque, où se tenaient parfois des concerts improvisés ou des conférences sur des sujets variés. Parmi les badauds qui aimaient flâner et se poser quelques instants pour admirer les eaux claires du lac, elle avait reconnu une silhouette familière. Vermillon. Le ruffian s'était contenté de se retourner, et de la regarder. Comprenant le message, elle s'était assise à côté de lui. mais au lieu du sermon qu'elle s'attendait à recevoir, il n'avait rien dit pendant de longues minutes, se contentant de regarder le lac ... et au delà, vers le cimetière. Au moment où elle s'apprêtait à parler, il avait sorti une petite lettre fermée avec un cachet de cire rouge, sans marque et l'avait posé à côté d'elle. Puis, il s'était levé sans rien dire, l'avait salué d'un petit hochement de tête et s'en était allé vers le port, tel un voilier ayant subi la tempête de trop, échalas impressionnant et claudiquant dans des vêtements paraissant trop grands, dissimulant, elle le savait, d'impressionnantes cicatrices sur un corps décharné.

Ouvrant la lettre, elle avait parcouru les quelques lignes. Un message simple, des instructions, un lieu et une heure. Soufflant par le nez, elle avait rangé la lettre dans sa chemise, puis avait repris ses activités, la tête pleine de questions nouvelles. Le soir, elle avait fait un crochet, conformément aux instructions de la lettre, puis avait rejoint les autres dans une des tavernes de la tournée prévue. Elle avait ensuite guetté l'arrivée de son contact, qui semblait lambiner, arrivant bien après l'heure indiquée. A moins que ce soit elle qui ait loupé le coche, écartelée entre ses pensées et les joies simples et contagieuses de l'équipage.

Un mouvement à la porte, le signe convenu, elle avait pris congé des autres un peu cavalièrement. Le contact, un gamin des rues au regard un peu effronté, lui avait donné une petite pièce faite dans un métal froid et plus lourd que l'or, avant de faire une petite courbette et de disparaître dans l'ombre d'une petite venelle. Faisant rouler la pièce dans sa main, elle avait suivi les instructions, échangeant la pièce contre un paquet enveloppé dans de la toile cirée, dans l'arrière salle de la Belle Véreuse. Puis elle s'était rendue au cimetière, pour son rendez vous.

Le chemin entre les stèles lui avaient paru interminables, et elle avait du regarder deux fois sur le plan sommairement tracé pour trouver le bon emplacement. Esquivant le fossoyeur effectuant sa ronde, elle s'était assise contre un des murets, à l'abri des regards éventuels, pour défaire le paquet et recevoir les dernières instructions. Aussi fut elle surprise de découvrir un sachet contenant ... du terreau et ce qu'elle identifia comme des graines. Le tout recouvert par une petite note manuscrite.

"Parce qu'on doit toujours se rappeler d'où on vient et prendre soin des nôtres, gamine, et aussi parce que ça te fera du bien."

Relevant la tête, son regard sur la tombe à côté de laquelle elle s'était arrêtée, et sur les noms gravés.

"Shane Mira Stella et Edna Mira Stella, née VanC."

Et soudain, tout avait prit sens. La date, le lieu ... l'anniversaire. Funeste anniversaire, qu'elle avait oublié pendant toutes ces années. L'arrestation et la mort de ses parents. Enterrés dans une fosse commune, comme les proscrits qu'ils étaient. Finalement ramenés et ensevelis au cœur de la ville pour laquelle ils avaient combattu, à leur façon. Par qui, elle ne le savait pas vraiment, et même si elle avait sa petite idée à ce sujet, ce n'était pas important pour le moment. Ouvrant le sac de terreau, qu'elle avait répandu sur la terre au dessus de la tombe, elle avait planté les deux graines et les avait vu grandir, infusées d'énergie magique pour devenir de magnifiques arbustes aux fleurs rouge et jaune.

Restant assise à même le sol, les yeux humides, elle était restée de longues minutes à les regarder. Et bien qu'elle ne fit pas preuve d'une particulière dévotion au quotidien, elle avait adressé une courte prière à la Lumière pour l'âme de ses parents. Un petit toussotement derrière elle l'avait ramené au présent : le fossoyeur qui la regardait avec un petit sourire. Puis, tendant la main vers elle, il l'avait aidé à se relever et sur un petit hochement de tête, avait prit congé.

Essuyant ses yeux, Vey avait reprit la direction de la taverne, passant le reste de la soirée dans un confortable silence. Puis lorsque l'équipage s'était dispersé, elle avait raccompagné Romilda qui se chargeait de veiller sur une Ysael, encore chancelante malgré ses offrandes au caniveau situé devant la taverne, et qui tenait le discours parfois amer qui accompagnent les introspections alcoolisées et brutales. Les paroles de Romilda, pleine de bon sens et apaisantes, bien qu'adressées à la jeune fille, avaient trouvé un écho dans le cœur de Vey.

Laissant les deux femmes en pleine discussion sur le ponton devant le navire, Vey avait rejoint son hamac, pour s'endormir aussitôt, un petit sourire sur les lèvres, pour une longue nuit. La première depuis longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 69
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mar 6 Mar - 16:09

Hurlevent. Cela ne faisait à peine qu’une semaine qu’il l’avait quitté, et il avait l’impression que cela faisait bien plus longtemps qu’il était parti. Seul il était à son départ, accompagné lorsqu’il revint. Il appréciait cette ambiance qu’il y avait lorsqu’il était en compagnie de l’équipage du Vengeance. Il s’attendait à l’inconnu lorsqu’il avait décidé de s’engager dans la marine, et il fut satisfait de ce qu’il y trouva.
Le peu de temps qu’il avait passé en compagnie de ces personnes avait suffi pour qu’il les reconnaisse comme des alliés de confiance, même des amis. Il avait traversé des épreuves avec eux, et savait qu’il se donnera désormais pour eux, comme ils se donneront pour lui.
C’est la tête pleine de pensées que le nain se dirigea vers le marché d’Hurlevent afin de préparer ce dont il aura besoin pour l’épreuve du tonnerre à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inigo Ghesufal

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Métier/classe : Navigateur
Messages : 121
Date d'inscription : 05/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mer 7 Mar - 16:37

_

Après le fiasco de leur expédition dans la Marche durant laquelle Dame Ambrose fut très sérieusement blessée par le spectre du Gardien, Inigo passa sa colère sur la lame de son nouveau sabre d'abordage en l'affutant encore et encore, passant la pierre ponce trois fois d'un côté, trois fois de l'autre ; trois fois d'un côté, trois fois de l'autre...
Il prit enfin sa décision et alla porter la fameuse épée du gardien au Capitaine Hodge qui aviserait quoi en faire. Puis il rejoignit la cabine de la mage assoupie où il veilla sur elle le reste de la nuit, ruminant de sombres pensées et de vieux souvenirs jusqu'aux premières lueurs de l'aube...

_
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorwel

avatar

Titre : L'infirmier du Vengeance de Neptulon
Genre : Masculin
Race : Nain
Métier/classe : Infirmier / Chaman
Messages : 69
Date d'inscription : 19/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mer 7 Mar - 17:28

Incompréhension, désarroi, peur, colère... Autant d'émotions qu'il ressentit cette nuit là. Que s'était-il passé, il n'en savait rien. Mais la conséquence de ce qui s'est passé n'en restait pas moins dramatique.
C'est les yeux perdus, fixant la mer, que le chaman quitta le navire, et s'engouffra dans la capitale humaine au plus profond de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mer 7 Mar - 18:26

Le bosco revint dans la nuit au navire pour constater les dégâts. Il demeura stoïque, s'inquiétant de l'état des blessés, donnant quelques recommandations supplémentaire pour le confort, puis il regagna sa cabine pour "gérer les affaires courantes" ou un grand bruit retentit. Un meuble ou une table renversé peut être, en dehors de cet unique épiphénomène, il n'y eut aucun changement dans son attitude
Revenir en haut Aller en bas
Hérodiade Ambrose

avatar

Titre : La Lionne
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Abjuratrice
Âge personnage : 46 ans
Messages : 48
Date d'inscription : 30/01/2018
Age : 21
Féminin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mer 7 Mar - 21:08

Hérodiade est rentrée folle de rage sur le pavillon dans les bras d'Inigo. Une lance, tenu par le Gardien, lui a tranchée une partie de son flanc gauche. Souffrante, son état se stabilisa pendant la nuit grâce aux soins de Dorwel. Elle semble en vouloir à Mereel et la Capitaine pour ne pas avoir pris conscience de ses avertissements et des risques qu'elle tentait de mettre en avant d'où l'importance de la fuite. Elle dormi cependant toute la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Quinn

avatar

Titre : La sous-merde
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Gabier
Âge personnage : la vingtaine, à vue d'nez
Messages : 33
Date d'inscription : 27/01/2018
Age : 19
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mer 7 Mar - 22:28

Les livres sont à leur place, le lit est fait et, de manière général, tout semble être en ordre. Seulement, si les affaires de l'infirmier de bord sont toujours là, peut-être manque-t-il le plus important : l'infirmier lui-même.

Sans doute la capitale humaine était-elle plus accueillante que l'équipage auquel, de toute évidence, il allait devoir rendre des comptes ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Klitick Pincevapeur

avatar

Genre : Masculin
Race : Gnome
Métier/classe : Ingénieur
Âge personnage : 21/11/6
Messages : 18
Date d'inscription : 01/02/2018
Age : 17
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Mer 7 Mar - 23:31

Une fois rentré un peu plus tard que les membres de l'équipage et les deux nouveaux aspirants, Klitick aura pris un air plus froid qu'à l'accoutumée. Cet air fut légèrement accentué après qu'Inigo le lui ait adressé la parole.
Il n'aura pas écouté la capitaine prendre la parole, tentant de se faire discret.

Ce n'est qu'une fois la soirée terminée à bord, dans la salle commune, que Klitick sera parti se reclure dans l'atelier pour travailler sur les plans du gyrocptère toute la nuit. Les personnes ayant du mal à trouver le sommeil l'auront peut-être entendu trébucher sur un tas de boulons et pousser quelques jurons juste après.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inigo Ghesufal

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Métier/classe : Navigateur
Messages : 121
Date d'inscription : 05/02/2018
Masculin

MessageSujet: Re: Bruits de couloir    Jeu 8 Mar - 8:41

_

C'est en sortant de la taverne, soutenant Dame Ambrose blessée, qu'Inigo remarqua une gommette à lunettes (mais sans couettes) arrêtée face à Maître Klit, semblant le reconnaître. Il taquina rapidement à ce sujet Klit qui ne répondit pas. Le marin laissa là les deux compères et accompagna Hérodiade jusqu'au navire.
Plus tard, à bord, il titilla à nouveau Maitre Klit sur le sujet. Le gnome assura qu'il y avait méprise, qu'il ne connaissait pas cette personne qui l'avait sans doute confondu avec un autre... Vieux roublard lui-même, Inigo n'en crut pas un mot mais n'insista pas...

_
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bruits de couloir    

Revenir en haut Aller en bas
 
Bruits de couloir
Revenir en haut 
Page 2 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Vengeance de Neptulon :: LE PONT :: Journal de bord-
Sauter vers: