AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La crique de Faldir [Fin de la Vengeance de Neptulon]

Aller en bas 
AuteurMessage
Maroussia Hodge

avatar

Titre : Capitaine
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Âge personnage : La trentaine
Galons : 1072
Messages : 444
Réputation : 1
Date d'inscription : 15/01/2018
Age : 27
Féminin

MessageSujet: La crique de Faldir [Fin de la Vengeance de Neptulon]    Dim 14 Oct - 22:42

Crique de Faldir, Arathi, dans la nuit du quatorzième au quinzième jour du dixième mois de l’an 38.



Une flèche fuse, venant se planter dans le bois du mât de misaine, comme un coup de semonce. Puis, une autre. Des dizaines d’autres. Un hurlement déchire le silence d’une nuit sans lune, sombre, qui joue sans aucun doute en faveur des attaquants.

« A COUVERT ! » Le cri provient de la vigie, et l’homme qui l’a poussé s’effondre trente mètres plus bas, une flèche déchirant sa gorge de part en part. On s’agite sur le pont, des cris, on s’abrite derrière le bastingage, et certains émergent de l’intérieur de la Vengeance du Neptulon, armes au poing, faisant fi des ordres du donneur d’alerte.

Une pluie de flèches s’abat sur le navire de guerre de manière ininterrompue, ou presque. Et soudain, un autre cri d’alerte. On attaque aussi de la mer, un destroyer hordeux, canons à tribord, visiblement prêt à canarder.

Les manœuvriers comme les membres d’équipage se terrent plus qu’ils ne combattent. La pluie de flèche empêche toute sortie réelle, surtout celle des chevaucheurs. Les griffons demeurent dans la cale, le gyrocoptère aussi, dans cette incapacité à pouvoir rendre le feu qu’ils subissent. Un bouclier des arcanes apparaît, sur le pont de commandement. Il donne un temps de répit, faible. Un autre, sur le second pont. Les flèches rebondissent dessus, permettant aux marins de souffler. Pas longtemps, cependant. Le destroyer se met à l’œuvre, et aux flèches viennent se mêler des boulets, lancés à vive allure. Et ce, alors même que la Vengeance de Neptulon est toujours amarré au quai de la crique de Faldir, voiles rangées, dans une immobilité forcée.

Dix minutes passent. Les boucliers arcaniques faiblissent. La coque est trouée, deux des trois mats sont désormais à terre, sur le pont. Le navire ressemblerait presque à une épave. Le bataillon à terre s’est approché. Au moins une centaine d’hommes, dont la moitié sont des archers. Les silhouettes se détachent désormais sur les falaises qui surplombent la crique. Nul doute que les éventuelles sentinelles postées là ont été supprimées.

Dix autres minutes. Et une évidence. Partir, fuir, ou mourir. Mais une percée de vingt soldats entrainés n’est que peu de chose face à ce qui les attend dehors. Sans doute n’atteindraient-ils pas l’ennemi. Des corps jonchent déjà le pont. Surtout des manœuvriers, certains plus anciens que d’autres. Des blessés, graves, parmi l’équipage.

Le bataillon ennemi s’approche, lentement et surement, comme une araignée qui récupérerait un moucheron, prenant son temps, veillant à ce qu’il n’y ait aucune échappatoire. Des cris se font entendre de l’intérieur du navire. Des éclats de voix. De la rage. Puis le silence. Un nouveau bouclier arcanique, auquel se joint un bouclier de lumière. Les ennemis se pressent, pris d’un mauvais pressentiment.

Au moment même où ils viennent à fouler le pont de l’Alliance, les plus proches discernent un portail, qui relète les toits de la capitale humaine, dressé dans le carré, venant croiser le fer avec l’unique poche de résistance. On évacue. La trappe menant aux écuries s’ouvre soudainement, et les griffons en sorte avec l’énergie du désespoir. Certains se font abattre sur le champ.

Les soldats tiendront dix minutes, jouant de la porte, et du terrain étriqué, à l’abri des flèches. La Vengeance commence à prendre l’eau, lentement et surement, la coque trouée. Les derniers soldats viennent à passer le portail. Puis, une main, un bras, tenant une allumette. L’envoyant valser vers les barils de poudre placés avec l’exactitude d’une boussole. Après tout, ces hommes et femmes ont suffisamment détruits et abimés en mer des navires ennemis pour savoir exactement comment saboter le leur. Sonner la retraite est une chose. Abandonner son navire aux mains de l’ennemi une autre.

La Vengeance explose, avec la quarantaine de soldats de la Horde présents sur son pont. Une maigre consolation, peut-être. Un spectacle qu’ils s’épargneront, dans tous les cas.

Réapparaissant devant le Donjon de Hurlevent, les blessés sont rapidement pris en charge. L’équipage est logé dans une des ailes du Donjon, celle de l’Amirauté. Très vite, on les questionne. Les ordres étaient pourtant clair, ils étaient arrivés par portail, et par coursier, deux jours auparavant. « Le bataillon de l’unité d’Infanterie qui tenait la crique avait été dispatché ailleurs et en urgence. L’ordre était de tenir la crique, quoi qu’il arrive, jusqu’à ordre contraire et/ou l’arrivée de renforts par la mer. » L’arrivée en catastrophe de l’équipage de la Vengeance de Neptulon prouvait qu’il n’avait pas été respecté. Pire, ils faisaient perdre à l’Alliance un de leurs plus beaux navires, ou du moins, l’un des plus atypique.

L’ordre tombe comme un couperet. L’équipage de la Vengeance de Neptulon est suspendu, dans l’attente qu’une enquête soit menée en interne sur ce qui s’est passé lors de cette terrible soirée. Les aspirants et les soldats se voient accorder une permission, dans l’attente possible d’une réaffectation. Les sous-officiers et quartiers-maîtres ont pour ordre de demeurer à Hurlevent, pouvant être appelés à témoigner.

Le capitaine Hodge est quand à elle assignée à résidence, ne devant quitter le Donjon sous aucun prétexte. Malgré ses explications, on fait visiblement déjà part d’un éventuel jugement en cour martiale. Motifs à charge ? Non application des ordres, abandon de mission, sabotage du matériel de l’Alliance.

Maroussia Hodge, quant à elle, ne fut pas plus expressive qu’à son habitude. Se contentant de répéter à la chaine de commandement perchée au dessus d’elle qu’elle seule avait pris cette décision, qu’il existait en certains cas un « devoir de désobéissance », et que de toute façon, elle assumerait ses responsabilités.

***



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vengeancedeneptulon.forumactif.com
Korbelt

avatar

Galons : 285
Messages : 32
Réputation : 0
Date d'inscription : 17/03/2018
Masculin

MessageSujet: Re: La crique de Faldir [Fin de la Vengeance de Neptulon]    Dim 14 Oct - 22:56

Korbelt ne fut pas évacuée, pire, elle refusa de l'être, laissant l'équipage derrière elle après avoir retenu plusieurs assaillants hors du bateau, elle était de garde la nuit, et n'avait pu rejoindre le bord lors de l'attaque. Blessée, elle se fondit dans la nature, silencieuse, rejoignant un camp avancé de l'Alliance, où elle fut prise en charge, et réassignée à la Septième Légion via quelques contacts sur place.

Elle envoya une lettre au Capitaine, brève, mais pleine de souvenirs. Elle garda ses couleurs, celles de la vengeance, accrochées à son flanc. Jamais cela ne quitterais sa mémoire, tout comme ce que lui avait apporté l'équipage.

Arathi, la guerre, elle n'attendait plus qu'elle. La Louve n'en finirait jamais.

_________________


Dernière édition par Korbelt le Dim 14 Oct - 23:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliadoré

avatar

Titre : aspirante abjuratrice
Race : Humaine
Métier/classe : Mage (spé feu)
Âge personnage : 23 ans
Galons : 147
Messages : 23
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/07/2018
Féminin

MessageSujet: Re: La crique de Faldir [Fin de la Vengeance de Neptulon]    Dim 14 Oct - 23:40

Eliadoré aura fait partie des combattants de cette nuit épouvantable. N'ayant que peu de forces mentales, elle aura maintenant son bouclier arcanique tant bien que mal après s'être reçue quelques flèches. Une à l'épaule, l'autre ayant touché son flanc et une autre encore dans le mollet. Prise de court par un ennemi, elle aura été violemment battue et c'est l'un des manoeuvriers qui aura tenté de dévier le coup de hache qui sera tout de même parti dans le ventre de la jeune mage. Evitant le pire, celui de se faire trancher en deux. C'est dans un triste état qu'elle aura été aidée à rejoindre un portail pour Hurlevent. Se prenant en final, une flèche dans le dos. La suite au dispensaire du donjon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaury M

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Métier/classe : Chasseur de primes / Voleur
Âge personnage : Vingt-cinq ans
Galons : 113
Messages : 7
Réputation : 0
Date d'inscription : 09/08/2018
Masculin

MessageSujet: Re: La crique de Faldir [Fin de la Vengeance de Neptulon]    Lun 15 Oct - 0:01

Le jeune Amaury était sur le pont, quand il entendit la première flèche fuser, et se planter dans le mât. Vêtu de son nouvelle uniforme obligatoire, d'un bleu roi aux couleurs de l'Alliance, il aura dégainé les armes, observant la rive avec effroi.

La première volée de flèches tombe, alors, beaucoup s'écroulent, mais pas lui. Il reçoit une flèche dans le bras gauche, l'arrachant presque aussitôt, laissant le sang couler et tâcher son vêtement dans un cri de douleur.

C'est alors que les boucliers arcaniques surviennent, et les protègent des flèches. Mais la vision d'horreur qui se tient là, est déjà épouvantable. Des manœuvriers tombent par dizaines, le navire tangue dangereusement tandis que les boulets s'écrasent sur la coque.

Mais Amaury tient bon, du moins pour le moment. Il le faut. S'assurer du temps, il ne leur reste que ça. Il est évident qu'ils n'ont pas les capacités pour résister à une telle offensive, surtout pas quand ils ne sont pas préparés.

Les premiers soldats ennemis se presseront alors sur le pont, mais beaucoup seront là pour les accueillir, préférant assurer une retraite à leurs frères d'armes, plutôt qu'à fuir, jambes à leurs coups.
Dans les rangs ennemis, certains s'écroulent sans même avoir atteint les membres de l'Alliance, une Ombre semblant les avoir frappés. Le sol est recouvert de cadavre, et les choses empire alors qu'il ne fait plus aucun doute que Miles, tâche de semer le trouble dans les rangs, résistant autant qu'il le peut.

Dans le feu de l'action, il aura aperçu le quartier-Maître Korbelt, se battre bec et ongle, comme à l'accoutumée. Hélas, pas le temps pour observer les prouesses guerrière, une hache viendra lui arracher un œil, le privant de la vue de celui-ci. Un cri de douleur, une gerbe de sang, et un homme à terre.

Amaury se servira alors des dernières forces qu'il lui reste, pour fuir. Il ne reste que ça à faire, c'est la seule option.

" Tirez-vous ! " Beugle t-il parmi les bruits des armes qui s'entrechoquent, et des boulets de canon qui s'écrasent sur la coque, attirant inextricablement le Neptulon vers le fond.

Vite, vite, il se presse jusqu'au carré, son armure suintant de sang tandis qu'il se tient le visage, cachant cette horrible balafre. Le portail est tout proche, il se presse à l'intérieur, espérant que ses camarades s'en soient sorti vivant.

*

Le réveil est dur, c'est le moins que l'on puisse dire. Combien de temps aura t-il passé à dormir ? Beaucoup trop, certainement. Et c'est avec sa tête complètement bandée qu'Amaury se présentera alors aux divers interrogatoires. Pour seule réponse, il rétorquera qu'ils étaient trop nombreux, et qu'ils avaient attaqués par surprise. Défendre la crique aurait été impossible, et les renforts auraient mit beaucoup trop de temps, avant de venir.

On se fout de sa gueule, on lui rit presque au nez. Un simple Aspirant qui pense avoir raison ? Tss. Les ordres étaient clairs, il fallait défendre la position, et ce, quoiqu'il advienne.

" Les chiens.. J'aurais aimé les y voir. " se dit le mercenaire.

Tant de bons et loyaux services donnés à l'Alliance, et voici ce qu'ils ont comme remerciement. Il aurait mieux fallût mourir, vraisemblablement, cette nuit là, plutôt que de fuir. Ils n'y étaient pas, ils ne savaient pas ce qu'ils ont pu vivre. Le jeune homme se console comme il peut, et finira par disparaître alors dans les ruelles de la cité, après s'être fait interrogé ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgane Winters

avatar

Galons : 100
Messages : 7
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/08/2018
Masculin

MessageSujet: Re: La crique de Faldir [Fin de la Vengeance de Neptulon]    Lun 15 Oct - 0:59

Morgane se trouvera sur le pont du navire a pratiquer quelques réglages sur l'Akir alors que l'attaque survient, elle démarre alors l'engin volant a toute vitesse pour prendre au plus vite de l'altitude alors qu'une volée de flèches s'abat sur l'engin.

Par chance l'ingénieur échappera aux premiers tirs, entamant un feu nourrie sur les assaillants tout en prenant garde a ne toucher aucun allié.

"Pourriture de la horde ! venez donc gouter au feu des mes canons ! "

La bataille se poursuit et les prochaine volés de flèches finissent par atteindre leurs but, bien que Morgane prend un peu plus d'altitude l'Akir semble dis fonctionner et tournoyer sur lui même dans la noirceur de la nuit pour finalement s'écraser a quelque lieux de la crique...

Morgane ayant perdu conscience un certains temps se réveil sur sa précieuse machine fumante, un éclat d'acier planter dans le gras de l'épaule, elle entend le navire exploser au loin et ne peux s'empêcher de pousser un crie de haine et d'impuissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irwin Leaf

avatar

Genre : Masculin
Race : Humain
Métier/classe : Toxicologue / Assassin
Âge personnage : 26 ans
Galons : 109
Messages : 3
Réputation : 0
Date d'inscription : 09/08/2018
Masculin

MessageSujet: Re: La crique de Faldir [Fin de la Vengeance de Neptulon]    Lun 15 Oct - 2:15

Irwin se sera réveillé en entendant les cris de l'équipage qui se retrouve sous le feu. Enfilant tout juste le nécessaire, il quitte sa cabine, son arme au poing. Sur le pont c'est déjà le carnage. L'ancien mercenaire reste un instant complètement démuni, abasourdi, face à ce qui se produit et il n'entend le cri d'alerte qu'un instant trop tard. La volée de flèches qui s'abat sur le pont fait une nouvelle série de victimes et l'un des projectiles vient se planter dans son biceps gauche.

Réveillé pour de bon, Irwin se brise la flèche plantée dans son bras et se met en mouvement, il vient prêter main forte aux manœuvriers et au membres d'équipage encore debout. Alors que les troupes de la Horde s'avancent petit à petit, il rassemble quelques hommes autour de lui pour mettre en oeuvre l'un des derniers canons encore en état du navire et tire plusieurs salves pour retarder l'adversaire. En vain. Le désespoir commence à lui enserrer la poitrine lorsque les premiers orcs posent pied sur le pont. Il lutte avec acharnement, épuisant les munitions de ses pistolets, tailladant et poignardant tout ce qui a la peau verte ou qui est peint en rouge.

Il aperçoit ses camarades, dont Amaury notamment qui déploie des trésors d'énergie et d'adresse pour retarder l'ennemi aussi longtemps que possible. Korbelt, séparée du reste de l'équipage luttait avec bravoure. L'Akir venait d'être touché et commençait à tournoyer dans le ciel, s'éloignant de la bataille. L'ordre de repli final est donné et il tente de se frayer un chemin à travers la meute d'adversaires et de cadavres qui jonchent le pont de la Vengeance de Neptulon. C'est à ce moment là que le bouclier cède et qu'une nouvelle salve du navire de la Horde vient percuter le navire. Irwin est projeté à la proue du navire, balayé par le souffle du tir... Se tenant péniblement contre le bastingage, il regarde autour de lui, complètement sonné. Des morts, tant de morts... Des camarades, des frères d'armes, tous sont morts démembrés, éventrés, déchiquetés. Il tente de se relever et glisse sur le sang qui imbibe le bois. Une pensée foudroie son esprit, chassant toutes les autres : Victoria. Il tente de se lever de nouveau, l'arme au poing afin de rejoindre le carré, où les autres s'étaient repliés.

Il n'en aura pas le temps. Les réserves de poudre du navire explosent à ce moment-là et le soldat est envoyé sur orbite par la puissance de la déflagration. Son vol plané l’envoie à plusieurs dizaines de mètres plus loin dans l'eau.

Les vagues auront eu la pitié de le porter sur la berge, encore vaguement en vie, lui laissant tout juste le temps de voir la Vengeance de Neptulon, ou du moins ce qu'il en reste, sombrer dans la Grande Mer, avant de perdre conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaelle Perry

avatar

Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Chasseresse
Âge personnage : 27
Galons : 114
Messages : 16
Réputation : 0
Date d'inscription : 19/08/2018
Masculin

MessageSujet: Re: La crique de Faldir [Fin de la Vengeance de Neptulon]    Lun 15 Oct - 21:11

Alors que la première flèche heurte le bois du navire, Anaelle se trouve en hauteur, assise sur une des barres de perroquet, elle profite comme à son habitude de quelques substances illicites dont elle masque ensuite l’odeur par son parfum et ses carrés de caramel.
Elle lève la tête et voit alors la vigie tomber une flèche dans la gorge après son cri d’alerte. Elle abaisse la tête pour le voir chuter, et voit alors les flèches s’abattre sur le pont.
La chasseuse s’empresse alors malgré son état quelque peu second du moment de descendre par les haubans pour rejoindre ses camarades, ce qui arrivera plus vite que prévu. Une flèche venant se ficher dans son torse, elle valdingue et se raccroche d’une main aux cordages, mais finit par lâcher et tomber de plusieurs mètres dans le même merdier que les autres.

Au sol, sonnée et endolorie, elle cligne des yeux et voit flou alors que la panique se crée. Elle prendra de nombreuses poignées de secondes à se relever et empoigner son arc, tentant dans un geste désespéré de renvoyer quelques flèches vers le navire assaillant. Son acte de bravoure ne lui portera pas chance, car même si une flèche manque de transpercer sa bouche et à la place déchire une partie de sa joue gauche, les volées suivantes ne manqueront pas, et une deuxième viendra rejoindre la première dans son torse, au niveau du ventre.

Elle tombe à nouveau au sol, et rampe alors en voyant un des mâts s’écrouler, reculant à toute vitesse sur le dos il manquera de l’écraser.
La chasseuse, paniquée, regarde de tout les cotés, cherchant ses camarades, des soigneurs. Elle ne trouve malheureusement que du sang, du bois et des cris. Les boulets fusent et elle voit un matelot avec qui elle travaillait la veille à réparer les voiles se faire emporter par celui-ci dans un cri d’agonie, puis un second se faire arracher une jambe, un autre recevoir des éclats de bois sur tout le visage.

Le choc est dur, et elle se redresse alors faiblement pour rejoindre la résistance dans le carré, la vision trouble et peu avertie de son environnement. Elle passera les cadavres et les blessés pour arriver à quelques mètres de sa destination, de ce semblant de sécurité sur ce navire déjà perdu.

Alors, un boulet fuse non loin, mais ne la touche pas, faisant exploser une partie du bastingage en bois, propulsant des éclats à toute vitesse, elle est alors prise d’une contraction électrisante, et ensuite d’un cri d’effroi en relevant sa main droite, dont l’auriculaire et l’annulaire furent arrachés à la première phalange par les éclats de bois en question.

La rousse dont les cheveux sont tachés de pourpre maintenant est en état de choc, tombée sur les genoux à fixer ses doigts manquants dont le sang s’écoule, puis les flèches plantées dans son ventre et torse.
A seulement quelques mètres du carré où le dernier groupe de résistance finit de se retrancher, sous les flèches qui fusent, c’est une silhouette blonde, il lui semble, qui vient la récupérer. Lui assénant une bonne claque de bon fonctionnement avant de l’aider à se lever et la mener vers le groupe.
Au cri strident de son sauveur qui se reçoit une flèche en plein dos à sa place, Anaelle reconnait la voix de la jeune magicienne, Eliadoré. Puis elle ne percevra plus rien. Perdant connaissance au passage du portail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Vermer

avatar

Genre : Féminin
Race : Humlaine
Métier/classe : Tarvail du cuir/ Alchimie. Furtive.
Âge personnage : 27 ans
Galons : 110
Messages : 4
Réputation : 0
Date d'inscription : 09/08/2018
Féminin

MessageSujet: Re: La crique de Faldir [Fin de la Vengeance de Neptulon]    Mar 16 Oct - 0:16


Vicky doit prendre son tour de garde dans moins d'une heure, c'est dans la salle des cartes qu'elle prend son thé et sa fidèle pomme pour se réveiller, le nez plongé sur les parchemins martines quand elle entend le "A COUVERT" provenant de la vigie, elle chope sa pomme qu'elle met dans sa poche et ses deux "bébés" qu'elle empoigne fermement. En remontant le couloir des chambres elle frappe à toute les portes en hurlant de prendre les armes.

Une fois dans l'encadrement de la porte qui mène au pont elle tombe nez à nez avec un Orc qui fait deux fois sa taille et malgré la première pluie de flèche, le géant vert reste face à elle,
il lève son énorme bardiche pour tenter de couper Victoria en deux, lorsque qu'une série de détonations secoue la crique. Le destroyer de la Horde ayant ouvert le feu, un des projectiles fracasse le cadre de la porte, et l'orc avec, éparpillant ses restes sur le pont. Ce qui n'est pas pour l'arranger car dans sa course la boule de fonte a entrainé avec lui des éclats de bois de la Vengeance qui viennent se loger sur tout le flanc gauche de la pauvre femme.

Sonnée, l'Eclaireuse regarde le massacre qui se déroule sous ses yeux mais elle ne le voit pas, pourtant elle le cherche rampant au milieux des corps de ses camarades qui jonchent le sol car une flèche s'est logée dans son genoux droit; le sang coule à flot recouvrant rapidement tout le  pont, les cris de combats et des blessés agonisants sont à devenir fou; elle voudrait hurler son nom mais sous le choc des évènements elle n'y arrive pas.

Cette boucherie lui donne un haut-le-cœur, elle veut vomir la maintenant mais quelqu'un la soulève du sol et la porte jusqu'au carré où on la jette à travers le portail…
Elle tombe violement sur le parvis en pierre du Donjon, et vomit tout ce qu'elle peut sur les marches royales.

Elle est rapidement prise en charge par les médecins sauf que tout ce qui lui importe c'est de repartir à la crique pour aller chercher ceux qui manquent à l'appel mais le portail se referme, seul le bruit sourd et un souffle lui fait comprendre l'explosion de la Vengeance. Elle se laisse donc traîner dans une salle.

Elle sort sa pauvre pomme mal en point de sa poche quand le médecin qui s'occupe d'elle finit par lui parler après un scan rapide pour être sur qu'elle ne fait pas d'hémorragie à cause de tout les éclats de bois qui lui meurtrissent la chaire.

"Vous avez plus de chance que certains de vos compagnons, mais pour le bien de l'enfant à naître vous devez rester sous surveillance quelques jours."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hérodiade Ambrose

avatar

Titre : La Lionne
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Boss Bitch
Âge personnage : 46 ans
Galons : 395
Messages : 84
Réputation : 0
Date d'inscription : 30/01/2018
Age : 21
Féminin

MessageSujet: Re: La crique de Faldir [Fin de la Vengeance de Neptulon]    Mar 16 Oct - 19:16

Quelques jours plus tard...

Hérodiade était de retour à Boralus, elle avait non seulement trouvé un moyen pour soigner les victimes des sorcières aux côtés des mystiques eaugures mais en plus était prête à reprendre du service dès que possible tant les dernières nouvelles venant du Vengeance furent alarmante.
Elle tenta de gagner le premier navire vers Menethil et une simple téléportation suffirait ensuite à la rapprocher d'Arathi.

- Dame Ambrose?

Hérodiade se retourna face à des soldats de l'Alliance.

- Veuillez nous suivre, Dame, dans le calme.
- Qu'est-ce que cela signifie?
- Ordre express venant de la Capitale, vous devez être reconduite à Hurlevent en attente d'un éventuel jugement ou d'un appel en audience.

Son sang bouillonna soudain, voilà qu'on venait la chercher directement à l'étranger? Faute de preuve son procès l'inculpant pour meurtre avait été repoussé, du moins aux dernières nouvelles.

- Et pour quel motif, je vous prie?
- Le Vengeance a coulé, je ne peux vous en dire plus. Quartiers-Maîtres et Capitaine doivent demeurer en la Capitale.
- Couler?!

Les pensées d'Hérodiade tournaient au cauchemard. Maroussia, ses arcanistes, le reste de l'équipage que leur étaient-ils advenus? Elle suivit finalement la garde horrifiée jusqu'à la Capitale australe dans un silence de mort.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siniana

avatar

Galons : 108
Messages : 12
Réputation : 0
Date d'inscription : 23/08/2018
Masculin

MessageSujet: Re: La crique de Faldir [Fin de la Vengeance de Neptulon]    Mer 17 Oct - 8:23

Siniana qui était auprès d'Eliadoré pendant cette bataille épouvantable, son bouclier arcanique aura duré jusqu'au bout protégeant  un maximum de personnes sur le navire, la volée de flèches qui arrive à percer les défenses de l'elfe du Vide, elle en prit une en plein dans la cuisse droite, l'épaule et le flanc, elles e fit bousculer brutalement par un orc volant au loin frappant une rambarde de plein fouet dans le dos, elle arriva malgré tout à envoyé un orc dans une faille du Vide avant qu'un autre lui saute dessus et d'un terrible coup de poing au visage l'a fasse tomber au sol, c'est un des manœuvrier qui viendra mettre Sini dans le portail afin de l'évacuer vers la Capital de Hurlevent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La crique de Faldir [Fin de la Vengeance de Neptulon]    

Revenir en haut Aller en bas
 
La crique de Faldir [Fin de la Vengeance de Neptulon]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Carnet de bord de kiki
» André, Sauvage d’Ouest (le Forestier) : Crique du Sud Soleil
» La crique des pirates à vendre [VENDU]
» Ost de Balon VS Crique des contrebandiers
» WoW : Throne of Tides

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vengeance de Neptulon :: LE PONT :: Journal de bord-
Sauter vers: