AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Glossaire maritime et mousaillon du dimanche

Aller en bas 
AuteurMessage
Maroussia Hodge

avatar

Titre : Capitaine
Genre : Féminin
Race : Humaine
Métier/classe : Soldat de Marine
Âge personnage : La trentaine
Galons : 1038
Messages : 444
Réputation : 1
Date d'inscription : 15/01/2018
Age : 27
Féminin

MessageSujet: Glossaire maritime et mousaillon du dimanche   Ven 1 Juin - 17:05

Hola ! Je poste ici un échantillon du jargon maritime qui pourrait concerner en RP nos personnages (les expressions les plus communes, qui sont sans doute connues après un certain moment à bord, par vos personnages). Je trouve que ça renforce l'immersion, mais j'admets avoir un faible pour la voile en général.

Evidemment, certains termes sont quelque peu arrangés. M'enfin, pour ceux que ça intéresse :p

Si vous vous découvrez une soudaine passion en la matière, voilà la suite

***


Abattée : changement de cap sous l'effet de forces extérieures, vent, courant, dans le même sens que celle-ci, en se rapprochant du vent arrière (inverse d'aulofée). --> Dit "partir à l'abattée"


Abattre : éloigner la proue du lit du vent, en faisant une abattée volontaire.


Abordage : rencontre volontaire suivi d'un amarrage, ou involontaire avec collision, entre deux navires.


Accoster :
positionner un navire le long d'un quai ou d'un autre navire à couple.

Amarinage :
période d'adaptation du corps humain avant que ne disparaisse le mal de mer.

Amariner :
1.s'amariner : se faire aux mouvements du navire en mer sans que les nausées ou le mal de mer n'apparaissent ;
2.former des personnes aux métiers de la mer ;
3.prendre possession d'un navire en y déplaçant une partie de son équipage.

Ariser : prendre un ris, réduire la surface d'une voile en la repliant en partie.

Armateur : personne qui équipe et exploite un navire.

Amarrer : maintenir contre un quai ou un objet flottant à l'aide d'amarres.

Arraisonner :
intercepter, questionner un navire.

Arrimage : action d'arrimer.

Arrimer :
organiser la cargaison et tout l'équipement lié à l'armement du navire, à bord de telle façon que celui-ci ne bouge pas pendant la navigation (tangage, roulis) ; fixer solidement toute la cargaison pour l'empêcher de bouger en mer. Ne pas confondre avec accorer qui désigne l'action d'amarrer ou d'atteler la cargaison ou les équipements, dans le même but.

Aussière : gros cordage employé pour l'amarrage et le remorquage des navires.

Avarie : panne, problème d'origine technique.

Avitailler : approvisionner en vivres et en apparaux en vue d'un prochain appareillage.

Appareillage : ensemble des manœuvres nécessaires pour prendre la mer.

***


Bâbord : côté gauche d'un navire en regardant vers l'avant.

Barreur : membre de l'équipage qui tient la barre, qui maintient le bateau dans la direction souhaitée.

Bastingage :

1.parapet autour du pont d'un bateau ;
2.caisson cloisonné où l'on place les hamacs de l'équipage.

Batterie : Double rangée de canons et, par extension, entreponts les contenant

Biture : longueur de chaîne disposée sur le pont en préparation du mouillage. (en argot maritime : prendre une cuite)

Bôme : barre rigide articulée sur le mât qui permet d'orienter la grand-voile d'un bateau.

Bordée :
1.route que fait un navire sur un certain cap ;
2.durée du temps pendant laquelle une fraction de l'équipage alterne avec l'autre ;
3.division en moitié de l'équipage ;
4.décharge complète de toute l'artillerie qui est sur un même côté d'un navire de guerre ;
5.sortie en ville des marins, généralement lors d'une escale.

Border : tendre une manœuvre courante, un cordage (contraire de choquer).

Bosco (
bosun, bosseman ou boatswain en anglais) : maître d'équipage ou de manœuvre sur un navire à voile de grade supérieur au quartier-maître Dans la marine moderne, le bosco désigne encore un maître d'équipage ou un maître de manœuvre.

Boulet : projectile d'artillerie sphérique en pierre ou en métal ; les boulets ramés ou chaînés étaient plus particulièrement utilisés dans la marine pour détruire les gréements.

Bouteilles : toilettes des officiers (les poulaines sont pour l'équipage).

Branle :
1.oscillation, mouvement qui porte un corps tantôt d'un côté, tantôt de l'autre ;
2.hamac.

Brasse : une unité de mesure de définition variable (environ 1,624 mètre en France).

Brasser :
d'orienter la voilure d'un navire.

Brigadier : matelot positionné sur l'avant d'une embarcation dont le rôle est de guider l'accostage.

Briquer
1.après lavage à grande eau, frotter avec une brique à pont (pierre en grès fin) pour blanchir le pont et le bordage
2.par extension, parcourir dans tous les sens (briquer la mer)

Brise : nom générique qu'on donne au vent quand il n'est pas très violent

***


Cabaner : chavirer, être renversé.

Cabine : une pièce d'habitation (chambre, bureau).

Cacatois : voiles carrées se trouvant au sommet d'un mât lorsque le mât comporte plus de trois voiles carrées.

Cambuse : partie d'un navire, emprise entre la cale et le faux-pont, où sont entreposés les vivres.

Canonnier : marin qui est chargé de servir une pièce d'artillerie.

Cap : direction vers laquelle le bateau est orienté.

Capitaine : celui qui commande un navire de commerce (commandant dans la marine de guerre).

Carré :
1.salle rectangulaire qui sert de cercle aux officiers d'un navire.
2.voile carrée : voile quadrangulaire dont les vergues sont hissées par le milieu et croisent le mât à angles droits (voir phare carré; également Fortune (voile de))

Chasser : déraper sur le fond, pour une ancre.

Choquer : détendre, donner du mou à une manœuvre courante, comme une écoute (contraire de border).


Chouf
:
surnom donné au grade de quartier-maître de première classe (c'est un « crabe chef »)

Compas : instrument horizontal de navigation qui donne une référence de direction vers le Nord magnétique.

Coq : cuisinier sur un bateau.

Coque : ensemble de la charpente et de l'enveloppe extérieure d'un bateau.

Corne de brume : instrument de signalisation sonore servant dans le brouillard quand la visibilité est nulle.

Coursive :
1.tout passage pratiqué entre des soutes, dans le sens de la longueur d'un bâtiment non ponté ;
2.long couloir à l'intérieur d'un navire.

Crabe : surnom donné au grade de quartier-maître de seconde classe.

Creux :
1.hauteur entre le point le plus bas du pont principal et le point le plus bas de la quille d'un navire ;
2.niveau bas de la mer entre deux vagues (deux crêtes).


***


Déborder : écarter le bateau d'un quai ou d'un autre bateau.

Déferler :
1.déployer les voiles ;
2.se déployer avec impétuosité et se résoudre en écume, en parlant des vagues.

Démâter :
démontage ou perte accidentelle de tout ou partie de la mâture.

Dériver : s'éloigner de sa direction, en parlant d'un bateau, sous la poussée du vent ou sous l'action d'un courant.

Diablotin :
voile d'étai, entre le grand-mât et le mât d'artimon, située au-dessus de la marquise. (Ce qui aide à comprendre...!)

Drisse : cordage servant à hisser une vergue ou une voile sur son espar, ou le pavillon sur laquelle il est frappé.

[center]***[/center]

Échouage : opération consistant à laisser le navire se poser sur ses fonds, par exemple pour un carénage.

Écoute : cordage servant à régler l'angle de la voile par rapport à l'axe longitudinal du voilier.

Écoutille :
ouverture rectangulaire dans le pont d'un bateau.

Embardée : mouvement latéral d'un bateau.

Empanner :
manœuvre sur un voilier consistant à changer d'amure en passant par le vent arrière (à l'origine, ce terme désignait un changement de bord incontrôlé et dangereux; la plaisance moderne en a fait un synonyme de "virement vent arrière" ou "virement lof pour lof", appauvrissant ainsi le langage maritime).

***


Flibustiers : marins aventuriers qui pillaient les possessions espagnoles en Amérique.

Foc :
première voile d'avant triangulaire endraillée d'un voilier.

Fortune :
1.Fortune de mer : péril, naufrage ou accident survenant au cours d'un voyage en mer;
2.Voile de Fortune (ou Tréou) : voile carrée utilisée uniquement par mauvais temps, qui équipait les tartane, galère ou galiote, qui avaient ordinairement des voiles latines ou à tiers point;
3.Fortune carrée : Voile carrée supplémentaire que les goélettes, les cotres, etc., hissent afin de pallier l'insuffisance de vent (autrement dit, voile carrée sur un gréement qui n'en comporte pas normalement).

***


Gabier :
1.matelot spécifiquement affecté à travailler dans la mâture aux manœuvres et à l'entretien du gréement ;
2.aujourd'hui dans la marine de guerre, matelot de la spécialité de manœuvrier de faction à la coupée.

Gouvernail :
partie de l'appareil à gouverner constituée de la mèche et du safran.

Grand-mât : mât principal (le plus haut), sur un trois-mâts, entre le mât de misaine et le mât d'artimon.

Grand-voile : la voile principale sur le grand-mât, à la base de ce dernier si le mât a plusieurs voiles.

Grappin :
1.petite ancre qui a quatre ou cinq branches recourbées, pour les petites embarcations ;
2.instrument de fer à plusieurs pointes recourbées dont on se sert pour faciliter l’abordage ou l’atterrissage.

***


Hauban
: câbles, placés de chaque côté du mât, qui maintiennent celui-ci vertical.

Hisser : manœuvre consistant à monter une voile.

Houle : mouvement ondulatoire de la mer formé par une succession de vagues.

Hublot : petite ouverture vitrée ou non, percée dans la muraille d'un bateau, pour donner du jour et de l'air.

Hune : plate-forme intermédiaire dans les mâts.

Hunier :
voile carrée supérieure à la grand-voile qui se trouve sur le mât de hune.

***


Large : la haute mer, en dehors des eaux côtières.

Largue : allure à laquelle le vent arrive par le travers du bateau.

Larguer : lâcher ou détendre un cordage.

Lame : vague qui s'étend en nappe à la surface de l'océan.

Ligne de vie :
dispositif de sécurité utilisé en voile, permettant à l’utilisateur de s’attacher afin de se sécuriser contre les risques de chutes en mer.

Lof :

1.moitié du navire au vent ;
2.par extension, action par laquelle un voilier se rapproche du lit du vent ;
3.virer lof pour lof : virement de bord fait en passant par l'allure de vent arrière.

Louvoyer : tracer des zigzags afin de "remonter" au vent.

***


Mât de misaine
: mât à l'avant du grand-mât, sur un trois-mâts, un brick ou une goélette par exemple c'est le mât avant.

Mât de perroquet :
portion d'un mât composite au-dessus d'un mât de hune. Il à son sommet une vergue et les perroquets (voile carrées).

Mât de tapecul : petit mât portant une voile de tapecul, situé très en arrière du navire (en arrière de l'étambot ce qui le distingue d'un mât d'artimon). La voile qui est porté a une fonction de manœuvrabilité et d'équilibrage.

Mât d'artimon :
mât à l'arrière du grand-mât, sur un trois-mâts ou ketch par exemple c'est le mât arrière.

Mât de charge : mât et système utilisé pour le déplacement, le chargement ou le déchargement de certaines marchandises sur un navire.

Mât de beaupré : mât fortement incliné vers l'avant à la proue d'un navire, servant de clé de mâture d'un voilier (il soutient les étais du mât avant et des focs, parfois porte une civadière ou un mâtereau)

Mouillage :

1.abri côtier sûr pour un navire ;
2.matériel utilisé pour mouiller ;
3.manœuvre pour mouiller sur ancre ou sur coffre.

Mousse :
jeune marin apprenti.

***


Nager : faire avancer une embarcation à la rame.

Nordet :
vent venant de nord-est.

Noroit :
vent venant du nord-ouest.


***


Palan : assemblage de poulies et de cordages, dont on se sert, soit pour exécuter des manœuvres à bord des navires, soit pour soulever de pesants fardeaux.

Pataras :
câble ou cordage servant à maintenir le mât longitudinalement vers l'arrière (voir hauban, étai)

Pavillon :
1.Signal flottant hissé à la drisse d'un mât pour transmettre un message ;
2.pavillon national (hissé à l'arrière ou à la corne d'un navire) indiquant à quelle nation appartient le bâtiment ;
3.drapeau du pays où est immatriculé un bateau.

Perroquet :
Le mât, la vergue et la voile carrée qui se gréent au-dessus d’un mât de hune (il s'agit des troisièmes voiles des phares carrés ou au-dessus des huniers, ou des quatrièmes et cinquièmes voiles pour les huniers et perroquets doubles des très grands voiliers).

Poupe : partie arrière d’un navire.

Près :
allure où le voilier est au plus près du vent.

Proue : partie avant d’un navire.

***


Quart:
1.fraction de temps pendant laquelle une équipe est de service ;
2.subdivision de l’équipage d’un navire de guerre (1/4 de l’équipage) ;
3.secteur angulaire sur la rose des vents.

Quartier-maître:
1.en France : grade de la marine nationale (au-dessus de matelot et en dessous de second maître) ;
2.dans d’autre pays : officier ou sous-officier chargé de l’intendance

Quille :
partie axiale inférieure de la coque.

***


Râtelier : pièce de bois ou de métal, munie de taquets où sont tournés les cordages (drisses, manœuvres…)

Riper : déplacement indésirable de la cargaison sous l’effet du roulis.

Roulis : mouvement alternatif du navire autour de l'axe longitudinal (de bâbord à tribord)

Royale :
surnom de la marine nationale française.

***


Sabord : ouverture dans le bordé de la coque d'un navire, par laquelle passent les fûts de canons, les avirons ou simplement une prise d'air.

Sabordage, Saborder :
percer la carène d’un navire au-dessous de la ligne de flottaison pour le couler.

Safran : partie plate du gouvernail d’un bateau.

Second : adjoint du commandant du navire, chargé des manœuvres, du chargement, de l’entretien.

Sextant
: instrument qui contient la sixième partie d’un cercle, et qui sert à mesurer les angles pour déterminer la position du bateau.

Sondeur :
appareil servant à mesurer la profondeur.

Soute : réduit ménagé dans les étages inférieurs d’un navire et qui sert de magasin.

Souquer :

1.tirer ou serrer fortement une amarre, un nœud, les tours de cordage qui lient ensemble plusieurs objets ;
2.souquer sur les avirons : faire force de rames.

Sous le vent :
situé en aval dans le lit du vent ; le contraire de « au vent ».

***


Tapecul :
petite voile triangulaire ou aurique établie à l'arrière d'un voilier (derriere le gouvernail) pour le stabiliser.

Timonier :
1.(marine marchande) personne qui tient la barre ;
2.(marine militaire) personne chargée des communications et des informations maritimes (pavillons, cartes...).

Tirant d'air : hauteur de la partie émergée, de la flottaison jusqu'au point le plus élevé du navire, utile à connaître s’il est appelé à passer sous des ponts.

Tonnage : mesure du volume d'un bateau.

Tourmentin : un foc de tempête.

Trapèze :
câble qui descend du mât d'un dériveur léger, auquel s'harnache un équipier pour contrebalancer l'inclinaison due au vent.

Tribord :
côté droit d'un navire en regardant vers l'avant.

***


Vadrouille : balai ou brosse servant à laver les ponts des navires.

Vaisseau de ligne : le plus grand format de navire de guerre (à part les porte-avions).

Vigie :
1.poste d’observation ;
2.personne qui effectue une veille à ce poste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vengeancedeneptulon.forumactif.com
 
Glossaire maritime et mousaillon du dimanche
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Compagnie Maritime Brigande
» Glossaire Dauphinois
» [ Roman maritime ] Les aventures de Jack Aubrey, Patrick O'Brian
» Glossaire des règles
» convention a Royan ( charente maritime)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vengeance de Neptulon :: L'ÉQUIPAGE :: La Cale-
Sauter vers: